Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 A blackmail around a glass - Régina & Billy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Sam 9 Mar - 16:07

A blackmail around a glass
REGINA MILLS & BILLY SMALL. ----
Il avait reçu une convocation du maire assez urgente ce jour-là. Un appel de la mairie alors qu'il était au travail. Il devait s'y rendre sur le champ. Billy n'aimait guère ca. Surtout quand le Maire venait à dire que c'était urgent. Il avait dû fermer son bureau de façon impromptue et se mit à aller jusqu'à l'hôtel de ville. Il espérait que cette entrevue ne durerait pas si longtemps que ca. Il entra dans le hall et annonça son arrivé. On lui demanda d'aller patienter dans la salle d'attente. Billy s'installa avec les autres et se mit à réfléchir à la raison pour laquelle elle puisse le convoquer.

Il passa en revu les derniers jours. Pour Billy, il faisait toujours son travail à fond et ne pensait jamais que celà nuirait à quelqu'un. Il n'était pas de ce genre là. Et puis, entre nous, notre cher Small avait tendance à oublier ses journées précédentes à la vitesse d'un TGV. C'est pour cela qu'il passait son temps à noter tout sur des papiers, des carnets, son téléphone,... ect...

Puis il se rappela de l'usine de recyclage qu'il avait fermé, afin qu'ils puissent remettre à jour leurs installations. Les voisins s'étaient pleins des odeurs mais aussi de la pollution. Billy était donc intervenu. L'état était critique dans cette partie là de la ville et ce, à cause de cette usine. Il avait donc fait un courrier pour qu'ils la ferment. Et les portes ne rouvriront que lorsque les installations seraient aux normes. A cette idée qu'elle vienne à lui parler de celà, notre homme vint à se tasser un peu sur sa chaise de façon peu rassuré. Regina Mills est une femme qui sait ce qu'elle veut... Mais Billy avait aussi ses principes. Tiendrait il longtemps devant elle ? Il n'avait pas envie de se mettre le Maire à dos et pourtant... il n'aimait pas le fait qu'on vienne à lui imposer quelque chose.

Puis le secrétaire vint à l'appeler. Il se leva d'un bond, mais l'estomac noué. Il se demandait bien ce qui lui attendait... Peut être se faisait il des idées. Il faut dire qu'elle avait été bien gentille la dernière fois où il s'était occupé d'Henry. Elle ne pouvait pas aller le chercher, et il l'avait amené chez lui pour ne pas qu'il attrape froid dehors. Elle était venue le chercher quelques heures plus tard, et l'avait remercié.

Il s'avança vers la porte du bureau, frappa et entra timidement. Il passa la tête pour trouver Régina.

« Maire Mills ? Bonjour. Que puis-je faire pour vous ? »

Il entra d'un pas peu assuré mais se forçant à garder un sourire chaleureux sur le visage.

made by pandora.


Dernière édition par Billy Small le Jeu 21 Mar - 15:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Mer 13 Mar - 7:00

    « Madame le Maire ? »

    Assise à mon bureau et griffonnant quelques signatures pour une paperasse qui n'en finissait pas, je levai mon regard sévère vers celui qui était venu me déranger en plein travail. Ou plutôt en pleine méditation, car je signais ces documents sans vraiment les lire en détails. Sydney Glass. Ma fouine de service ici, à Storybrooke. C'est toujours mieux d'avoir quelqu'un qui fait le boulot à notre place.

    « Entre et ferme la porte. Bien Sydney, j'espère que tu apportes de bonnes nouvelles, parce que je ne suis pas de très bonne humeur. »

    Et pour cause. Entre l'évasion de Belle, la nouvelle venue de Vanessa, qui n'en finissait jamais de me réclamer sa fichue fourchette, j'avais les nerfs à vif. Seulement, vu la tête de mon journaliste à potins, ça n'avait pas l'air d'être une bonne nouvelle. Il m'apprit en effet que l'un des bâtiments que j'avais fait élevé dans cette ville allait être fermé. Il s'agissait du bâtiment situé derrière l'hôpital, sauf qu'au sous sol étaient retenus les patients les « plus dangereux » dont Belle faisait partie. Mais si il venait à être détruit, ma menace de la faire enfermer de nouveau ne tiendrait plus. Et si une enquête était menée, tout mènerait à moi. Non, je ne pouvais pas prendre ce risque. Je me lève brusquement de mon bureau, faisant tomber quelques dossiers, tellement j'étais folle de rage.

    « Ah non ! Je ne le permettrais pas ! » Ce problème se rajoutait déjà à mes autres problèmes. Ca suffit, hein ! Mais ce problème là allait être vite réglé. Je m'avance vers Sydney et le menace du doigt. « Je veux le dossier du responsable de tout ça. Maintenant ! »

    En gros, cela voulait dire : rentre chez toi, mets-toi au travail et envoie-moi tout ça par email. Sydney connaissait la musique. Il ne s'attarda pas ici. Le soir même, j'eus toutes les informations nécessaires sur ce responsable à la noix, un dénommé Billy Small. Tiens, déjà entendu ce nom quelque part. Et d'après les dires, peu le connaissent également. Étrange. Était-il vraiment issu du monde des contes ? Je ne voyais pas qui il pouvait être. Pourtant, c'était bien lui qui avait ércupéré Henry un soir. Il habitait dans le même immeuble que Mary Margaret et Emma. Dire que j'avais dû me rendre là-bas...notre entrevue avait été brève ce jour-là, j'avais juste récupéré mon fils et était repartie aussi vite, après un petit « merci ». J'ignorais qu'il s'occupait des bâtiments, je n'avais pas cherché à en savoir plus sur lui. En tout cas, le lendemain, il était convoqué dans mon bureau en urgence. Je m'étais un peu calmée de la veille, aussi étais-je plus calme et posée. Assise à mon bureau, les jambes croisées, j'attendais mon rendez-vous. Enfin, on frappa à la porte. Un homme, de petite taille, d'à peu près « mon âge » fit son apparition. Il avait l'air timide. Et dors et déjà effrayé. Très bien, cela me faciliterait la tâche. Mais je me montrai souriante. Un sourire qui masquait un profond énervement, et hypocrite.

    « Asseyez-vous Monsieur Small. Cela faisait longtemps depuis que j'aie récupéré mon fils chez vous un soir. Ainsi vous êtes le responsable des bâtiments dans cette ville. J'ai appris que vous vouliez faire détruire le petit édifice derrière l'hôpital, pourrais-je connaître les raisons qui vous pousseraient à faire ça ? »

    Je plantais mes yeux sombres dans les siens, un sourire certes, mais un regard à glacer le sang. Je me moque bien de ses raisons, de toute façon il ne ferait pas détruire mon asile..sinon jelui ferais vivre l'enfer.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Jeu 14 Mar - 13:31

A blackmail around a glass
REGINA MILLS & BILLY SMALL. ----
Elle l'invita à entrer. Billy s'avança prudemment, son estomac était noué à un point tel qu'il se demandait si il allait pouvoir encore manger. Il fixait Madame Le Maire, tout en essayant de garder un certain sourire sur les lèvres. Il vint à s'asseoir sur la chaise en face d'elle quand elle lui demanda. Son regard froid et son air posé, malgré le sourire qu'elle arborait, pouvait donner froid dans le dos. Il sentait que cette histoire allait mal se finir. Regina était particulièrement impressionnante à ses yeux, par sa beauté glaciale et son air autoritaire, elle n'avait aucun mot à dire pour le mettre en respect. Qui n'avait pas peur de Regina Mills ici ? Il était tendu, droit sur sa chaise pour se donner de la hauteur autant qu'il pouvait. Quand elle parla, il cligna vivement des yeux, tout en fronçant les sourcils.

Elle ne lui parla pas de l'usine mais d'un vulgaire bâtiment qui se trouvait derrière l'hôpital. Il s'était trompé sur ce point. Elle lui demanda la raison pour laquelle il voulait fermer ce bâtiment. Il avait quoi de particulier ce bâtiment ? Non... Non... Ne pas commencer à poser des questions de la sorte... Juste aller à l'essentiel... Se mêler de ses affaires n'étaient pas forcément bon pour son avenir. Il ne put s'empêcher de baisser son regard vers ses mains, comme un enfant convoqué dans le bureau du directeur de son école et qui se sentait fautif de quelque chose. Bien qu'il n'y avait pas objet à faute ici. Il avait simplement fait son travail.

« Ha ? Ce... Ce bâtiment... Et bien, il... il est un peu délabré, en plus, il ne répond plus aux normes et je... il empêche la construction de nouveaux bâtiments. J'avais pensé que celà serait bien de le raser pour... agrandir l'hôpital. Il... y a de la place et... c'est toujours bien d'avoir des chambres supplémentaires. Nous en manquons terriblement ici. Vous savez... »

Bah, il s'en était bien sorti, non ? ou presque... Il releva ses yeux bleus marines vers ceux de Regina pour voir sa réaction. Il se doutait qu'elle s'opposerait à la destruction de cet édifice, quoi qu'il cache. Il devait pourtant faire part d'une partie délicate à Regina, qui ne voulait pas forcément lui annoncer. Sa bouche se courba dans une légère grimace alors que ses yeux se plissèrent. Il dit d'une voix plus faible, mais qui était directe:

« Je dois ajouter que les papiers ont déjà été envoyés et il sera dur de faire marche arrière. Et si je reviens en arrière, je risque de perdre en crédibilité. L'inspection risque de me retomber dessus. »

Il savait qu'elle s'en ficherait royalement, mais il avait quand même essayé. Il se tenait prêt à d'éventuelles représailles de cette femme qui se trouvait devant lui. Il se mit alors à rêver d'une bonne cigarette qu'il prendrait surement à la sortie de cette maudite entrevu. Il avait besoin de fumer, et le tabac était un de ces pêchers qu'il n'arrivait pas à se passer... Tant pis pour la bonne résolution d'arrêter... Il pensait vivre le pire de l'entrevue, mais il ne savait pas encore que le pire était encore à venir et tout ce que Regina complotait...

made by pandora.


Dernière édition par Billy Small le Jeu 21 Mar - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Mer 20 Mar - 21:52

    Ce Billy Small portait décidément bien son nom. Un homme de petite taille, relativement facile à impressionner. Voire bien plus facile que la plupart des gens ici. Je n'aurais pas à dire grand chose pour que ce petit monsieur capitule. Il m'avait l'air bien trop gentil aussi, rajoutant une facilité. Je me souviens bien lorsque j'étais allée récupérer Henry chez lui, il s'était montré bien aimable de l'accueillir. Sans vraiment savoir que c'était le fils du Maire au début, sans doute. Il résidait dans un appartement quelques étages au-dessus de celui de Mary Margaret et d'Emma. D'ailleurs, il me semblait que cet immeuble non plus n'était plus tout à fait aux normes. Du moins, pas au point que cela devienne dangereux pour les habitants, pour l'instant. Seulement, les lieux étaient un peu vétustes. Un peu délabrés, et vieillot. Si Billy s'acharnait trop, je menacerais de faire détruire leur immeuble, si il ne faisait pas rapidement ce que je lui avais demandé. Je reste ainsi assise en face de lui, les jambes croisées et les mains rejointes, à le fixer. Le petit monsieur semble tendu, bon point pour moi, et assez déstabilisé. Il commença alors à essayer de s'expliquer, même si je savais que ça ne changerait rien pour ma part, je pris quand même la peine de l'écouter, voir ce qu'il avait à dire. Après tout, je me devais de laisser aux habitants un petit peu de liberté de parole, histoire de ne pas passer complètement pour une Maire tyrannique et fasciste. Ainsi il voulait agrandir l'hôpital. Je restais neutre, mais je souriais intérieurement, ironiquement. Quel homme, qui voulait venir en aide à la société, c'est vraiment trop mignon. Malheureusement pour nos malades, mes petites affaires passent avant (j'ai honte d'écrire ça c'est pas moral XD). Et il est hors de question que le bâtiment derrière l'hôpital soit détruit. Sinon, ce qui se trame dans les sous-sols seraient dévoilé au grand jour. Que peu de gens étaient au courant ici, si jamais cela venait à se savoir, c'était la prison assurée. Ce serait dommage de tout gâcher à cause d'un semi-homme. Ainsi, ses idées me plaisaient guère. Certes, elles étaient honorables. Mais cela ne se passait pas comme ça ici. Je lui remis tout de suite les idées en place.

    « Oui, je comprends votre point de vue. » sourire hypocrite. « Seulement, détruire ce bâtiment coûterait encore plus cher à la commune, que d'agrandir l'hôpital sur un autre terrain. De toute façon, ce n'est pas au programme. Nous n'avons qu'un seul médecin ici, le Docteur Whale ne sera pas apte à s'occuper d'avantage de patients. Pour le moment, nous jugeons qu'il y a bien assez de lits disponibles. »

    Heureusement, personne ici ne sait comment fonctionne réellement le système. Enfin bref. Par contre, les papiers déjà envoyés, ça me plaisait beaucoup moins. Mes mains se resserraient, la veine sur mon front commençait à être bien visible. Je me lève alors, m'approchant de Mr Small, menaçante. Les aiguilles de mes escarpins résonnant dangereusement sur le sol. Je me mets face à lui, le menaçant du doigt. Il était petit, je me penchai alors vers lui, lui laissant furtivement deviner l'ébauche de ma poitrine dans mon décolleté (a).

    « Vous m'avez mal comprise, Mr Small. Bien, je reprends moins subtilement. Il est hors de question que ce bâtiment soit détruit ! Débrouillez-vous comme vous voulez, récupérez ces maudits papiers, je les veux sans faute à la fin de la semaine pour les détruire. Vous n'êtes pas en droit de prendre de telles initiatives sans mon accord. »

    J'approche un peu plus mon visage du sien, baissant d'un ton mais d'une voix qui se faisait bien plus froide et menaçante.

    « Je me fiche de votre crédibilité. Ne faîtes pas détruire ce bâtiment. Ou sinon, je ferais détruire votre immeuble, je vous ferais renvoyer de votre poste, et vous n'aurez plus aucun avenir dans cette ville. Me suis-je bien fait comprendre ? »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Jeu 21 Mar - 14:48

A blackmail around a glass
REGINA MILLS & BILLY SMALL. ----
La tension était palpable et l'atmosphère faite de pleins d'hypocrisie. A vrai dire, le sourire amical de Billy s'était déjà envolé depuis un moment. Quelle idée avait-il eu de vouloir détruire ce bâtiment. D'ordinaire, il essayait d'éviter ce genre de choses avec Madame le Maire. De toute manière, dans cette ville, tout le monde évitait d'être en conflit avec cette femme, car elle pouvait se montrer incroyablement persuasive pour arriver à ses fins. Mais Billy savait qu'il avait commis une erreur.

Quand il lui avoua que les papiers étaient déjà envoyé et que celà serait difficile d'arrêter le train en marche... Elle se leva et se dirigea vers lui. Billy baissa les yeux et se tassa sur sa chaise à son approche. A l'évidence, elle ne devait pas être contente du tout. Elle se pencha vers lui. N'osant pas la regarder dans les yeux, son regard se porta directement sur son décolleté. Restant un homme, et aillant devant lui une femme plus que désirable il faut l'avouer, il ne détacha pas pourtant son regard de sa poitrine. Pour regarder où d'ailleurs ? Son esprit se déconnecta alors, laissant planer un malaise difficilement contenu. Son esprit et son imagination débordante pouvait faire le reste. A vrai dire, Billy a toujours eu beaucoup de problèmes avec la gente féminine. Il n'était pas un goujat et plutôt un homme romantique, mais disons qu'il pouvait se sentir mal à l'aise pour tout et pour rien, si bien qu'il ne faisait jamais le premier pas. Du coup, et à chaque fois, il se retrouvait toujours sur la paille. Il n'était pas celui qui créait les choses mais plutôt celui qui subissait.

Elle approcha son visage du sien, et par un miracle, il réussit à relever les yeux vers les siens. En même temps, il ne pouvait plus faire autrement que de la fixer dans les yeux. Il ne respirait presque plus. Bien que son cerveau fut déconnecté pendant un moment, il avait repéré plusieurs mots qui lui vinrent comme un signal d'alarme et qui lui disait clairement qu'il devait obéir au Maire. Quand la parole lui fut donné. Il bredouilla d'abord avant de réussir à commencer à construire une phrase concrète.

« Je... heu... Je vais... essayer de... Enfin... C'est à cause de la pénétration... heu... je veux dire... » Il se donna une claque mentale et essaya de se reprendre, son visage était devenu cramoisie par la gêne. « C'est pas ca... Je m'explique mal. Je voulais... dire enfin pénétration dans le sens: entrer dans le bâtiment... Pour refaire des analyses... heu non... des... des... expertises... Une contre expertise de l'analyse. Voila. Mais vous savez Madame le Maire, je fais en sorte de... de... faire au mieux pour la préservatif... NON ! PreservatION de l'environnement. Le Maine est un état tellement riche en... en... au niveau environnemental, il serait dommage de venir... venir... bouleversé le système. » Pourquoi fallait-il qu'il fasse des phrases trop longues ? Il en perdait le fil de ce qu'il disait. « Pour... pour quand voulez vous les papiers ? Je... J'ai pas bien saisi ce... ce passage là.  »

Il s'enfonçait et il le savait, mais il était en pleine panique. Et dans ces cas là, il pouvait raconter tout et n'importe quoi. Cette histoire, les menaces, la prestance dévastatrice de Regina, la proximité... C'était beaucoup pour lui.

Spoiler:
 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Lun 25 Mar - 23:20

    Je connais ce regard. Le regard effrayé lorsque votre supérieur vous met la pression, et quand votre vie est en jeu. Ce monsieur avait peur, sans aucun doute. Du moins, c'est ce que j'avais pensé pendant les premières minutes de notre entretien. Dès lors que je m'étais approchée, c'était bien différent. Il semblait gêné. Je voyais ses yeux tenter de rester dans les miens, puis de regarder un peu plus bas, puis de nouveau essayer de revenir me fixer...etc. Ses joues devenaient de plus en plus rosées, comme si son visage allait exploser. Trop de pression ? Ou bien...cela ressemblait étrangement d'avantage à de la gêne. Décolleté trop plongeant peut-être ? Il semblerait que c'était de ça qu'il s'agissait, à en juger par ses yeux exorbités et les conneries qu'il me répondit, qui en suivirent. Mon dieu...cet ahuri n'avait rien écouté. Moi qui pensais faire forte impression...j'en faisais plus dans son caleçon que par mes menaces. Intéressant. Ou plutôt, encore un sur qui la femme sensuelle que je suis prend le dessus sur le Maire tyrannique. Plusieurs possibilités s'offraient alors à moi, profiter de lui pour obtenir ce que je veux si mes menaces ne suffisent pas. C'est pour cette raison que son charabia ne suscita pas mon agacement, il était même amusant au contraire. Ses allusions étaient plus qu'explicites et je ne pus alors m'empêcher de rire. Le sourcil haussé, je me redresse alors, posant mes mains de chaque côté de mes hanches, et regardant Billy de haut. Il n'avait en effet rien écouté...et pire encore, sa virginité sautait aux yeux. Quel homme « normal » pourrait se retrouver troublé par le léger décolleté d'une femme à ce point-là, alors que cette dernière le menace de lui reprendre tout ce qu'il a ? Sérieusement...bon, au moins ce petit homme avait le mérite de me faire rire. Mais qui était-il réellement ? Je n'étais plus sûre qu'il vienne de la forêt enchantée. Bien que je ne connaisse pas tous les habitants, j'avais un doute quand même. En attendant, je ne m'adressai pas à lui sur le ton de la rigolade.

    « Il semble que vous ne preniez pas mes menaces au sérieux. Si encore vous les aviez écoutées. »

    Je soupire, exaspérée. Puis je m'éloigne un peu. Mon bureau est équipé d'un petit salon, comme vous le savez. Au-dessus de l'un des canapés, un petit rangement. Mais il ne contient pas n'importe quoi. Lentement je m'approche pour aller l'ouvrir. Il y a toujours des bonnes bouteilles chez Régina, où qu'elle aille. Je sors alors deux verres de cristal, que je remplis d'un fond convenable de whisky pur. J'en bois souvent, cela ne risque pas de me faire grand chose. Voyons la réaction de ce cher Billy. Je reviens alors vers lui, l'air sévère, lui tendant le verre, ce qui signifiait qu'il avait tout intérêt à accepter et à boire sans ronchonner. J'en prends une petite gorgée, puis retourne m'asseoir à mon bureau, pour lui éviter tout coup d'oeil mal placé sur une certaine partie de mon anatomie féminine. Puis je reprends, plus calmement, mais pas moins sévère.

    « Cette fois ouvrez grand vos oreilles, si je dois répéter une troisième fois, vous perdez votre travail immédiatement. » Je reprends rapidement une autre gorgée. « Je me fiche de toutes les explications possibles que vous m'avez fournie pour la destruction de ce bâtiment, j'exige qu'il soit conservé. Sinon c'est bien simple, non seulement vous perdez votre job mais également votre maison et votre situation. De ce fait, je veux ces papiers ce soir. Vous n'aurez pas jusqu'à demain matin, ou ce sera trop tard pour vous. Que ce soit bien clair. »

    Je finis alors mon verre complètement, le reposant sur le bureau et gratifiant mon hôte d'un sourire satisfait, tandis que je me calai au fond de mon fauteuil, les jambes croisées.

    « Et bien, ce whisky a du mal à passer ? »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Mar 30 Avr - 18:01

A blackmail around a glass
REGINA MILLS & BILLY SMALL. ----
Il perdait tous ses moyens face au maire de la ville, comme beaucoup d'autres hommes à vrai dire, mais en plus de l'aspect "gaffeur" régulier du personnage, il s'enfonçait bien plus que certains dans ce domaine là. Et bien entendu Regina ne laissa pas passer cette maladresse. Il devait se reconcentrer... Oui... Il le devait sinon il risquait de le payer cher. Elle lui demanda... Non, elle lui assura plutôt qu'il ne prenait pas ses menaces au sérieux. Il fit un signe radicalement négatif de la tête, tout en bredouillant à mi-voix :

" Je... heu... Si Maire Mills, je... prends ces menaces au sérieux... Je... Je vous jure... "

Quand elle s'éloigna de lui, Billy se sentit de nouveau respirer. Regina se dirigea vers un mini-bar. Billy se redressa dans son fauteuil en lorgnant d'un oeil ce qu'elle faisait. Il n'aimait pas cette situation. Au grand dieu non ! Qu'on le sorte de là ! Alors qu'il priait pour qu'elle le congédie, elle revint en lui tendant un verre. Billy le regarda un instant. Ce n'était pas une invitation mais une obligation. Il attrapa le breuvage rapidement. Un peu d'alcool... Un peu d'alcool le détendrait dans ce genre de situation. Elle retourne à son bureau, Billy la suit des yeux, un peu figé sur sa chaise. Il était mal, très mal, dans tous les sens du terme. Il regarda son verre un moment. Puis elle lui parla de nouveau. Il plongea son nez dans son verre tout en acquiesçant. Billy aimait bien boire mais le whisky ce n'était pas son truc. Il préférait plutôt un bon verre de vin. Mais il n'allait pas faire la fine bouche ici et maintenant. Il réussit à boire une gorgé mais la seconde ne passa pas quand elle lui somma qu'il devait lui trouver ces papiers ce soir.

Absolument impossible ! Il s’étouffa avec sa gorgé et se mit à tousser comme un pauvre diable. Il devenait rouge alors qu'il tentait de reprendre son souffle.

" Je... Je... Eureuhm... Si je puis me permettre... C'est tout bonnement impossible, dans les meilleurs délais, il me faudrait au moins trois jours. Avec toutes les démarches administratives... "

Il allait y passer la nuit et s'il ne réussissait pas, il allait surement perdre tous ses biens, ainsi que son travail. Il deviendrait un pauvre clochard... Comment allait-il faire. Il se redressa sur son fauteuil. Allait-il la supplier ? Non, il n'était pas de ce genre là mais là... Il était en totale panique. Sa tension devait être grimpé bien plus qu'elle ne l'a jamais été. Il eut le regard dans le vague et en voyant son verre de whisky, il se dit qu'à l'instant, une bonne gorgé ne lui ferait pas de mal. Il finit son verre d'un trait en grimaçant. Il souffla longuement ensuite, tout en posant son verre sur le bureau.

" Donnez moi au moins un jour de plus s'il vous plait... Je... Je ferais tout ce que vous voudrez par la suite, mais par pitié. Je ne veux pas être à la rue. "

Il regretta tout de suite ce qu'il venait de dire à l'instant, mais il avait le couteau sous la gorge et il était face à une situation qui le dépassé. Ancien hobbit téméraire ou non... C'était la part de Billy totalement paumé en situation comme celle là qui refaisait surface. Cette partie qu'il avait dans son autre monde et qu'il appelait Baggins. Qui avait peur de tout, même de son ombre... Son côté Took était bien loin depuis longtemps depuis qu'il était arrivé à StoryBrooke.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   Ven 3 Mai - 14:20

    Très bien, définitivement Régina Mills fait toujours de l'effet, et forte impression. Il faut dire aussi que ce petit homme n'avait pas l'air bien courageux. Il semblait même bien chétif. Je prenais un malin plaisir à torturer son esprit. Billy n'avait pas l'air d'être un homme à problème, et c'était la première fois qu'il avait à faire à moi de cette façon, alors cette situation devait lui faire peur au plus haut point. J'aime ça...donner la peur au ventre des habitants de Storybrooke, exerçant mes fonctions telle une Reine tyrannique comme je l'étais avant. Venir menacer de faire prendre un tournant à leur petite vie bien tranquille. Celle de Mr Small se retrouverait bien perturbée si jamais il ne m'obéissait pas. En attendant, il semblait que le tour était joué, le whisky qui il y a quelques minutes avait du mal à passer, venait d'être bu désormais en un temps record. Son expression dérangée dû à l'alcool fort qui devait sûrement lui brûler l'oesophage m'arracha de nouveau un sourire. Du haut de mon fauteuil de cuir noir bien confortable, je le fixais toujours dans les yeux, attendant une réaction. Pauvre Billy qui semblait perturbé...rien d'étonnant à cela, voilà ce qui arrive lorsque l'on contrarie Maire Mills la toute puissante. Puis c'est en balbutiant que le petit homme s'entêta à me faire croire que le délais que je lui accordais était bien trop court. Sachant en plus qu'il n'allait pas être bien loin de midi et que pour avoir ces maudits papiers, il faudrait bien plus longtemps que ça. Bon, très bien. Régina Mills est sévère mais juste. Je lâchai un soupire et me résignai finalement à lui accorder un délais un petit peu plus long. Il ne fallait pas non plus qu'il s'attende à plusieurs jours comme il l'insinuait. Finalement j'aimais bien ce petit homme. Si soumis, si facile à manipuler. Voilà désormais qu'il me suppliait de ne pas le mettre à la rue. Comme c'était mignon. Assez papoté, je fis alors tomber la sentence.

    « Vous avez raison, je me suis peut-être montrée un peu dure. »

    Je m'étais assise, mais en fin de compte je décidai de me relever pour aller ranger les verres vides. Je pris le mien et passai à côté de Billy pour lui prendre le sien au passage, et ainsi tout ranger convenablement. Ensuite, je repris.

    « Qu'à cela ne tienne, je vous laisse jusqu'à demain. Dernier délais. Je quitte la Mairie à 17h. Vous avez donc jusque là. »

    J'estimais être suffisamment conciliante cette fois. Si seulement il s'agissait de la maison de Mary Margaret qui était en jeu comme ça...à elle, je ne lui aurais laissé aucun délais. Ainsi, Billy devait s'estimer heureux de ne rien avoir à se reprocher vis à vis de moi à Fairy Tales land. D'ailleurs, je ne savais toujours pas de quel conte il pouvait bien sortir. Il allait aussi falloir que je fasse des recherches là-dessus. Pour le mot de la fin, je me penche de nouveau sur lui, le menaçant du doigt. Sur un ton ferme et tranchant.

    « Vous avez de la chance que je me montre extrêmement conciliante. Vous n'aurez pas d'autre occasion de la sorte, Mr Small. Passez-y la nuit si il le faut. Mais si vous ne voulez pas vous retrouver à la rue comme vous le dîtes, il vaudrait mieux pour vous que ces papiers soient sur mon bureau demain avant 17h. »

    Bien. Je retourne m'asseoir et le gratifie d'un large sourire hypocrite. Le ton de ma voix se radoucit.

    « Bien. J'en ai finit avec vous, vous pouvez disposer. »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: A blackmail around a glass - Régina & Billy   

Revenir en haut Aller en bas
 

A blackmail around a glass - Régina & Billy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Google Glass : dites "non aux cyborgs"
» Keep my glass full until morning light, 'cause i'm just holding on for the night - KENDALL
» 4-Filtre alien skyn eye candy 5 impact : effet glass
» Présentation de Tiphanie D
» Billy 5110's HTPC ; i3 2120 & HD 6850

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-