Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]   Jeu 28 Fév - 16:28


Lily-Rose & Andréa






▬ You make me dance like a fool, Dizzy in my head.
Pourquoi c'est toujours la même jolie et dangereuse fille qui attire le regard des garçons? Pourquoi -dans les films modernes- c'est toujours cette même blonde pulpeuse qui devient l’obsession du jeune héros en mal d'aventure et de victoire? Non, décidément ce film est un navet. Cela fait 34 minutes et 10 secondes qu'elle regarde le tout dernier volet de la saga et cette constatation devient ennuyeusement obsédante. Et dire qu'elle était venue au cinéma pour se changer les idées, penser à autre chose et s'évader quelques heures, mais jusqu'ici le seul loisir que lui procurait cette horreur c'était de mettre vie à l'écran a son problème. C'est marrant de penser que sa vie, ici à Storybrooke, ressemble à un produit de réalisateurs Hollywoodiens. Comme si tout ce qu'elle vivait ici était le fruit d'un scénario manichéen et qu'elle faisait partie du casting de la dernière série acidulée à la mode. Qui a dit que la fiction ne s'inspirait jamais de la réalité? Elle irait bien pendre cette personne, la découpée en petit morceau et la servir dans un des gâteaux du Granny's Coffee. Qui sait c'est peut-être une certaine blondasse hypocrite qui viendrait le manger et dévoiler au monde sa boulimie mentale et physique. Non ne cède pas à la méchanceté gratuite Andréa. Tu vaux bien mieux que cela... Mais valait-elle réellement mieux que cela? Andréa avait passé sa vie à être la gentille fille que les gens apprécient et elle, alors qu'elle avait passé son temps à tenter de la rabaisser et à répandre de vilaines et fausses rumeurs sur son compte elle s'en sortait indemne.

Et PAM. BIM. Voilà le moment où le héro embrasse la personne qui ne lui veut que du mal mais qui possède les plus beaux atouts pour réussir sa vie -ou sa mort-. Andréa est exaspérée. Elle a envie de sortir du cinéma et de courir loin, très loin. Elle a envie de dépasser la lumière et de toucher les étoiles, elle a envie de piquer une crise, crier aux nombreux spectateurs du film son mépris pour cette nullité et sa compassion pour leur triste sort. Un coup d'oeil à sa montre lui indique que deux minutes ont passées. Et quoi? Il reste beaucoup de temps avant la fin. Elle se décide enfin a se lever et se diriger vers la sortie, pourquoi devrait-elle continuer a se faire du mal. Il y a quelques protestations des spectateurs qu'elle dérange en quittant son siège, mais si habituellement elle se sentirait gênée, ce soir, c'est différent. Elle s'en fout. Elle leur sourit gentiment, comme elle le fait d'habitude et murmure un « - désolé » juste audible pour qui serait vraiment intéressé de ce qu'elle a à dire. Mais est-ce vraiment nécessaire de préciser que l'attention de ces gentils habitants est plus concentrée sur le beau derrière de l'actrice que sur ses ridicules marques de politesses.

L'air frais lui saute à la gorge. Andréa se met a inspirer comme si sa vie en dépendait ce souffle de fraîcheur. Elle ressers son écharpe autour de son cou et se met à marcher tout en essayant d'éviter les plaques de verglas qui se trouve sur sa route. C'est beau la neige. Elle a toujours aimer voir les flocons tomber et les murs de la ville recouvert par cette couche de blancheur, mais ce qui remportait dans son coeur la palme des plus beaux endroits enneigés de Storybrooke était le port. Elle se met donc à marcher avec prudence jusqu'au lieu de ses fantasmes, comme il serait beau de prendre un bateau et de partir faire le tour du monde, comme il serait intéressant de voir le monde. Le vent frais vient chatouiller son cou, la rappelant à la réalité et lui signalant qu'elle est enfin arrivée dans "son" endroit.

« - Je me demande si un jour j'aurai l’occasion de voir ce qu'il y a de l'autre coté » Elle sourit, presque nostalgique. Comme si elle avait déjà été intime avec cette mer et ce qu'elle cache. «...Storybrooke, la ville des merveilles à l'emballage pleins de promesses. Mais au fond tout est plat ici. A croire que tout ce calme cache un secret inavouable. L'attrait de cette ville pourrait être sa banalité désespérante... sérieusement qu'est-ce que je fais là? » Le froid la faisait divaguer assez pour qu'elle se mette a parler toute seule, bien qu'elle soit d'accord pour confirmer la ressemblance entre une prison dorée et cette ville, elle n'avait jusqu'à présent jamais formuler son opinion oralement.



Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]   Ven 1 Mar - 3:11




Neige, neige, neige… de la neige partout! Elle ne voyait rien d’autre autour d’elle que cette teinte claire et envahissante qui engloutissait tout le paysage. En effet, les rues de Storybrooke étaient toutes blanches, lui donnant presque l’impression que toutes les maisons, toutes les boutiques… toute la ville en fait, était prisonnière d’une gigantesque boule à neige. Comme elle se sentait petite – déjà qu’elle l’était comparée aux autres – en marchant dans cette prison de verre enneigée. Elle s’attendrait presque à apercevoir un géant approcher sa main gigantesque pour saisir la boule et la secouer violemment… Quel spectacle ce serait tout de même… quelle aventure surtout! Andréa y avait sûrement déjà pensé.

Lily-Rose revenait d’un de ses nombreux cours de danse, il commençait à se faire tard, mais elle n’avait pas vraiment envie de rentrer chez elle, ses veines toujours remplies d’adrénaline suite aux efforts physiques qu’elle venait de fournir. Puis penser à sa meilleure amie, ce qu’elle faisait quand même souvent, lui donna envie de la voir. Mais au moment où elle allait sortir son portable pour lui envoyer un SMS, Lily se dit qu’il serait plus marrant de deviner où elle se trouvait. Un peu comme une chasse au trésor. Et oui, c’était le genre de truc qui lui passait par la tête, quoiqu’elle ne sache plus si cela venait d’elle ou si elle était simplement devenue comme ça à force de côtoyer Andy. Qui sait!

Après quelques minutes de réflexion, il lui fut facile d’écarter certaines possibilités. Il était impossible qu’elle soit chez elle, ni dans un quelconque magasin… ni chez Granny’s. Il ne restait que deux possibilités solides, soit le cinéma, le parc, la forêt… et merde ça faisait beaucoup plus que deux ça. Lily n’avait jamais eu de don particulier pour les chasses au trésor, mais Andy lui pardonnait toujours et l’entraînait à sa suite. Bon, elle était au moins sûre que c’était un lieu public, mais pas trop non plus. Un bon début. C’est quand un énorme flocon vint s’écraser sur son petit nez qu’elle eut l’illumination. Elle savait où la trouver! Pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt? Lily-Rose se mit en marche en gambadant, manquant de glisser et de tomber plusieurs fois, mais se rattrapant avec son équilibre légendaire : être danseuse avait du bon parfois. Dès qu’elle vit une silhouette féminine (autant que possible dans un manteau) fixer l’horizon, elle sut qu’elle avait vu juste. Andy était au port, comme bien souvent.

- Je me demande si un jour j'aurai l’occasion de voir ce qu'il y a de l'autre côté... Storybrooke, la ville des merveilles à l'emballage pleins de promesses. Mais au fond tout est plat ici. À croire que tout ce calme cache un secret inavouable. L'attrait de cette ville pourrait être sa banalité désespérante... sérieusement qu'est-ce que je fais là?

- J’en ai vraiment aucune idée! répondit-elle après s’être approchée en silence pour tenter de la surprendre. Tu parles toute seule maintenant?

Cette question était évidemment purement rhétorique puisqu’Andréa avait toujours fait ça d’aussi loin que Lily pouvait se rappeler. Elle ne s’en plaignait pas pourtant, car ça lui permettait d’avoir accès aux méandres de cet esprit complexe d’une façon directe au lieu de tourner autour du pot. Si Andy avait quelque chose en tête, elle le disait!

- Je savais que je te trouverais ici. Tu viens toujours ici quand quelque chose t’embête.

Lily se tenait debout, à côté d’Andréa, regardant elle aussi la mer en essayant de ressentir elle aussi l’émotion qui envahissait son amie lorsqu’elle posait les yeux dessus. Mais il y avait longtemps que les deux filles avaient arrêté d’essayer de comprendre ce qui fascinait l’autre, elles préféraient plutôt s’accepter mutuellement comme elles étaient.

- Allez, raconte-moi tout.

Combien de fois avait-elle utilisé ce verbe en parlant à Andy? Probablement des milliers de fois. Elle était toujours en train de lui demander de raconter ses histoires puisque ces dernières étaient les meilleures qu’elle avait jamais entendues. Mais tout n’était pas toujours que jeux et rêveries, parfois un retour à la réalité s’imposait, ne serait-ce que pour se vider le cœur et partager leurs impressions sur la vie, cette existante presque factice qui les entraînaient jour après jour. De quoi devenir complètement dingue sans quelqu’un à qui se confier.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]   Ven 1 Mar - 12:46


Lily-Rose & Andréa






▬ You make me dance like a fool, Dizzy in my head.
Que ce passerait t'il si une armée de bonhommes de neige mutants étaient amenés à prendre le contrôle de la ville? Attendraient t-ils la nuit pour s'infiltrer dans les chaumières et corrompre les pauvres âmes des humains ou est-ce qu'ils seraient juste assez puissants pour cumuler toute cette neige et faire d'elle une bête géante qui écraserait la ville? A moins qu'ils ne puissent entrer à l'intérieur des maisons. La chaleur du chauffage serait leur kryptonite et les remparts des habitations un ennemi à abattre. La solution de la tempête neige serait la plus fiable. En isolant une victime on s'assure qu'elle ne puisse résister longtemps a tant de pression. Ce sentir seul et démuni face à une situation qui parait inévitable est monstrueusement inventif, on ne peut combattre le destin ou du moins l'impression qu'une force supérieure existe. Et une fois que l'idée s'est insinué dans l'esprit du plus sain des esprits, elle est indélogeable. C'est comme les dernières miettes de pain qui traînent dans le lit après un petit déjeuner improvisé : elles sont invisibles mais pourtant elles continuent de gratter la peau. Elles finissent irrémédiablement par devenir une obsession qui empêche de trouver le sommeil. Il faudra alors changer les draps pour retrouver la quiétude. La preuve formelle de cette conspiration réside dans l'invention de cet objet glissant qui a un moment ou un autre dans votre vie vous a sournoisement fait valser aux pays des merveilles. Si ils sont assez intelligents pour faire des plaques de verglas au dangereux pouvoir de faire tomber quiconque à découvert leurs véritables plans, ils le sont autant pour pousser au suicide.

« - J’en ai vraiment aucune idée! » Qui a parlé? Andréa se met à regarder du coin de l'oeil, presque suspicieuse de voir les flocons tomber. « Tu parles toute seule maintenant ? » Mais cette voix mélodieuse lui est aussi familière que l'écho dans sa tête, elle en connait toutes les intonations et tous les secrets. Elle se retourne lentement, elle sait que derrière elle se trouve la plus petite et mignonne de ses amies. Elle ne cherche même à comprendre ce qu'elle fait là, si Lily-Rose est venue au port c'est qu'elle la cherchait. Elle la connaît par coeur sa meilleure amie. A moins que çe ne soit Lily-Rose qui lis en elle comme dans un livre ouvert.

« - Rosiiiiiie ! » Andréa a envie de lui sauter dessus et comme d'habitude c'est ce qu'elle finit par faire. « Non, je suis un cheminement intérieur précis. J'ai une théorie comme quoi la neige nous retiens en otage. Mais dis moi que fais tu-là? »

« - Je savais que je te trouverais ici. Tu viens toujours ici quand quelque chose t’embête. Allez, raconte-moi tout. »

Comme d'habitude Lily-Rose savait que quelques chose n'allait pas, c'était à la fois rassurant de se sentir comprise par quelqu'un mais aussi un peu affolant. Andréa aurait voulue être capable de fermer son esprit et d'empêcher les mots de sortir de sa bouche, mais sa tête était juste un sac mal rangé à la fermeture éclair défaillante. Sa soeur de coeur avait le talent -en plus de la danse et du chant- d'arriver à se cacher derrière son optimisme et sa gentillesse, Lily-Rose n'ouvrait pas facilement la porte de son coeur et encore moins celle de sa tête, mais avec le temps et de la patience Andréa avait réussie a la percer a jour. C'était sa plus grande victoire jusqu'à aujourd'hui.

« - Tu sais c'est nocif pour toi de rester ici, je pourrais réussir à te gâcher la journée en te racontant mes pauvres déboires -que tu connais déjà- et te perdre au milieu d'une des mes grandes phrases. » La mer était belle avant son arrivée, mais elle semble avoir gagner de la profondeur en quelques secondes. Pour être précise, c'est depuis que Lily-Rose est à ses côtés. « Promet moi juste une chose. Tu n'iras pas voir le dernier James Bond. Il est déprimant ce film...Et puis promet moi une deuxième chose. Tu ne croiras jamais quelque chose que l'on a dit sur moi et qui ne sort pas de ma bouche ! Et puis il y aurait bien une troisième chose. Mais bon tu ne voudras jamais donc je vais me contenter de peu. »

C'était bête comme requête, un peu enfantin, mais à ce moment précis c'est ce dont avait besoin Andréa. Elle se rattachait à l'amitié de la danseuse, n'osant avouer qu'elle était terrifiée de se faire une nouvelle fois éclipser par Charline. Elle aimait agir comme une folle et s'éloigner de la réalité. Mais à cet instant, la réalité avait prit corps humain et elle attendait patiemment qu'Andréa se confie.



Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]   Ven 1 Mar - 18:04




- Rosiiiiiie!

Elle aurait dû s’attendre à ce que son amie se jette sur elle pour lui faire le plus gros câlin du monde, mais elle avait momentanément oublié cette habitude d’Andréa, trop contente de la surprendre. Son amie débordait souvent d’énergie, passant de la réflexion calme à l’euphorie et c’était parfait comme ça.

- Non, je suis un cheminement intérieur précis. J'ai une théorie comme quoi la neige nous retient en otage. Mais dis-moi que fais-tu là?

Cette théorie était vraiment très intéressante. En fait, ça ressemblait un peu à sa propre idée de boule à neige géante, sauf que dans ce scénario la neige semblait être en cause, alors que dans le sien le manteau blanc n’avait pas de volonté propre. Ces ressemblances étaient la preuve que les grands esprits se rencontrent et s’assemblent. Nul besoin de se trouver au même endroit pour avoir des pensées similaires.

- Tu sais c'est nocif pour toi de rester ici, je pourrais réussir à te gâcher la journée en te racontant mes pauvres déboires -que tu connais déjà- et te perdre au milieu d'une des mes grandes phrases.

Lily ne prenait jamais au sérieux les fausses tentatives d’Andy pour la repousser, car tout ça n’était que de la pure comédie mélodramatique qui teintait leur relation depuis toujours. Andréa savait très bien que Lily-Rose ne partirait jamais, et donc s’amusait à parler comme une malade en phase terminale qui veut qu’on la laisse mourir en paix. Sauf que ce n’était pas corps qui était malade, mais bien son esprit. Bien que certains substituent le mot « imaginatif » au mot « malade » ; une simple question de point de vue.

- N’importe quoi. De toute façon la journée est presque finie alors bon…

- promets-moi juste une chose. Tu n'iras pas voir le dernier James Bond. Il est déprimant ce film...Et puis promets-moi une deuxième chose. Tu ne croiras jamais quelque chose que l'on a dit sur moi et qui ne sort pas de ma bouche ! Et puis il y aurait bien une troisième chose. Mais bon tu ne voudras jamais donc je vais me contenter de peu.

Encore la petite touche mélodramatique! La danseuse roula des yeux juste pour la forme, car elle n’était pas ennuyée du tout et souriait même un peu. Il ne servait à rien de la supplier de lui révéler cette fameuse troisième promesse, et puis de toute façon Lily ne mordait jamais à ce genre d’hameçon. Il était bien plus amusant de lui mettre des mots dans la bouche.

- Je promets de ne pas voir le nouveau James Bond. Je promets de ne croire les âneries que disent les gens sur toi – comme si c’était mon genre! Et puis d’accord : je veux bien t’épouser, mais c’est toi qui l’annonces à ma mère.

Lily-Rose se retint de pouffer de rire à sa propre blague. Elle adorait faire des remarques ambiguës sur leur relation, autant en privé qu’en public parce que c’était sa façon bien à elle d’exprimer l’amour inconditionnel qu’elle ressentait pour son amie. Et puis les gens qui l’entendaient dire des choses dans ce genre devenaient toujours très confus quant à leur relation et semer la confusion amusait énormément Lily. Elle s’imagina avoir une maison et des bambins avec Andy et sourit parce que cette idée était vraiment parfaite. Sans ressentir de désir pour la gent féminine, la jeune femme était absolument certaine de vouloir qu’Andy reste dans sa vie pour toujours, et surtout qu’elles feraient des mamans d’enfer! Leurs enfants seraient complètement déjantés, refusant de vivre dans le monde réel et ne répondant qu’à l’imaginaire et la créativité. Ils seraient bons à enfermer, mais ce serait assurément très amusant.

- Et puis qu’est-ce qu’il a de si moche ce nouveau James Bond?

Elle espérait que la répugnance envers ce film était une métaphore pour ce qui embêtait vraiment son amie, et puis sinon elle aurait droit à une simple mauvaise critique de film. Ou alors elle changerait de sujet pour aborder cette fameuse troisième promesse qui l’obsédait tant et ce serait tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You make me dance like a fool, Dizzy in my head [Poucelina♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Please turn aside and make way for Biwi \o/
» Make your horse [Graphisme]
» He said "I am the devil, boy, come with me And we'll make many storms" + the-last-shewolf
» Mister Minister
» We are each our own devil, and we make this world our hell.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-