Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]   Mer 20 Fév - 19:54


pour imiter, il faut d'abord connaître.

Elle se frotta les mains, fière de sa collection. Opium en avait presque terminées avec ses visages, et bientôt elle rassemblerait toutes les têtes de Storybrooke. Enfin, elle n'était plus très loin de son but et de faire ce qu'elle avait toujours adulée: changer d’apparence, semer le trouble, créer de la discorde. Comment allait-elle faire ? Pour l'instant elle l'ignorait, mais trouver n'allait pas être la chose la plus difficile pour l'ancienne déesse, elle était très douée pour ça, elle était née, pour ça..
La semaine étant très occupée par son poste de directrice au Daily Mirro's, Opium n'avait que très peu de temps à accorder à ses superbes créations aussi, elle s'y concentrée principalement pendant les weekends, y passant toutes ses journées, ses nuits, ne sortant que très rarement de chez elle. D'ailleurs, en règles générales, Opium était quelqu'un de recluse, déjà dans son ancienne vie, hormis quelques monstres et quelques titans, elle ne fréquentait personne, jamais. La solitude faisait partie de sa vie, partie d'elle même. La déesse avait l'habitude, et cela ne lui posait pas le moindre problème, bien au contraire. Et puis, elle avait tout de même quelques connaissances, quelques.. « faux-amis » comme elle les appelaient. La Méchante Reine notamment, en faisait partie, Reine qui d'ailleurs, été une des principales causes de cette superbe et chaotique malédiction.
Grace à son travail, Opium réussissait à réunir beaucoup d'information sur ses « victimes » enfin, du moins, tant que le shérif Swan ne venait pas lui mettre des battons dans les roues. Swan était quelqu'un de difficilement cernable et il était particulièrement difficile de réunir des informations sur elle. Opium avait fait quelques recherches par-ci, par-là mais encore une fois, elle n'avait pas été totalement satisfaite. Enfin, peu importe. Le masque de Swan avait été fait depuis très longtemps et même si Eris avait grande hâte à l'utiliser elle devait restée prudente. S'attaquer au shérif de Storybrooke n'était pas chose aisée, surtout si il s'agissait de quelqu'un comme Emma Swan.
Enfin, pour l'heure elle avait mieux à faire. Swan ne lui volé pas encore trop dans les plumes et pour surtout lui foutait relativement la paix, la laissant accomplir ses petites affaires tranquillement.

Debout dans son atelier, fière, Opium passait en revue tout ses masques, cochant sur une petite feuille -obtenue grâce au maire de la ville- ceux qu'elle avait déjà reproduits. Une bonne partie des têtes de la ville se trouvaient désormais dans son sous-sol, mais il lui en manquaient encore beaucoup, beaucoup trop à son goût même. La déesse fronça les sourcils, attrapa son manteau posé sur le dossier de sa chaise et l'enfila avant de remonter au rez-de-chaussée. A la volée, elle récupéra son sac, ses lunettes de soleil et un foulard qu'elle noua sur ses cheveux avant de sortir complètement de son imposante demeure.
Opium, liste des noms et adresses des habitants en main, s’engouffra dans sa voiture et s'alluma une cigarette. Il faisait encore très froid à Storybrooke malgré les rayons du soleil qui devenaient de plus en plus fréquents et éblouissants. La neige devenait impossible à regarder tant la luminosité la faisait se refléter et brûler les rétines de ceux qui osaient l'observer un peu trop longtemps, d'où la précaution de prendre ses lunettes de soleil. Tout en tirant une bouffée sur sa cigarette, Opium sortit un plan de la ville de sa boîte à gants. Sur le plan avait été fait des marques au stylo rouge, chaque encoches représentaient les endroits où vivait les présents sur sa liste -en somme, toute les habitants de Storybrooke- Elle se pencha cinq minutes sur le plan afin de rechercher un lieu et afficha un sourire des plus perfides une fois l'endroit trouvé.
Opium jeta la carte sur le siège à côté d'elle et alluma le contact de sa voiture. Destination: chocolaterie Wonka.

La déesse n'était pas trop fanatique de sucreries, encore moins de chocolat. Non, elle, elle aimait les choses amères, les choses acides et piquantes. Les douceurs étaient faites pour les cœurs tendres, hors Opium ne possédait aucun cœur. Elle se gara en trombe juste devant la boutique de William Wonka, le, soit-disant, meilleur chocolatier de la ville.. et.. l'unique d'ailleurs. Opium se demandait bien comment les gens pouvaient être surs qu'il s'agissait du meilleur d'entre les meilleurs, après tout ils n'avaient sans doute goûtés à rien d'autre que ses bonbons, chocolats et autres gourmandises... comment diable pouvaient-ils être aussi certains que personne n'en faisait de meilleurs ? Enfin, simple question existentielle. Opium s'en moquait finalement, Opium n'aimait pas le chocolat et si elle se tenait droite face à la boutique de Wonka se n'était que par simple intérêt pour le créateur de toutes ses sucreries. Intérêt mesquin, il valait de soit qu'elle n'avait pas fait tout le chemin pour quelques échanges lambda. Non, la déesse de la discorde voulait en savoir plus sur lui, sur ce fameux chocolatier. Bien sur, elle en avait appris déjà beaucoup grâce aux précieux dossiers du mairie, mais il fallait qu'elle le rencontre directement afin d'observer ses petites habitudes, ses manies, ses tics, en clair, comment es-ce qu'il se comportait face au public.

Opium jeta sa cigarette dans le caniveau alors qu'elle n'était à peine qu'a moitié consumée et entra dans la boutique Wonka. La petite clochette située au dessus de la porte tinta et une voix masculine cria quelque chose d'incompréhensible dans une autre partie de la boutique.
Les mélanges de parfums sucrés furent à deux doigts de faire tourner de l'œil à Opium qui grimaça, les deux pieds à peine posés dans la pièce.
Elle s'avança un peu plus loin, s'approchant des multiples présentoirs remplis de gourmandises entreposés un peu partout dans l’échoppe. Une nouvelle grimace perla sur le visage d'Opium qui l'échangea bien vite contre un de ses plus beaux sourires lorsque la voix masculine se fit de nouveau entendre, mais cette fois, juste derrière la demoiselle..
© fiche créée par ell



Dernière édition par Opium Zwietracht le Sam 2 Mar - 5:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]   Ven 22 Fév - 13:51





« Se méfier de l'eau qui dort »

«Opium & Willy»


William avait remonté les manches de sa chemises blanches, défait les boutons et quitté son manteau. Les volets avaient été rabattus en tuile et la pièce sombre dans laquelle il se trouvait était en fait son arrière-boutique ; un petit avant-goût de se qui se cachait en dessous. Sur son plan de travail gisait de restes de fèves de cacao de différentes provenances et variétés, ainsi qu'un pot de beurre de cacao, du lait et du sucre. La langue sortie au coin de ses lèvres, le chocolatier s'appliquer à obtenir une pâte homogène ; une fois que ceci serait fait, il lui faudrait broyer la pâte dans la petite broyeuse-raffineuse disposée dans un coin de la pièce, puis la pâte serait soumise au conchage.

Tout en opérant dans un silence quasi-religieux, le jeune Wonka se demandait déjà quelle forme il allait donner à son chocolat ; lapin, cygne, serpent ?... Il avait bien le temps d'y penser. Les seuls chocolats que Willy faisait dans cette arrière-boutique était du chocolat au lait, tout simple, sans plus. Il l'avait aménagé pour mettre à profit ses longues heures passé dans sa boutique ; quel ennuie que d'attendre continuellement derrière un bureau que quelqu'un vienne lui réclamer des bonbons ! Le jeune homme pourrait toujours s'avancer dans ses comptes, certes. Mais cela était beaucoup moins productif dans le sens où il réussissait régulièrement à s'endormir sur ses calculs. Lui, ce qu'il préférait, c'étaient les travaux manuels dans lesquels il mettait tout son amour et sa jovialité ; pas ces chiffres qui s'additionnaient, se multipliaient, se divisaient même parfois, et finissaient par lui donner une sacrée migraine.

Hop. A présent que tout ça avait été fait, le chocolat devait passer au tempéreur. William versa le chocolat dans la petite cuve munie d'un brasseur et régla la température sur 45°. Il attrapa un torchon pour s’essuyer le front avant de reculer de quelques pas, les poings sur les hanches. Il n'avait plus qu'à attendre un petit moment, et se retrouvait donc devant son choix cornélien ; lapin, cygne, serpent. Il n'avait pas pris d'autre moules, ce jour-ci. Il aimait beaucoup les petits rongeurs aux longues oreilles, et beaucoup moins les reptiles rampants. Mais il avait l'une de ses salles ''secrètes'', au plus profond de sa chocolaterie, remplie de lapin (Aislinn avait vraiment un appétit d'ogre quand il s'agissait d'eux). Bon. Va pour un cygne ! Une fois que le tout fut à bonne température et moulé, William refroidit le chocolat pour lui donner consistance. Il observa ensuite le jolie petit cygne qu'il tenait au creux de sa main, un sourire satisfait accroché au visage.

La cloche accroché au-dessus de la porte d'entrée tinta, et Charly grimpa le long de son pantalon de ses petites pattes griffues pour venir couiner dans son oreille. Il était peut-être pris, mais pas sourd ! William cria un « J'arrive ! » tout en se rhabillant convenablement. Attrapant le torchon, il s'essuya rapidement les mains avant de sortir derrière le comptoir. Il observa pendant une fraction de seconde la belle silhouette féminine, qu'il n'avait jusque là encore jamais vu entrer dans sa confiserie. En revanche, il lui était impossible de ne pas savoir qui elle était ; tout le monde avait vu au moins une fois dans sa vie la directrice du Daily Miror... Et même plus d'une fois quand on habitait une petite ville comme Storybrooke.

William fit le tour du comptoir pour se placer derrière la jeune femme, jetant par la même occasion un coup d'œil aux confiseries qu'elle était en train de regarder. Chocolat praliné. Un petit sourire s'étira sur ses lèvres.

- Willy : Bonjour mademoiselle Zwietracht. Que me vaux l'honneur de votre visite ? Vous devez pourtant savoir que je ne suis pas friand des interviews... le chocolatier fit un pas sur le côté, les yeux pétillant d'amusement. Un grand gamin trop sûr de lui. A moins que vous ne veniez goûter mes chocolats ? Dites-moi tout, je ferais de mon mieux pour vous venir en aide.

Une main posée sur le verre qui protégeait ses confiseries, l'autre posé sur sa hanche, il fixait à présent la ''terrible'' directrice du journal local, tout en se demandant ce qu'elle pouvait bien lui vouloir pour s'être déplacée en personne jusqu'ici. Il se demanda soudainement si elle avait déjà goûté l'un de ses merveilleux chocolat. Si non, il allait falloir remédier à cela très vite ! Se serait une honte de mourir sans avoir connu le plaisir de laisser fondre un morceau de chocolat Wonka sous son palet.


(c) Ségo Soyana






Dernière édition par William J. Wonka le Mer 20 Mar - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]   Sam 2 Mar - 6:17

HRP : C'est un peu court, désolé. :) Je ferais mieux la prochaine fois. ♥ J'espère tout de même que ce ne sera pas trop... ahem, médiocre et que tu trouvera matière à répondre. Have fun, et profite bien de ta chocolaterie tant qu'elle est encore en état. Hihihihi. (a)

pour imiter, il faut d'abord connaître.

La gaieté qu'exprima le chocolatier dans son « J'arrive » chantonnant donnait déjà des maux de têtes à Opium. Le masque de cet avorton de Wonka ne serait que rarement utiliser vous pouvez le croire ! Il était tellement.. joyeux, tellement.. jovial, épanoui. Bref, tout ce que n'était pas Opium. Aussi, les deux étaient loin d'être compatibles, et même si la déesse excelléz dans l'art de l'imitation et de la prise d'apparence d’autrui, elle était plus que consciente que se faire à ce personnage-ci ne serait pas de tout repos et demanderait beaucoup de travail « d'elle-même » au préalable.
Alors qu'elle était penchée sur un espèce de bonbon probablement bourré de sucre, le chocolatier fit son entrée dans la partie boutique de la fabrique.

« Bonjour mademoiselle Zwietracht. Que me vaux l'honneur de votre visite ? Vous devez pourtant savoir que je ne suis pas friand des interviews... » s'exclama-t-il, heureux comme à son habitude.

A vomir, pensa la demoiselle qui roula des yeux avant que Wonka ne reprenne la parole.

« A moins que vous ne veniez goûter mes chocolats ? Dites-moi tout, je ferais de mon mieux pour vous venir en aide. »

Goûter des chocolats ? En voilà une idée incongrue ! Jamais, au grand jamais Opium ne retenterait son expérience chocolat, le goût acre et amère des derniers encore présent au fond de sa gorge. Elle ignorait d'où ils venaient, qui les avaient crées et surtout, qui les lui avaient envoyé. Un chance pour l’expéditeur dans un sens qui serait inévitablement mort autrement. Empoisonnés. Les chocolats avaient été empoisonnés. Quelques goûtes sur l'enrobage cacao, ni vu ni connu. Malheureusement, il n'est pas chose aisée d'atteindre à la vie d'une déesse, encore moins d'une déesse semblable à Eris. Pendant de nombreuses années Opium avait soupçonnée Hadès ou peut-être même Zeus −bien que même empoisonnés, un tel acte de la part du dieu des éclairs semblait impossible tant il était imbu de sa propre personne− et se fut d'ailleurs une des causes principales de son isolement complet et du définitif « coupage de pont » avec le monde céleste qu'elle avait autrefois connue.

Il s'agissait maintenant de mettre tout son dégoût de côté. Opium se devait d'être une cliente dès plus exemplaire afin de récolter un maximum d'informations sur le chocolatier. La demoiselle pris une profonde inspiration avant de se retourner vers lui, un large sourire −le plus sincère possible− accroché aux lèvres.
Alors qu'elle s’apprêta à répondre du plus aimablement possible à Wonka, Opium poussa un petit cri de surprise, apercevant une espèce de rat sur l'épaule de son interlocuteur. Le sourire de la déesse se transforma aussitôt en grimace, et elle pointa d'un de ses fins doigts la chose en question.

« Qu'est-ce que... cela ? Une sorte de rat croisé avec un lapin ? » s'exclama-t-elle en reculant d'un pas.

Bizarrement la bestiole sembla offusquée de la comparaison a en juger la tête qu'elle tira. Voilà que mêmes les nuisibles jouaient les difficiles maintenant.. Opium, machinalement, porta sa main gauche à ses temps qu'elle massa en fermant les yeux.

« Enfin, peu importe. » reprit-elle en s'avançant vers une nouvelle vitrine emplie de chocolats. « Hum... Es-ce que, par hasard, vous ferriez des parfums autres que le... hum.. sucré ? » poursuivit-elle en se retournant vers William, nouveau sourire −cette fois plus crispé− plaqué sur son fin visage. « Je cherche quelque chose de plutôt.. amère.. » la déesse s'éclaircit la gorge avant de reprendre. « Et par pitié, tout sauf du chocolat ! »

Opium toisa de nouveau l'homme brun aux airs enfantin et un peu foufou. Concernant l’amabilité et la tendresse c'était râpé pour cette fois, la demoiselle n'avait pas vraiment respectée son plan de départ. Enfin peu importe, les résultats seraient les mêmes, qu'il le veuille ou non.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]   Mer 20 Mar - 15:50

[ Coucou ! Je suis désolée pour mon temps de réponse T.T Ce n'est pas très long ni très fameux non plus, mais je me rattraperais après, promis ! ♥ Par contre je n'ai pas beaucoup de connaissances sur les confiseries amères, donc je te laisse imaginer le reste des boîtes x') ]





« Se méfier de l'eau qui dort »

«Opium & Willy»


La jeune femme se retourna vers lui, un grand sourire aux lèvres, sourire bien évidemment rendue au centuple par Willy qui n'avait, pour sa part, pas à se forcer. Il observa cependant un soudain changement s'opérer sur le visage d'Opium ; son sourire disparu alors qu'elle poussait un cri, visiblement surprise. Fort bien, mais par quoi ? William avait-il renversé du chocolat sur ses vêtements ? Un coup d'œil lui appris que non. Il jeta un rapide regard à droite et à gauche, mais il ne vit rien qui puisse ainsi surprendre la demoiselle. Le trouvait-elle laid au point d'en avoir ''peur'' ? Il n'espérait pas. La lumière se fit dans son esprit lorsqu'elle pointa un doigt en direction de son épaule, sur laquelle était juchée Charly.

- Opium :Qu'est-ce que... cela ? Une sorte de rat croisé avec un lapin ? s'exclama-t-elle en reculant d'un pas.

Un quoi ? Un rat croisé avec un lapin ? Jusqu'à ce jour, personne n'avait jamais rien dit d'aussi insultant à propos de son adorable hermine. Un rat ! Pour le coup, le chocolatier en perdit son sourire, jetant un coup d'œil consterné à Charly, qui semblait avoir compris la remarque, et pas apprécié du tout la comparaison. Et Willy pouvait la comprendre, pauvre petite bête. Vexée, le rongeur sauta de l'épaule de son maître pour disparaître derrière le comptoir – et pourvu qu'elle n'essaie pas de se goinfrer. Le jeune homme reporta son attention sur Opium en retrouvant un sourire – quoi qu'un peu plus léger – et s’apprêtait à lui dire quel merveilleux animal était Charly, mais elle fut plus rapide que lui ;

- Opium : Enfin, peu importe. Hum... Es-ce que, par hasard, vous ferriez des parfums autres que le... hum.. sucré ? Je cherche quelque chose de plutôt.. amère..

La directrice du Daily Miror s'en était retournée près des vitrines, et retournée vers lui avec un sourire légèrement crispé. On avait vu plus souriante comme cliente, mais elle n'était pas n'importe qui. De son côté, William réfléchissait. Autre chose que du sucré ? Ça risquait d'être assez compliqué. En amer, il avait... Du chocolat noir, évidemment, et...

- Opium : Et par pitié, tout sauf du chocolat !

Ah. Voilà qui allait être légèrement plus compliqué. Surtout si elle ne voulait pas trop sucré, en fait. Il avait bien de l'orange amère. En macaron, pâte de fruit...

- Willy : Hmm... Je vais voir ce que j'ai à l'arrière, je reviens tout de suite. fit-il avec un grand sourire et une gaieté toute retrouvée.

William s'esquiva dans l'arrière-boutique, passant une main dans ses cheveux en soupirant. Quoi quoi quoi ? Il farfouilla à droite et à gauche, sortit plusieurs jolies boîtes, se demanda où était cachée Charly et revint finalement avec plusieurs paquets qu'il disposa sur le comptoir. Il les ouvrit, et les présenta à la femme fatale ;

- Willy : … Et enfin, de la confiture d'orange amère enrobée de chocolat noir... Par contre, effectivement, il y a du chocolat sur ceux-là. termina-t-il d'un ton désolé.


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour imiter, il faut d'abord connaître. [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment caresser une femme dans 16 départements à la fois ?
» Que me faut-il comme GPS de loisir ?
» Guide : Déménager sa Bbox, ce qu'il faut savoir ou connaître
» probleme prothèses auditive.
» Tout ce qu'il faut savoir pour bien se présenter.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-