Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On va tous mourir ! [Intrigue 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Lun 25 Mar - 15:34

    C'était une belle journée de printemps, il faisait beau, avec un joli soleil timide et des pépiements d'oiseaux heureux, et les habitants de Storybrooke s'aventuraient joyeusement dans les rues. C'était assez pour encourager Aislinn Liddell . Elle avait depuis quelques temps une nouvelle amie et colocataire: Alice Liddell. Aucun lien de parenté connu, ça s'appelle – aux yeux de la rousse – une merveilleuse coïncidence. Alice, un peu bizarre, un peu asociale et timide, un brin folle. Elle descendait de temps à autres sans qu'on l'ait vu y monter. Aislinn ne savait pas trop pourquoi elle était là, ce qu'elle faisait là. D'où elle sortait. Jeff avait proposé de l'héberger, de l'adopter dans leur petit asile... dans leur petite famille, et cela suffisait à Aislinn qui lui faisait pleinement confiance. Et puis, elle aimait bien la jeune fille.

    Or, aujourd'hui était un grand jour, grand jour qui recevait un coup de pouce de la météo clémente. La rousse avait persuadé Alice d'aller jeter un coup d'oeil à l'école, d'y faire un tour, de s'intégrer un peu. Elles s'étaient mises d'accord pour y aller la veille au soir, elle était bien décidée à ce qu'Alice n'oublie pas la promesse qu'elle lui avait arrachée ! Aislinn se tortillait, un peu nerveuse dans l'entrée lorsque Alice descendit de son antre. Non, tout allait bien, elles étaient fin prêtes. Aislinn adressa un grand sourire à Alice avant de crier à la tue-tête dans le manoir :

    « - Tu es prête ? Jeff, Rowan on s'en va ! »

    Aislinn passa une veste en jean sur sa robe, et entraîna, bon gré mal gré, Alice à sa suite. Elle était enthousiaste pour deux, et le beau soleil la rendait folle de joie, lui donnant envie de sauter partout, de trépigner, de hurler sa joie. Au point qu'elle envoya un sms à Willy, lui proposant de passer – si possible avec un goûter – à l'école. Il ne lui semblait pas qu'il connaissait la brune, mais pourquoi pas ? Avec du chocolat Wonka, même la perspective d'une journée de cours s'éclaire.

    Alors qu'elles arrivaient en vue de l'école, des nuages s'amoncelèrent soudainement dans le ciel de Storybrooke. Aislinn leva un regard inquiet vers la grisaille. Ce n'était pas du jeu ! De la triche, de la triche pas drôle, voilà ce que c'était ! Elle grimaça, agacée : il y a cinq minutes, il faisait grand soleil ! Le climat de Storybrooke était changeant, on ne pouvait jamais savoir ce qui allait vous tomber sur le coin du museau. Et le mauvais temps était souvent violent, le dernier orage avait été terrible. Aislinn frissonna et remonta frileusement la fermeture éclair de sa veste alors qu'une bourrasque de vent venait les frapper.

    «- On devrait aller se mettre à l'abri. »

    Une pluie imprévue semblait sur le point de leur tomber dessus, mais si elles se se dépêchaient, elles seraient dans l'école à temps. … Okay, si elles couraient. Aislinn attrapa la main d'Alice, lui faisant presser le pas, puis courir. Elles n'étaient plus qu'à quelques mètres, et sans doute que d'autres étudiants étaient réfugiés à l'intérieur.

    « - On court ! »




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1964
POINTS RPS : 178
REPUTATION : 51



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Once Upon A Time »
Mais en réalité, je suis
Admin
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Lun 25 Mar - 21:08

Aigéan & Aislinn & Alice & Willy & Vanessa
« On va tous mourir ! »

Un frisson le long de la colonne vertébrale, une pression dans le cou, un souffle sur les cheveux. Eléazar était en train à nouveau de me transporter dans un autre univers, là où rien n’existait vraiment, à part le seul plaisir d’être ensemble. Je m’étais pourtant dit en le voyant que pour une fois ça ne finirait pas pareil. Mais ses incitations avaient été trop insistantes et trop savoureuses pour que je puisse y résister. Voilà même que désormais, c’est moi qui prenais les devant et qui… « Aigéan. Aigéan ! Tu es avec nous ? » Mon attention se reporta sur le moment présent. Flûte, ça m’arrivait de nouveau. Ne pouvait-il pas sortir de mes pensées au moins une heure ? Pour une fille qui faisait comme si elle n’en avait pas grand-chose à faire, j’offrais un drôle de tableau. Le prof me regardait d’un air intrigué, mi amusé, mi agacé. C’est qu’il n’avait pas l’habitude me voir rêveuse. Habituellement ses cours suscitaient chez moi une attention extrême, un sérieux presque irréel. Quelle désillusion. Voilà qu’il allait se poser des questions à présent. « Pardon, nuit difficile. ». L’emploi du mot ‘nuit’ me fit monter le rouge aux joues, et pourtant cette nuit-là je l’avais belle et bien passée seule et sans aucun tourment. Autant coller sur le front d’un voleur « c’est moi qui aie pris l’orange ! ».

Le reste du cours je repris mon sérieux légendaire et ne déviai pas une seule fois vers des pensées peu catholiques. J’avais presque l’impression que c’est Eléazar qui m’envoyait toutes ces images de sa boutique et qu’il en riait beaucoup : absurde, mais l’image me faisait sourire, c’était bien son genre. La sonnerie annonçant la fin du cours retentit enfin et je rangeai mes affaires en vitesse. Je tentai de me faufiler entre le troupeau qui s’extirpait de la salle, mais… « Aigéan, tu pourrais venir voir s’il te plait ? ». Aie.

Le sermon ne dura finalement pas très longtemps et pas une seule fois il ne me posa de questions sur une quelconque relation « amoureuse ». Je devais juste faire attention, les partiels n’étaient pas dans très longtemps et, ce sont ses mots, j’étais un trop bon élément pour me laisser impressionner si près du but. Pendant cette petite morale, j’avais remarqué que le ciel bleu s’était assombri et que le soleil avait disparu. Des gouttes avaient même commencé à tomber. L’optique de finir trempée avant d’arriver chez moi ne me plaisait pas mais je n’avais pas la moindre envie d’attendre que ça se calme à l’école… D’autant plus qu’à vue de nez, les choses allaient empirer.

Collant mon sac sur ma poitrine et m’abritant avec une pochette en plastique dur, je me mis à courir, reprenant mon souffle à chaque petite parcelle sèche que nous offraient les arcades de l’école. Il n’y avait pas encore de vent, mais ce n’était qu’une question de temps. Cependant je restais sereine : l’école n’était pas si loin que ça de chez moi. Je fis une pause de quelques secondes et me mis à courir de nouveau, tête baissée, les mains commençant à être ruisselantes de pluie. Il y avait de l’eau partout, j’étais totalement encerclée, submergée, mais tout me paressait totalement naturel, normal, banal. Un banc de poissons passa tout près de moi, coloré, scintillant, magnifique. Je ne ressentais rien à par l’étrange impression d’être là où je ne devais pas être.

Sans rien voir venir, je me retrouvai à terre, le tête douloureuse. C’est quelques instants plus tard que je réalisais que je venais d’entrer en collision avec deux personnes, une brune au visage totalement inconnu, et une rousse que j’avais quelques fois croisée au sein de l’école. A terre, je me frottai la tête et fis une grimace. « Est-ce que ça va ? Désolée je ne vous avais pas v… » Non mais, c’était quoi ces images incroyables que je venais d’avoir et qui m’avaient totalement transportée l’espaces d’une seconde ?



.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Ven 29 Mar - 19:52




« On va tous mourir ! »


Assise en tailleur sur le planché du grenier, je suis angoissée. Il me rappelle mon enfance, ma vie dans la misère, mais ma vie heureuse jusqu’au drame. Appart cela, le manoir de Jefferson est plutôt spacieux, mais je n’aimerai pas l’y voir de l’autre côté du miroir, par peur de ce que je pourrai y voir ou même comment je pourrai le représenter. Aujourd’hui Aislinn veut m’emmener voir les locaux du lycée. Cela fait un moment qu’elle essaye de m’y traîner, il faut croire qu’elle y est parvenue. Cette fille est plutôt gentille, mais quand je pense à ce que m’a dit la sorcière des mers, cela me fait peur. En effet, tout le monde présent à Storybrook serait un personnage de conte, et son nom de famille, étant le même que le mien, son deuxième prénom étant « Alice », et ce Jefferson et ses chapeaux, et Rowan le fourbe aux yeux coquins.. Dois-je en conclure qu’il ne s’agit en fait que d'Alice, le chapelier et le chat de Cheshire ce vieil animal très intelligent ? C’est à cause d’eux que je suis comme ça, que je suis ici. Mais pourtant.. Ils partagent leur toit avec moi et je leur en suis reconnaissante. Après tout, je suis sûrement en plein délire, en train de rêver dans le lit de la maison de correction du docteur Bumby.
Je descends alors, « Tu es prête ? Jeff, Rowan on s'en va ! », s’écrit-elle. Elle m’entraîne dehors.

Nous sommes maintenant à l’extérieur avec un beau soleil qui me brûle les yeux. Je n’ai plus l’habitude de voir autant de luminosité, moi qui suis habituellement toujours dans le noir et puis à Londres, le soleil n’est pas tellement au rendez-vous. Alice tapote sur son clavier de téléphone portable, elle envoie un message, je ne sais pas à qui, mais peut-être qu’elle veut me présenter à quelqu’un ou bien prévenir notre arrivée.

De loin, j’aperçois l’école, mais aussi de beaux nuages gris regorgeant d’humidité qui pointent le bout de leur nez. Peut-être que quelqu’un a lu dans mes pensées ? Ou peut-être pas en fait, vu que ce monde est sûrement dans ma tête, par conséquent je peux contrôler la météo non ? Le vent fait virevolter mes cheveux bruns tout comme les cheveux roux d’Aislinn. « On devrait aller se mettre à l'abri. On court ! », me suggère-t-elle, puis elle m’attrape la main et nous nous lançons alors dans une course effrénée afin de parvenir jusqu’à l’école. Nous arrivons jusqu’aux arcades puis tombons nez-à-nez avec une fille à la chevelure chatoyante et c’est le cas de le dire, car nous nous retrouvons à terre toutes les deux. « Aïe ! », dis-je en me frottant douloureusement l’épaule. Aislinn me tend la main pour me relever. A mon tour je relève l’inconnu, « Où courrais-tu comme ça ? Tu aurais pu faire attention, je me suis fais mal. Ca va toi ? », lui dis-je le plus naturellement possible. Mal est un bien grand mot, je me souviens avoir eu plus mal que cela, mais bon, les mots sont sortis tout seule de ma bouche.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 30 Mar - 13:46






« On va tous mourir ! »

«Intrigue #01»


William observait le ciel bleu parsemé de nuage depuis l'une des fenêtres de sa boutique de confiseries, les bras croisés, ses doigts pianotant sur son avant-bras. Il réfléchissait, et son cerveau fonctionnait à vive allure. Ses yeux plissés et sa mâchoire serrée en disait long sur son mécontentement ; il s'était éveillé avec une idée – une merveilleuse et extraordinaire idée, comme toujours – mais l'avait oublié le temps d'aller prendre une douche. Charly n'avait pas voulu la lui rappeler, pourtant le chocolatier était persuadé de la lui avoir dite ! Oui, bon, d'accord, peut-être bien que les fouines ne parlaient pas, mais Willy était trop préoccupé pour s'en souvenir. Des parapluies en réglisse ? Un crayon enrobé de caramel ? Des chamallows au chocolat ? Non, non et non. Ce que cela pouvait l'agacer ! Il attrapa une poignet de bonbons qu'il fourra dans sa bouche pour se calmer et essayer de penser à autre chose. Toute cette agitation ne servait à rien, et s'il restait dans cet état, il serait bien incapable de faire quoi que se soit de bon dans la journée. Ce qui serait un véritable gâchis. Son portable sonna un air joyeux sur le comptoir, mais il lui fallut quelques minutes avant de le retrouver : la petite hermine, dont le pelage commençait à roussir avec l'arrivée du printemps, était allongée dessus. Cela n'arrangea en rien son humeur, et il ouvrit le message en appuyant sur l'écran tactile d'un geste sec, ne faisant même pas attention à l'expéditeur ; pourtant voir le nom de son amie aurait dû lui tirer un sourire, voir l'apaiser ; Aislinn ne lui envoyait jamais de messages susceptible de l'énerver. Non, en général, ils l'excitaient tellement qu'il en sautait partout jusqu'à accomplissement dudit sms.

Rendez-vous à l'école ! Tu pourrais amener le goûter ?


Et puis bon, restons tel que nous sommes ; William sauta par-dessus le comptoir – Charly cru bien se faire écraser – avec tellement de grâce et de souplesse qu'il se retrouva les quatre fers en l'air de l'autre côté. Un goûter ? On avait parlé de goûter ? Il sauta sur ses jambes en se massant le coccyx et se dit que répondre au SMS serait pas plus mal ;

Pas de soucis, j'arrive avec Charly.
J'espère que tu as faim ! ;P


Hop-hop, William attrapa un sac qu'il remplit de diverses confiseries, allant de la boîte de gâteaux jusqu'à la poche de bonbons, sans oublier le chocolat. Et le tout fait par ses propres soins, évidemment ! Ce serait une honte s'il amenait un goûter qui ne soit pas Wonka, tout de même ! Le jeune homme enfila son manteau, et cacha l'hermine sous son chapeau haut-de-forme ; quoi que la mignonne bestiole passa son museau par-dessous pour pouvoir goûter aux doux rayons de soleil.

En chemin, il pu remarquer que de gros nuages gris commençaient à cacher le beau bleu du ciel. Le chocolatier soupira, avant d'accélérer le pas. De fines gouttelettes d'eau commencèrent à s'abattre sur la ville, toujours plus serrées. Charly rentra son museau sous le chapeau, alors que William allongeait encore le pas.

William cligna des yeux. Il se trouvait dans une grande cuisine claire, quoiqu'à dominance de tons rouges. Il y avait bien du chocolat qui chauffait dans quelques cuves, et d'autres bonbons Wonka, mais ce qui le choqua le plus fut la jeune femme qui grignotait cachée sous une table. Il fut vaguement inquiet pour elle, mais son sourire rayonnant et ses grands yeux eurent tôt fait d'effacer cette inquiétude. Il l'aidait à se relever alors qu'elle lui disait s'appeler Alice ; lui observait ses cheveux roux avec attention, n'en ayant jamais vu de tel auparavant.

William chancela, mais réussie à se rattraper avant de tomber. Le chocolatier s'arrêta quelques secondes, se massant les tempes d'une main. Wawawa, c'était quoi ça ?... Il sursauta lorsqu'une forme humaine apparu dans son champs visuel. Relevant la tête, il reconnu la mystérieuse jeune femme qui rendait visite à leur maire de temps à autre. En réfléchissant bien, il pu mettre un nom sur son visage ; il n'y avait pas beaucoup d'habitants à Storybrooke, retenir leur noms n'était donc qu'un exercice facile pour le jeune homme. Reprenant son habituel sourire, il mit cette étrange vision dans un coin de son esprit pour y réfléchir plus tard.

- Willy : Mademoiselle Octopus ! Que faites-vous donc dehors par un temps pareil ? Venez donc avec moi, nous faisons un goûter à l'école et vous êtes la bienvenue!

Sans attendre la réponse de la jolie brune, il attrapa son poignet pour l'entraîner dans son sillage. L'école n'était plus très loin, et William ne lâchait pas Vanessa. Quand ils arrivèrent enfin en vue de l'école, le chocolatier ne cacha pas sa surprise de voir trois jeunes femmes sous la pluie ; sa chère Aislinn, Aigéan et une brunette inconnue au bataillon. En posant son regard sur la rousse pour lui demander ce qu'elles faisaient ici au lieu de s'abriter, William tiqua. Il cligna des yeux en lâchant la main de Vanessa, fronçant les sourcils :

- Willy : Alice ?... Oulalah, qu'est-ce qu'il racontait ? C'était Aislinn, pas Alice ! D'où il sortait ce prénom ? Ce n'est pas parce que son cerveau avait inventé des trucs étranges qu'ils étaient vrais... Aislinn, pardon... Je... J'ai amené le goûter... Ça vous direz de le manger au sec? termina-t-il sur un ton enjoué pour chasser son trouble.


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 30 Mar - 17:27


    J'avais un mauvais pré-sentiment. Tellement mauvais que j'avais décidé de me rendre à Storybrooke pour rendre visite à Regina. La magie semblait chamboulée et je voulais savoir si notre chère Reine l'avait ressentie. Pour l'instant rien ne s'était produit mais j'étais persuadée que quelque chose clochait. J'avais donc franchit le passage pour me rendre à Storybrooke. Le soleil m'aurait presque aveuglée. Disons que l'océan n'est pas des plus lumineux.

    J'arriva vite en centre-ville. Cette ville m'exaspérait. Si ça continuait ainsi j'allais bientôt la connaitre par coeur. Je marchai à vive allure, un air désagréable peint sur le visage. L'assombrissement si soudain du ciel me fit lever les yeux. Le temps venait de changer, comme par.. magie ? J'étais de moins en moins rassurée. Des gouttes de pluie vinrent s'échouer contre mon visage. Qu'est-ce que c'était que cette mascarade ? Les rues n'étaient pas vraiment peuplées mais un homme attira mon attention. Voilà qu'il vassillait. Son chapeau semblait ridicule. Il m'aurait presque rappeler Jefferson. Ce cher chapelier que je cherchais toujours d'ailleurs. J'allais passer mon chemin quand l'homme m'interpella. Je levai la tête vers le ciel en fronçant les sourcils. J'étais tellement habituée à mon océan que la pluie m'était presque imperceptible. J'avais oublié que dans ce monde, il utilisait une drôle de chose pour se cacher de la pluie, comme si elle était acide. Je me tournai vers lui, un sourire poli sur les lèvres. Un goûter ? Qu'est ce que c'était que ça encore ? Je n'eus même pas le temps de répondre qu'il attrapa ma main. De quel droit osait-il me toucher celui là ? J'essayais tant bien que mal de ne rien dire de désagréable mais mon dégoût pouvait se lire sur les traits déformés de mon visage. Ce n'était pas sa personne qui me faisait cet effet simplement le fait qu'il dégouline de gentillesse. Était-ce courant d'inviter des gens à un "gouter" sans même les connaitre ? Les habitants de cette ville étaient véritablement timbrés.

    Ma curiosité me poussait à le suivre. Je sentais au contact de sa main qu'il ne faisait pas parti du monde des contes mais qu'il ne faisait pas parti de ce monde non plus. Étrange. Peut-être venait-il du même royaume que Jefferson, en tout cas son chapeau pouvait le laisser penser. Nous arrivâmes près de trois jeunes filles. Et d'ailleurs elles ne m'étaient pas inconnu. Mon coeur rata un battement en apercevant Ariel. Cette petite peste était là, devant moi. Je jubilais intérieurement tandis qu'un sourire s'accrocha à mes lèvres. Finalement ce gouter s'avérait plutôt être une bonne idée. J'allais pouvoir m'amuser un peu. La fille Triton allait avoir un avant-gout de ce que je lui réservais pour la suite. Je reconnus également Alice derrière sa chevelure noire. De cette façon j'allais pouvoir constater les effets de mon sortilège si elle ne rentrait pas à temps. Restait cette rousse qui m'était totalement inconnue. Je devais désormais reprendre mon rôle de simple maire de la ville voisine. « Bonjour mesdemoiselles. Votre ami m'a proposé de me joindre à vous.. Si vous n'y voyez pas d'inconvénients ça serait avec plaisir. » Mon but n'était pas de semer un vent désagréable derrière mon passage comme Régina. Je voulais simplement me faire le moins remarquer possible. Je trouverais un prétexte plus tard afin de quitter les lieux incognito. Mais d'abord il fallait que je m'amuse un peu avec cette petite garce d'Ariel.

    La pluie continuait néanmoins de me préocuper. Tout ça n'avait rien de naturel. Avait-elle un effet sur ces naïfs ou était-ce simplement une pluie passagère ? Je mettrais les choses au clair avec Régina mais pour l'instant c'était visiblement l'heure de "gouter" et surtout de s'amuser un peu.


Dernière édition par Vanessa Octopus le Ven 5 Avr - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Dim 31 Mar - 22:19


Aigéan & Aislinn & Alice & Vanessa & Willy

Trop tard. Il pleuvait, les nuages avaient crevés et répandaient leur contenu sur Storybroke avec une agressivité qui faisait penser que l'on en avait après eux. Pourquoi, hein, pourquoi ? Là comme ça, sans prévenir, ils se prenaient la sauce sur la tronche ! Elle persuadait Alice de sortir, et … et Storybrooke n'était pas de la partie pour la fête de bienvenue, merci beaucoup. Le beau temps n'avait pas duré longtemps et la pluie avait suivit les nuages avant que les filles n'aient le temps de se mettre à l'abri sous les arcades. Aislinn sentit distinctement les premières grosses gouttes de pluies lui tomber sur le crâne, ses mèches de cheveux commencer à se coller contre ses tempes et le temps se rafraîchir.

Jefferson. Le visage de Jefferson emplit soudain la vision d'Aislinn qui se sentit irrésistiblement sourire. Il lui tendait une tasse de thé fumante, alors qu'un haut de forme vacillait sur son crâne. Elle avait l'impression qu'il tenait par magie. Elle ne se souvenait pas de lui avoir déjà vu les cheveux aussi longs, mais tout était possible, avec lui. Elle se sentit prendre la tasse entre ses petits doigts, la serrer entre ses mains et humer la délicieuse odeur du thé. Comme si c'était la première fois.

Son esprit lui signala soudainement avec une logique imparable que Jefferson n'était pas là, qu'il était au manoir et qu'elle était dehors, sous la pluie. Pourquoi pensait-elle à Jefferson ? Elle pensait souvent à Jefferson, elle vivait avec lui après tout, et il était la personne à qui elle tenait le plus au monde. Mais tout de même, Aislinn sois donc un peu moins distraite, tu es en train de cour... heurter des gens là.
Aislinn poussa un cri et reprit son équilibre de justesse – les chutes à répétition, ça forge l'équilibre ! - à la différence de ses deux comparses. Elle aida précipitamment Alice à se relever, un peu inquiète qu'elle se soit faite mal. Quelle sortie !

« Est-ce que ça va ? Désolée je ne vous avais pas v… » Aislinn se tourna vers la jeune femme encore au sol alors qu'elle aidait Alice. Elles n'étaient pas cinquante rouquine à Storybrooke, et elle avait déjà croisé celle-ci plusieurs fois dans les couloirs de l'école. Et dans la rue près de chez Eléazar, une ou deux fois, maintenant qu'elle y pensait. Aigéan, voilà comment elle s'appelait. Aislinn lui sourit et acquiesça à sa question. « Où courrais-tu comme ça ? Tu aurais pu faire attention, je me suis fais mal. Ca va toi ? » Aislinn récupéra les affaires qu'Aigéan avait fait tomber dans sa chute, pendant que la brune la relever. Elle les lui tendit, en fixant les deux filles d'un air inquiet, se mordillant la lèvre inférieure.

« Vous allez bien, toutes les deux ? Alice ? Tu t'es fais mal ?! »

Il continuait de pleuvoir. Ils étaient sous la pluie. Pour une fois qu'elle n'avait pas mis de couvre-chef, tiens ! … Les parapluies, par contre, ce n'était pas vraiment son truc. Mais ça, Aislinn ne le réalisa qu'en voyant Willy approcher en compagnie d'une femme brune qui lui était jusqu'alors inconnue et à qui il tenait la main. Il avait pensé à mettre un chapeau lui, au moins. Ils devraient penser à rentrer avant d'être complètement trempés.

Willy, un sourire grand jusqu'aux oreilles lui conseillait d'ajouter quelques cubes blancs et sucrés à son chocolat chaud. Il partait chercher quelques douceurs. Il la laissait seule dans un grand endroit mystérieux, encombré de délicieuses odeurs. Il allait revenir.

Oui, oui, Willy était là. Il avait du recevoir son message l'invitation à passer. Quelle idiote, elle avait oublié de regarder son portable pour voir sa réponse. La pluie, ça vous fait passer de drôles d'idées par la tête. «  Alice ?... Aislinn, pardon... Je... J'ai amené le goûter... Ça vous direz de le manger au sec? » Aislinn lui sourit, bien qu'écarquillant les yeux, s'étonnant que Alice et Willy se connaissent. Puisqu'il venait de l'appeler – et avant même de l'appeler, censément son amie ! - ils devaient bien se connaître, non ?

« -Oh, tu connais Alice ?! … Euh oui, au sec »

Aislinn bredouilla, secouant ses cheveux mouillés pour s'éclaircir les idées. Elle saisit à nouveau Alice par la main, et Willy par la manche et les entraîna à sa suite sous les arcanes qui ne se trouvaient plus qu'à quelques mètres du petit groupe. Une fois à l'abri, malgré le vent qui leur soufflait encore quelques gouttes, Aislinn reprit difficilement son souffle. Elle agita vaguement la main entre les différentes personnes concernées :

« … Alice, Aigéan, Aigéan, Alice. Aigéan, Willy, Willy, Aigéan.»

Elle essuya ses mains encore humides sur sa veste, et reposa son regard sur la nouvelle venue, seule personne ici inconnue. « Bonjour mesdemoiselles. Votre ami m'a proposé de me joindre à vous.. Si vous n'y voyez pas d'inconvénients ça serait avec plaisir. » Willy avait proposé à une inconnue de venir avec eux. Pas de problèmes. C'était dans ses habitudes et Aislinn y était personnellement habituée. Elle aurait fait de même. Que les autres y voient à redire ? Elle ne l'envisageait même pas, dans sa naïveté curieuse.

« -Bonjour à vous. Euuh maintenant que l'on est au sec, oui, pourquoi pas... Je... m'appelle Aislinn, et vous? »

Lui demanda Aislinn, avec sa spontanéité habituelle. Elle lui sourit doucement, tout en enfouissant ses mains dans les poches de sa veste. Quelle pluie.




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1964
POINTS RPS : 178
REPUTATION : 51



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Once Upon A Time »
Mais en réalité, je suis
Admin
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Mar 2 Avr - 13:44

Le choc avait été aussi inévitable qu’inattendu. Moi qui avait voulu me dépêcher pour éviter au plus la pluie qui redoublait à chaque instant, voilà que je me retrouvai à terre, les cheveux rapidement trempés. « Aïe ! » Horrifiée par la situation, je me précipitais pour m’excuser auprès des deux jeunes femmes qui avaient subis la chute. Parmi elles se trouvaient la rouquine que je croisais régulièrement à l’école – nous devions avoir un emploi du temps très similaire – et qu’il m’avait semblé apercevoir à la boutique d’Eléazar. La seconde fille, par contre, m’était totalement inconnue et c’était malheureusement elle qui semblait le plus souffrir de la collision. La rouquine aida son amie à se relever, cependant que celle-ci me sommait de faire plus attention à ma démarche. « Je suis vraiment désolée, avec la pluie et… Je ne vous avais pas vu. » Je me frottai la tête et acceptai volontiers sa main tendue, me relevant rapidement et gratifiant la rousse d’un sourire radieux pour la remercier d’avoir ramassé mes affaires éparpillées à terre. « Vous allez bien, toutes les deux ? Alice ? Tu t'es fait mal ?! » S’enquit la jeune fille. Enfin sur pieds, j’attachai rapidement mes cheveux et lui dis que tout allait bien, qu’il y avait eu plus de peur que de mal et que je m’excusais encore d’avoir été si étourdie.

Soudainement, son regard se perdit derrière moi. Je me retournai et mon sang se glaça lorsque je reconnu la jeune femme qui accompagnait William ; le chocolatier de la ville. Que venait-elle faire ici celle-là ? Madame Octopus, la maire d’une ville voisine, rendait régulièrement visite à notre maire à nous. J’aurais pu n’en avoir rien n’à faire, oui mais voilà, la belle femme brune semblait avoir une dent contre moi. Regard noir, remarques désagréables, j’avais l’impression d’être son défouloir. « Alice ?... Aislinn, pardon... Je... J'ai amené le goûter... Ça vous dirait de le manger au sec ? » Un goûter ? Visiblement les trois avaient prévu quelque chose et je n’allais certainement pas m’inviter, d’autant plus que la maire voisine semblait être de la partie… « Oh, tu connais Alice ?! … Euh oui, au sec. » Ainsi donc la rousse était Aislinn, la brune Alice. Je leur fis un petit signe de la tête en voulant prendre congé mais William m’entraina avec eux sans que je puisse dire quoi que ce soit.

Une fois arrivés au sec, Aislinn se mit à faire les présentations (et visiblement elle connaissait déjà mon prénom. Elle était certainement plus attentive à l’appel que moi.) « Oui je connais déjà William. » Dis-je en souriant à l’intéressé. Lui et moi avions eu l’occasion de nous rencontrer à divers moments, pour des affaires de business au garage et pour des affaires personnelles à la chocolaterie. Le chocolatier était du genre hypersocial et sa bonne humeur était communicative : il était devenu mon deuxième ami à Storybrooke. « Ravie de te rencontrer Alice, c’est toujours étrange de voir de nouveaux visages ici. D’où viens-tu ? » Mais elle n’eut pas le temps de répondre. La femme dont je souhaitais par-dessus-tout oublier l’existence venait de se manifester. Bien sûr que je voyais un inconvénient à ce qu’elle partage ce « goûter » avec nous. « Bonjour à vous. Euuh maintenant que l'on est au sec, oui, pourquoi pas... Je... m'appelle Aislinn, et vous? » Vanessa Octopus, Maire-garce de service, à croire que c’était le métier qui voulait ça par chez nous. « Quel bon vent vous amène ? » Demandais-je d’une petite voix fluette, alors qu’en réalité je lui aurais volontiers craché dessus.

Le visage embué de larmes, je pose mes yeux sur ces deux horribles créatures. Des bestioles horribles, on en voit tout le temps chez nous, mais celles-ci annonce toujours de mauvais présage. Un frisson parcourt mon dos cependant que je leur demande de déguerpir rapidement. « Ursula peut t’aider elle… » Je me raidis. Entendre prononcer ce nom me fait trembler de peur et d’angoisse, d’un autre côté, une curiosité malsaine s’installe en moi. Et si c’était vrai ?

Je fronçai les sourcils. Depuis quand les poissons parlaient-il ? J’avais sans doute mangé un truc pas frais à la cantine, je venais de chopper une intoxication alimentaire grave qui me faisait halluciner. La mine anxieuse, je me demandais s’il ne valait pas mieux que je rende visite au docteur Whale.

La sublime créature qui se trouve devant moi est aussi belle que dangereuse. Sa proposition alléchante causera ma perte, mais mon espoir enfantin est trop fort pour que je puisse résister et fuir aussi vite que possible, comme ma raison me cri pourtant de le faire. Evidemment, avec elle, on n’a pas rien sans rien. « Ce que je veux de toi mon ange, c’est ta voix. »

Mes yeux horrifiés se posent sur ceux ensorcelant de madame Octopus. Instinctivement, mes mains se portent à ma gorge. Pétrifiée, et ne contrôlant plus rien, je lâche « Ma voix ? »



.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Mar 9 Avr - 16:18

Aislinn m’aide à me relever. J’ai mal aux fesses. « Je suis vraiment désolée, avec la pluie et… Je ne vous avais pas vu. », dit la rousse, évidemment qu’elle a pas vu, elle avait la tête baissé et fermait à moitié les yeux ! Je lui tends la main pour la relever elle aussi. « Vous allez bien, toutes les deux ? Alice ? Tu t'es fait mal ?! », nous demande brusquement Linn, la jeune fille réponds simplement et j’acquiesce, « Oui, elle a raison, plus de peur que de mal, j’ai été surprise en fait, je ne m’attendais pas à me retrouver à terre aussi vite, enfin.. Vous avez compris. » dis-je.

D'un coup, mon cœur se serre, comme la fois où j’ai rencontré la reine rouge dans mes cauchemars, lorsqu’elle le tenait dans ses grandes mains monstrueuses et qu’elle s’amusait à le presser légèrement. Quelle est la raison de ce haut-le-cœur ? Ursula ! La sorcière des mers, celle sans qui je ne serais pas là aujourd’hui. Son habit de peau lui va comme un gant, je préfère celui-ci à son habit naturel, il est beaucoup moins effrayant. Elle est accompagnée d’un jeune homme, plutôt séduisant. Rapidement ils s’avancent jusqu’à nous. « Alice ?... Aislinn, pardon... Je... J'ai amené le goûter... Ça vous dirait de le manger au sec ? », lâche-t-il soudainement. Deuxième haut-le-cœur, comment connaissait-il mon prénom ? Quelqu’un qui me traque ?! Ah non c’est vrai, mon imagination, j’avais oublié que j’étais en train de rêver, ça a l’air si réelle. « Oh, tu connais Alice ?! … Euh oui, au sec. », réponds Aislinn, là elle me prends par la main et nous nous dirigeons sous les arcades afin d’être à l’abri de la pluie. Linn fait les présentations des différentes personnes « … Alice, Aigéan, Aigéan, Alice. Aigéan, Willy, Willy, Aigéan. », je souris à tout le monde, « Oui je connais déjà William. Ravie de te rencontrer Alice, c’est toujours étrange de voir de nouveaux visages ici. D’où viens-tu ? », à la réponse d’Aigéan mon cœur se sert pour la troisième fois. D’où je viens ? Oh simplement de Londres, je suis actuellement en train de dormir dans un lit de la maison de correction du docteur Bumby ou je suis peut-être même en pleine rue évanoui, schizophrène bonjour ! « Bonjour mesdemoiselles. Votre ami m'a proposé de me joindre à vous.. Si vous n'y voyez pas d'inconvénients ça serait avec plaisir. », on dirait que la sorcière des mers vient de me sauver la mise une nouvelle fois. « Quel bon vent vous amène ? », ma tête suis le cours des paroles débitées par les autres, tout comme on le ferait en regardant un match de tennis. En tout cas, Aigéan et Ursula n’ont pas l’air d’être très amies.

Silence de marbre pendant quelques instants, un silence un peu pesant, nous formons un cercle, je peux voir le visage de tout le monde, je regarde William, puis Aislinn, puis la sorcière des mers et enfin Aigéan, et pourquoi cela ? Parce que nous avons tous le regard braqué sur elle, parce qu’elle vient de dire une chose vraiment étrange, « Ma voix ? », de quoi parle-t-elle ? Cela me met mal à l’aise et j’aimerai m’éclipser, ces gens sont encore plus fous que moi, ou peut-être est-ce moi qui suis folle ? Je savais que je n’aurai pas dû venir, en fait j’aurai du rester de l’autre côté aujourd’hui, mais non, le destin en a décider autrement.

Le ciel s’assombri.. Il est vraiment, vraiment très sombre, presque comme si la nuit tombait. Comme si la nuit tombait ?! Est-ce que ça va me faire quelque chose ? Me faire disparaître à petit feu comme s’est marqué dans le contrat ? Mais il est question de couché de soleil, pas de nuage qui le domine au point de le cacher. Je regarde ma main droite, et c’est horrifié que je m’aperçois que mon index et mon majeur ne sont plus, je pousse un petit cri sans le contrôler avant de mettre rapidement ma main dans la poche de ma veste. « Pardon ! Je.. J’ai.. » vite, une idée, une idée, une toute petite idée… « J’ai cru voir un blaireau là-bas ! », je montre de la main gauche un endroit au hasard derrière Aislinn qui se trouve en face de moi. Un blaireau ?.. Je ne sais même pas où vivent les blaireaux ! Mais la seule chose que je sais.. C’est que je suis en train de m’effacer.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 13 Avr - 14:44





« On va tous mourir ! »

«Intrigue #01»


Alors qu'il se trompait pathétiquement dans le prénom de son amie – avant de se rattraper aussi vite qu'il le put – la rousse (enfin, celle qu'il connaissait le mieux des deux... Aïe aïe aïe, ça devenait compliqué pour le chocolatier tout ça !) écarquilla les yeux, comme étonnée, ce qui ne fit qu'aggraver la honte qu'il ressentait à son ''fourchage de langue'' malgré le sourire de son amie.

- Aslinn : Oh, tu connais Alice ?! … Euh oui, au sec
- Willy : A... Alice ? Le trouble de William était presque palpable. Il y avait vraiment une Alice ici ? Ce n'était pas possible, étrange coïncidence... Euh, non. Connait pas. William esquissa un nouveau sourire ravi, chassant ses pensées parasites. Mais enchanté !

Posant ses yeux sur la brunette qu'Aislinn avait attrapé par la main, alors qu'elle l'attrapait lui-même par la manche. Non, ce n'était pas elle qu'il avait vu. Imaginé. Que savait-il encore. Il s'agissait bien d'Aislinn... William capta juste à temps le léger signe de tête d'Aigéan, avant de passer un bras autour de ses épaules pour l'entraîner avec eux. Elle n'allait tout de même pas les quitter pour rentrer chez elle par ce temps de pluie ? Surtout quand il avait une poche pleine de Wonka !

Une fois qu'ils furent tous bien au sec, William se débarrassa de son manteau trempé pendant qu'Aslinn faisait les présentations, bien qu'il connaissait déjà la jolie rouquine du nom d'Aigéan, à laquelle il rendit d'ailleurs un grand sourire. Pour le reste, le chocolatier laissa les demoiselles parler entre elles, n'écoutant qu'à moitié ce qu'elles se disaient, pendant qu'il vidait son sac. Chocolat, gâteau, chocolat chaud, chamallows, confiseries et bonbon en tout genre... Jus de fruit – mais pas Made In Wonderland, Willy ne faisait pas encore de jus de fruit ! Ah, la théière et le thé, pour Linn évidemment, il n'avait pas envie d'empoisonner ses petits camarades. Quand Willy eu fini de préparer tout ça, il remarqua qu'un silence pesant c'était étiré sur la petite troupe.

Un mouvement attira son regard. Aigéan ouvrait des yeux horrifiés sur la maire du village voisin, ses mains portées à sa gorge. Jetant un coup d'œil à cette dernière, il ne trouva rien qui puisse justifier le comportement de la jeune femme...

- Aigéan : Ma voix ?

Le jeune homme lança un regard interrogatif à Aislinn, mais elle ne semblait pas en savoir plus que lui. Il attrapa une tasse de chocolat chaud qu'il brandit sous le nez d'Aigéan avant de passer un bras réconfortant autour de ses épaules. Le chocolat chaud faisait toujours du bien. Toujours.

- Willy : Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-il d'une voix légèrement inquiète.

Pour couronner le tout, le ciel s'assombrissait encore. Alice poussa un cri horrifié. Quoi encore ? William ne savait plus où donner de la tête, quelle journée étrange.

- Alice : Pardon ! Je.. J’ai... J’ai cru voir un blaireau là-bas !

Charly passa soudainement sa tête sous le chapeau de son maître, faisant tomber celui-ci en poussant un couinement strident. L'hermine n'aimait pas du tout les blaireaux. Ses petits yeux noirs fixaient l'endroit désigné par Alice pour y trouver l'affreuse bestiole sans qu'elle ne parvienne à la voir, avant de se glisser dans le coup de la rouquine bouleversée pour frotter son museau contre sa joue. William fixa chacun des visages des personnes présentes, puis le ciel.

Quel beau soleil il faisait. Accoudé à une immense fenêtre qui déversait ses rayons à l'intérieur de la pièce, William observait pensivement le labyrinthe qu'il apercevait au loin. Une petite voix aigüe lui demanda soudainement s'il fallait mettre de la vanille dans le chocolat chaud. Un sourire apparut sur son visage alors qu'il se tournait vers Charly, la jolie petite hermine qui le suivait partout et qui portait une petite toque et une petite blouse blanche de cuisinier. Répondant à la question, il se tourna de nouveau vers la fenêtre. Le chocolatier s'ennuyait, depuis plusieurs semaines. Ou mois, il ne savait plus trop. Depuis qu'Alice avait réussi à s'échapper, en fait. Depuis qu'ils avaient essayé de fuir dans ce labyrinthe maudit, et que des gardes les avait rattrapés. Il avait du prétexter chercher quelques ingrédients secrets pour que la rouquine puisse s'enfuir, mais n'avait pas pu la suivre. Son amie lui manquait, jamais personne ne venait le voir pour discuter, prendre le thé ou grignoter avec lui, depuis qu'elle n'était plus là. L'obscurité tomba soudainement. Il releva les yeux, voyant avec stupéfaction une masse de nuages noir-violets s'avancer rapidement vers le château de la reine de coeur. « Charly, regarde ! » L'hermine sauta jusqu'à la fenêtre. « C'est quoi ça ?... » couina-t-elle d'une voix apeurée.

- Willy : C'est que des nuages, Charly. Ça va passer.

William eu un léger arrêt. Charly releva la tête en entendant son nom. Le chocolatier se passa une main dans les cheveux en esquissant un sourire gêné.

- Willy : Hum... Elle n'aime pas les orages. excuse pitoyable, mais cela valait mieux que rien. Et ne t'inquiètes pas, Alice. S'il y a un blaireau, il ne s'approchera pas de nous. Quelqu'un veut quelque chose ? demand-t-il en retrouvant une voix enjouée. C'était tellement étrange tout ce qui se passait ici qu'il valait mieux grignoter un peu !


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 13 Avr - 16:30



J'avais beau me concentrer, j'avais beaucoup de mal à paraître aimable. J'avais bien conscience que mon visage n'était pas des plus chaleureux. J'avais néanmoins plusieurs cordes à mon arc et le fait d'être une bonne actrice en faisait parti. Après tout, si ce n'était pas le cas tout les misérables qui étaient venus me voir ne m'aurait jamais fait confiance.

Je les suivait donc au sec. La pluie semblait les déranger comme une tempête de sable en plein désert. Je les observait sans rien dire, lançant quelques regards noirs à Ariel, ou à "Aigean" comme on l'appelait ici. C'était compulsif, je ne pouvais m'en empêcher. Cette petite peste dont j'avais prit soin pendant des années avait gâché ma vie, elle et sa famille de malheur. Je détournai la tête un instant pour ne pas que ma colère soit visible. Une fois calmée je me retournai vers Alisinn qui me demandait qui j'étais. Bonjour je suis Ursula, sorcière de mon état et j'ai le pouvoir de te réduire en cendre en un claquement de doigt. Je secouai doucement la tête pour redescendre sur Terre.

« Pardon je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Vanessa Octopus, je suis le maire d'une ville pas très loin. »

Je tournai soudainement la tête vers Ariel. Mes sourcils se froncèrent sans même que je ne m'en rende compte. Sa voix m'exaspérait. J'aurais aimé qu'elle se rappelle de tout, rien que pour voir ses yeux refléter une terreur sans précédent. Eric n'était pas là pour la protéger et j'aurais pu l'écraser avant que quelqu'un n'ait le temps de réagir. Mais malheureusement je ne pouvais rien faire contre sa perte de mémoire. Je trouvai alors un prétexte à mon signe d'agacement.

« Bon vent je ne sais pas si c'est la bonne expression vu ce temps de chien mais.. je regardai Willy sortir ses confiseries d'un drôle d'oeil c'est votre ami Willy qui m'a attrapé alors que j'allais voir Régina. »

Sans le savoir William m'avait en vérité conduit jusqu'à ma "proie" et même si je n'avais pas prévu de m'occuper de son cas aujourd'hui, je n'allais pas laisser filer une telle occasion. Je regardais Alice pendant que le silence faisait son oeuvre. Le ciel devenait de plus en plus sombre et les nuages opaques. Soudain Ariel me lança un regard qui m'était familier. C'était comme si elle m'avait reconnu. « Ma voix » avait-elle dit. J'eus une désagréable impression de déjà vu. Je penchai doucement la tête vers elle, un sourire mesquin sur les lèvres « Et bien qu'est-ce qu'elle à votre voix Mademoiselle ? Vous avez mal à la gorge ? » Je faisais mine de ne pas comprendre mais je savais parfaitement à quoi Airel faisait allusion. Cette pluie était décidément une plaie. Je comprenais petit à petit qu'elle n'était pas innocente. Ils semblaient tous perturbés, plus qu'à l’ordinaire en tout cas. Je quittai la sirène du regard pour me tourner vers Alice qui poussa un cri. Un blaireau ? N'était-ce pas plutôt sa main qui commençait à disparaître ? J'aurais émis un rire diabolique si la situation m'en avait donné l'occasion. Le ciel était pratiquement noir et cette pluie magique devait créer des interférences. Ainsi Alice devait être heurtée par mon sortilège. Je la laissais dans son cauchemar. J'étais curieuse de voir comment la jeune femme allait gérer la situation.

Un petit bruit attira mon attention et je constatai avec horreur que sous le chapeau ridicule de William se cachait une drôle de bestiole. Je la regardait avec de grands yeux. Décidément cet homme était peut-être agréable à regarder mais il était également cinglé. J'étais néanmoins mal placé pour juger le petit animal, étant bien consciente que Jetsam et Flotsam n'étaient pas des plus beaux. Ils me manquaient mes amours. D'ailleurs si je les avait recueillit c'était parce que les autres les rejetaient à cause de leur laideur. Nos différences nous avaient rapprochés. Même si moi c'était mes pouvoirs qui m'avait fait exclure de la cours de Triton.

William proposa alors quelques friandises. L'ambiance était très bizarre. J'avais déjà vu mieux. Surtout lorsque j'étais au Palais. J'étais toujours là pour faire la fête. On s'avait s’amuser à l'époque ou j'étais encore à Atlantica. Je souris et me tourna vers le chocolatier. « Je goûterais bien un de ces trucs là... Un chamallow.» Étrange comme confiserie. En vérité je n'avais aucune envie de sucre mais il fallait bien s'intégrer un minimum. D'ailleurs une idée me traversa l'esprit. Pourquoi avoir des pouvoirs magiques si je ne m'en servais pas ? Ainsi j'avais pensé à rendre ces confiseries très relaxantes, voir même de les rendre assommantes. Au moins s'ils tombaient tous dans un sommeil profond je pourrais m’éclipser mine de rien. Je gardais cette idée dans un coin de mon esprit. Il était trop tôt pour penser à ça.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 20 Avr - 13:33


Aigéan & Aislinn & Alice & Vanessa & Willy

Un trésor tombe du ciel et, grâce à notre talent pour ne pas voir la beauté et la magie de ce monde, nous l'ignorons, et souvent, le maudissons.


Au sec, il est plus facile d'avoir les idées claires...n'est-ce pas? En théorie, oui. Cela semblait nécessairement plus simple de penser quand le vent ne vous met pas les cheveux dans la figure et quand la pluie ne vous trempe pas jusqu'aux os. Tout le monde s'était donc réfugié à l'abri, plus ou moins de gré, plus ou moins forcé : Aislinn avait bien cru qu'Aigéan allait se faire la malle à l'arrivée de Willy et de la jeune femme, mais heureusement le chocolatier avait pris les choses en main.
« -A... Alice ? » Oui ? Tout naturellement Aislinn se retourna vers Willy avec un sourire, avant de sérieusement buguer. Oui, elle venait de réagir au prénom Alice, comme si c'était normal, comme si elle s'appelait ainsi. Youhou, ça va plus ma pauvre, toi tu as un prénom bizarre et incompréhensible, réveille toi, Aislinn. Elle secoua la tête, remettant ses quelques neurones en place et manquant la rencontre entre Alice et Willy. Ils allaient bien s'entendre de toute façon, hein ?

« Ravie de te rencontrer Alice, c’est toujours étrange de voir de nouveaux visages ici. D’où viens-tu ? » Aislinn se reconnecta avec la réalité, clignant des yeux stupidement. Elle n'était pas Alice, il y avait une Alice ici, là, juste à côté. Aislinn tendit le nez, bien intéressée par la question, et surtout par la réponse; après tout, Alice avait surgit, ils l'avaient hébergé, et comme ils étaient tous fous, sans poser de question sur la bête. Oui, oui, Aislinn n'était pas la plus naïve et pleine de confiance débile du lot. « Pardon je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Vanessa Octopus, je suis le maire d'une ville pas très loin. » … Ravie de faire votre connaissance, mais vous pouviez pas attendre que Alice réponde, hein ? La réponse était intéressante. Profitant de l'occasion ( quand est-ce qu'on peut dévisager quelqu'un, à part quand il vous parle ? ) Aislinn l'observa rapidement. Elle n'avait pas l'air ravie de se trouver parmi eux. Du tout. Elle se contrôlait difficilement pour ne pas le laisser voir, mais …

« Quel bon vent vous amène ? » Aislinn votait pour l'averse qui leur tombait sur la tête – ou présentement, sur le toit. « Bon vent je ne sais pas si c'est la bonne expression vu ce temps de chien mais.. c'est votre ami Willy qui m'a attrapé alors que j'allais voir Régina. » votre ami Willy qui n'était pas son ami à elle, apparemment. Vanessa semblait résister à l'envie de faire la grimace et de les laisser en plan, et Aislinn lança un regard presque inquiet au chocolatier.

« - Voir Régina ? Pourquoi faire ? »

Aislinn, ferme ta bouche et enferme donc ta curiosité maladive, ce n'est pas le moment. Par bonheur, cela sembla passer inaperçu, puisque Aigéan poussa un cri, monopolisant l'attention. « Ma voix ? » Hum ? La jeune femme n'avait pas l'air d'aller très bien, et le fait qu'elle tienne sa gorge à deux mains ne devait pas aider. Willy bondit aussitôt à son secours, armé d'une tasse de chocolat chaud, son arme préférée « Qu'est-ce qui se passe ? »

« Ta voix est normale, arrête de te serrer le cou, tu vas perdre la tête et ta voix. »

Déclara Aislinn d'une voix qui se voulait apaisante, malgré la teneur quelque peu inopinée des propos. « Et bien qu'est-ce qu'elle à votre voix Mademoiselle ? Vous avez mal à la gorge ? » Aislinn lança un sourire à Vanessa et acquiesça l'hypothèse :

« -Avec toute cette pluie, tu as dû attraper un rhume, mais ça va aller. Prends un peu de chocolat ! »

Le chocolat guérit tout, et il n'y a rien de mieux qu'une boisson chaude pour aider une gorge douloureuse ! Et par chance, ils avaient tout ce qu'il fallait dans leur petit abri, grâce au goûter apporté par Willy et qu'il avait mis en place pendant qu'ils discutaient. Le regard gourmant d'Aislinn se posa dessus – et tout particulièrement sur le thé – quand Alice poussa un cri. Aislinn pivota aussitôt vers elle, alertée. « -Alice ?! »« Pardon ! Je.. J’ai.. » Aislinn la fixa, l'air inquiet. Quoi ? Qu'était-il arrivé à Alice ? Qu'avait-elle loupé ? « J’ai cru voir un blaireau là-bas ! »

« - Où ça ? »

Aislinn se retourna et son regard suivit docilement la direction indiquée par la main de son amie. Où ça un blaireau ? Son ton était d'ors et déjà émerveillé, le blaireau pouvait être bleu à paillettes, qu'elle le croirait. Ah ça, quand on dit naïve... Non, pas de blaireau à l'horizon, juste une petite fouine adorablement mignonne. La voix de William parvint difficilement à ses oreilles alors qu'à son tour la rouquine fixait le ciel. Au revoir le beau ciel de printemps, bonjour des nuages menaçants, une pluie battante qui camouflait les rayons du soleil. Du vent, de la pluie. Il faisait presque nuit maintenant.

« -Ce n'est qu'un orage... »

Répéta Aislinn d'une petite voix, murmurant plus pour elle-même qu'autre chose. Qu'un orage. Ce n'était rien un orage. Les orages, Alice avait toujours détesté les orages, depuis qu'elle était petite. De gris le ciel passait à noir, les bougies s'éteignait, il faisait nuit et la maison craquait comme si elle allait leur tomber sur la tête dans un fracas poussiéreux. Un petit cousin était mort lorsque le toit de sa propre demeure s'était effondré sur sa tête. Les orages étaient dangereux. Ils étaient sombres, et terrifiants.
« - Quelqu'un veut quelque chose ? » « Je goûterais bien un de ces trucs là... Un chamallow.» Un sourire amusé passa sur le visage d'Aislinn. Vanessa était une magnifique jeune femme, mais la dignité était inscrite sur ses traits. Elle semblait plutôt du genre à boire du vin, assise sur un trône royal et drapée dans des robes magnifiques, plutôt que grignoter un chamallow dans un pique-nique humide. Aislinn reprit la parole, hésitante;

« - Je peux avoir du thé, s'il te plaît ? »

Après avoir lancé un dernier regard apeuré vers la pluie qui sévissait si près d'eux, elle s'approcha d'Alice, pour lui presser le bras droit d'un air réconfortant, sans prendre garde à la main – puisque invisible – qu'elle dissimulait dans sa poche, et lui déclara à voix basse :
« -Je suis désolée de t'avoir fait venir ici, Alice... »

Aislinn s'approcha des gourmandises que Willy avait ramenée, et s'assit par terre, essayant de chasser toutes les bizarreries de sa tête. Elle avait survécu à un ouragan en mer, elle pouvait bien affronter une averse et des blaireaux .




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1964
POINTS RPS : 178
REPUTATION : 51



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Once Upon A Time »
Mais en réalité, je suis
Admin
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Mer 24 Avr - 11:57

La vue de madame Octopus m’était insupportable. Nous n’avions jamais directement été liées mais j’avais la certitude qu’elle me portait en grippe. Chaque fois qu’elle était dans les parages, un sentiment d’oppression me rongeait de l’intérieur, m’empêchant parfois de respirer. Son sourire narquois sur ses lèvres chaque fois qu’elle me dévisageait ou chaque fois qu’elle m’adressait la parole, c’était une preuve de plus qu’il y avait un problème. J’aurais pu donner n’importe quoi pour arranger les choses si seulement j’avais su qu’elle était son souci. Hélas, je ne la connaissais ni d’Eve ni d’Adam, impossible de savoir donc ce qu’elle me reprochait. Peut-être qu’être amie avec la maire Mills l’avait rendu un peu timbrée… Ça m’embêtait bien d’être celle qui en pâtissait. « Bon vent je ne sais pas si c'est la bonne expression vu ce temps de chien mais… c'est votre ami Willy qui m'a attrapé alors que j'allais voir Régina. » Qu’est-ce que je disais. Cul et chemise les deux. J’en avais des frissons. « Voir Régina ? Pourquoi faire ? » Demanda Aislinn. Je la regardais l’air de lui dire ‘mais t’es folle, ne demande rien !’, mais je ne sus jamais si elle avait capté mon regard ou pas : je venais d’être absorbée, telle une patiente en pleine séance d’hypnose, dans les limbes de mon cerveau ‘détraqué’. Octopus était là, mais tout était flou, je ne savais pas trop où nous nous trouvions. Pourtant tout avait l’air très naturel. La seule chose qui me fit douter dans son ton fut lorsqu’elle me réclama : ma voix.

Retour à la réalité. Tous autour de moi me regardaient étrangement, comme si je venais de dire une énormité terrible. Avais-je pensé tout haut ? Alice avait le regard fuyant, Will et Aislinn échangèrent un regard interrogateur. «Qu'est-ce qui se passe ? » S’enquit celui-ci en encerclant mes épaules de son bras avant de me mettre sous le nez une tasse de chocolat chaud. « Ta voix est normale, arrête de te serrer le cou, tu vas perdre la tête et ta voix. » Perdre la tête ? Je fixais Aislinn et ses idées bien étranges. Cependant, je fis vivement retomber mes bras et saisis la tasse tendue par Willy. « Merci… » « Et bien qu'est-ce qu'elle a votre voix Mademoiselle ? Vous avez mal à la gorge ? » Je lui lançai un regard noir. Elle n’était pas étrangère à tout ça ! Tout était trop gros pour que tout aie été inventé par mon esprit. Soupçonneuse je la regardais au plus profond de ses yeux. Plus je la fixais, plus les choses me paraissaient claires : sirènes, poissons, eau, voix, tout allait de paires avec ce que me disait Henry depuis des mois et ce que j’avais vu sous hypnose le jour de ma rencontre avec Eléazar. J’avais envie de hurler, de fuir, mais Aislinn m’offrit une explication toute prête. « Avec toute cette pluie, tu as dû attraper un rhume, mais ça va aller. Prends un peu de chocolat ! » Je lui souris et remuais la tête, comme pour faire valser le problème. « Tu as rais… » Un petit cri attira mon attention sur Alice. « Pardon ! Je.. J’ai.. J’ai cru voir un blaireau là-bas ! » Un blaireau ? Je me tournai vivement vers l’endroit que montrait Alice. « Où ça ? » demandai-je à l’unisson avec Aislinn. Charly manifesta son mécontentement en couinant. « Et ne t'inquiètes pas, Alice. S'il y a un blaireau, il ne s'approchera pas de nous. Quelqu'un veut quelque chose ? » Vanessa Octopus, qui ne s’était plus manifestée une seule fois, réclama à goûter aux chamallow et Aislinn demanda du thé. Je présentai ma tasse en signe que je ne désirais rien d’autre pour le moment. En réalité, je ne comptais pas m’éterniser. La présence de cette femme – je n’arrivais même plus à la qualifier. Qui était-elle réellement ? – me mettait terriblement mal à l’aise, et si Willy et Aislinn semblaient ici dans leur élément, ce n’était pas notre cas. Alice gigotait sans cesse et sa main fourrée dans sa poche était la preuve qu’elle ne se sentait pas à son aise. La maire Octopus était là d’une manière intéressée (cette femme n’était sociable avec personne autre que Régina Mills) et moi… J’avais envie de courir me réfugier à la maison. Malheureusement, la pluie redoublait sans cesse et le ciel assombrit semblait annoncer l’arrivée de la nuit (déjà ?). Storybrooke était bien étrange et le comportement de tous plus encore. C’était à douter de la nature de cette pluie. Willy avait toujours été un peu farfelu – c’est ce qui faisait son charme et sans aucun doute ce qui faisait que je l’appréciais autant – et les autres je ne les connaissais pas, mais moi je savais bien que quelque chose était inhabituel. « Quand cette pluie va-t-elle cesser ?... » Demandai-je doucement, comme pour moi-même. « Il faut que je rentre. »



.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Mer 1 Mai - 19:53

Mon cri n’a fait qu’accentuer la bizarrerie de la situation actuelle. « Alice ?! », s’enquière Linn. Tout le monde s’étonne de son origine, même l'hermine caché sous le chapeau de William. MÊME-L’HERMINE-CACHÉE-SOUS-LE-CHAPEAU-DE-WILLIAM. Elle regarde dans la direction que j’ai désignée sans grand succès avant d’aller s’enrouler autour du coup d’Aislinn. Décidément, je ne suis pas au bout de mes peines, ils sont aussi fous que dans mon livre d’Alice au pays des merveilles. Livre à cause duquel je me retrouve ici aujourd’hui.

« C'est que des nuages, Charly. Ça va passer. », dit William, il marque une courte pause, se passe la main dans les cheveux et reprend, « Hum... Elle n'aime pas les orages. Et ne t'inquiètes pas, Alice. S'il y a un blaireau, il ne s'approchera pas de nous. », je m’efforce de faire un petit sourire en coin, « Quelqu'un veut quelque chose ? » Je n’ai pas très faim. Et même si c’était le cas, je me vois difficilement manger qu’avec une seul main, surtout s’il faut enlever un papier quelconque.. Alors je reste silencieuse et regarde la sorcière des mers qui s’apprête à parler, « Je goûterais bien un de ces trucs là... Un chamallow. » ça n’est pas le genre de chose qu’elle doit manger habituellement. Je me demande d’ailleurs ce qu’elle mange.. Bon, là n’est pas mon problème principal. Je suis encore toute retournée par ce qui est en train de m’arriver. Aislinn à son tour passe commande « Je peux avoir du thé, s'il te plaît ? », puis un nouveau haut-le-cœur me surprend, elle vient de me presser le bras droit à une distance non lointaine de mon invisible main. Mon cœur s’emballe. « Je suis désolée de t'avoir fait venir ici, Alice... », sur ce point-là elle le peut, mais bon, elle ne pouvait pas savoir ce qu’il m’arriverai.. Malheureusement, je ne le pouvais pas moi-même et je ne sais pas non plus ce qu’il va se passer par la suite, peut-être arriverai-je à m’éclipser à un moment donné dans un futur assez proche ? Pour l’instant je suis prise au piège de mon propre cauchemar, de mon propre esprit.

La seconde rousse se remet à parler, « Quand cette pluie va-t-elle cesser ?... Il faut que je rentre. », bonne idée ! Je ne suis pas contre.. Mais Aislinn à l’air tellement contente d’être ici à boire son thé parterre, que je n’ai pas envie de lui faire de peine en l'obligeant à nous en aller.. Discrètement je pivote sur moi-même, retire à moitié ma main gauche de ma poche afin de constater les dégâts, et je découvre avec horreur que ma seconde main s’estompe également. Que vais-je faire sans pouvoir utiliser mes mains ? Je m’asseois en tailleur à côté d’Aislinn, lui faisant un sourire « Ca n’est pas grave, au moins ça m’aura fait sortir et rencontrer du monde », lui dis-je gentiment. Tant dis qu’une goûte de sueur me coule du front, je me mets à parler tout haut « Oui c’est vrai que cette pluie est agaçante.. J’ai un peu froid moi d’ailleurs, je pense qu’il ne faut pas que l’on tarde à rentrer avant que ça ne finisse par s’empirer ! », évidemment ces paroles sont à double sens. Mais que vais-je devenir ? Quelle partie de moi va s’effacer ensuite ? Je n’ai pas envie de savoir, mais si on tarde de trop, je risque de le découvrir d’ici peu, et les autres aussi..
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Sam 25 Mai - 0:28






« On va tous mourir ! »

«Intrigue #01»


Lorsque Willy proposa de manger – autant pour essayer de ramener l'atmosphère à quelque chose de plus chaleureux et convivial que parce qu'il avait faim –, Vanessa fut la première à se tourner vers lui en souriant ;

- Vanessa : Je goûterais bien un de ces trucs là... Un chamallow.

Le chocolatier l'encouragea d'un large sourire ; les chamallows, en voilà un très bon choix ! Il lui fit passer le bol remplie de ces délicieuses douceurs pour qu'elle puisse se servir. Aislinn lui demanda du thé ; et William lui offrit un petit sourire désolé. Il attrapa tout son nécessaire pour le lui donner, dont un thermos remplie d'eau bien chaude.

- Willy : Tiens. Je suis désolé, je te laisse le préparer... J'ai eu peur de vous empoisonner tous en le faisant moi-même. Avoua-t-il à contre coeur.

Que le grand Wonka ne sache pas faire du thé, tout de même !... Il en avait un peu honte. Mais il était chocolatier, après tout, on pouvait lui excuser cette lacune tant que ces chocolats restaient les meilleurs du marché, non ? En parlant de ça, le jeune homme attrapa une barre de chocolat qu'il engloutit sans plus de cérémonie, la laissant tout de même fondre dans sa bouche. C'était tellement bon... Hé, quoi ? Il n'était pas orgueilleux du tout, notre Willy, surtout quand il s'agissait de confiseries !

- Aigéan : Quand cette pluie va-t-elle cesser ?... demanda doucement la rouquine. Il faut que je rentre. ajouta-t-elle finalement

William fronça légèrement les sourcils. Comment ? Aigéan voulait leur fausser compagnie là, maintenant, tout de suite, sans même avoir goûté l'une de ses confiseries ? Ça n'allait pas du tout ! Et il continuait à pleuvoir. Il n'avait pas parapluie à lui prêter, et n'avait finalement pas l'intention de la laisser rentrer chez elle seule par ce temps.

- Willy : Déjà ? Mais il pleut, et tu n'as rien mangé... plaida-t-il avec une voix presque attristée

Alice rejoignit Aislinn par terre, assise en tailleur, les mains dans les poches. Il avait peur qu'elle ne s'ennuie avec eux – ou même qu'elle s'ennuie d'eux, à vrai dire – mais ne savait pas non plus quoi faire pour qu'elle se sente vraiment à l'aise. D'habitude, il n'avait pas à « se forcer », les gens du coin étaient généralement joyeux quand il débarquait avec ses chocolats. Mais le chocolat ne faisait pas tout – quoi que, dans un futur proche, cela pourrait peut-être être possible. La brunette pesta également contre la pluie. Il est vraie que ce n'était pas un temps idéal pour faire un goûter ici, mais malheureusement ils avaient été surpris. Charly émit un petit son – elle était d'accord avec Alice – avant de faire une espèce de ronronnement en sautant jusqu'au genoux d'Aislinn où elle essaya de se terrer et se rouler en boule.

- Willy : Oui, c'est vraiment dommage que cette fichue pluie nous ai surpris... soupira-t-elle. Personne ne veut goûter mes nouvelle boule pralinées ? C'est une exclusivité, je ne les ai pas encore mise dans ma confiserie! ajouta-t-il avec un clin d'œil.

Évidemment, il était certain de les avoir déjà fait goûter à Aislinn. Et elle était toujours là, en parfaite santé. Il n'y avait donc aucune inquiétude à avoir... N'est-ce pas ?


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   Lun 10 Juin - 21:10

Il fallait vraiment que je parte d'ici. Cette pluie n'allait pas cesser de si tôt je le sentais. Je voyais bien qu'elle avait quelque chose de magique. J'espérais bien justement qu'Ariel continue de se serrer le cou pour ma part. Si elle pouvait s'étrangler elle-même elle me rendrait un grand service. Je divaguais. Cette petite était idiote mais pas à ce point tout de même. J'ouvris grand les yeux lorsqu'Aislinn me demanda la raison de ma visite chez Régina. Quelle excuse pouvais-je bien trouver. Je me contenta d'un sourire crisper avant de répondre. « Oh des choses administratives mais j'ai été surprise par cette pluie si.. soudaine. » J’espérais bien que ma réponse apaise sa curiosité maladive pour au moins quelques minutes. Je remercia ensuite William et prit un chamallow. Étrange comme friandise. C'était tout mou. Très sucré. Je n'avais jamais rien mangé de semblable au par avant mais bien sûr je n'allais pas leur faire partager. Déjà qu'ils semblaient tous me trouver bizarre.. Je restais en retrait en me contentant d'observer les gens. Ariel semblait étrange, plus je l'a regardais plus j'étais persuadée que quelque chose n'allait décidément pas comme d'habitude.

Lorsque le chocolatier proposa aux autres de goûter ses nouvelles friandises je l'encourageai dans sa démarche. « Oh oui ça à l'air excellent ! » répugnant, écœurant. Je passai le plus discrètement de monde ma main au dessus de ses affaires. Je tentai de faire passer mon geste pour quelque chose de naturelle. En un rien de temps j'avais jeté un sort à toute sa marchandise. Autant dire qu'à partir de la je n'allais plus rien mangé. J'avais enfin trouvé un moyen de me défiler. Il suffisait simplement que chacun d'entre eux prennent une friandise pour aller rejoindre Morphée. Comme quoi la gourmandise est un réel défaut. Je souris, les mains jointes devant moi. Allez y mes mignons, mangez, buvez du thé. J'espérais bien qu'Ariel n'allait pas se débiner maintenant. Elle avait l'air de m'avoir reconnu ou elle semblait se poser des questions.Un tel regard ne pouvait qu'être accusateur. Je lui lançai un regard tout aussi noir. Si jamais elle avait bien retrouvé ses souvenirs mes plans allaient être entravés. Je ne devais pas perdre la face, surtout devant une petite idiote comme elle. Je ne l'a portait décidément pas dans mon coeur non, je l'a détestais plus que tout. Et dire que dans ma jeunesse j'ai pu en prendre soin, jouer avec elle, lui raconter des histoires. J'en avais des frissons dans le dos. La petite Ariel, la petite rebelle qui rêve d'évasion. Moi aussi j'avais rêver d'évasion, de monde nouveau d'ailleurs j'en ai fait des rencontres. J'ai vécu sur Terre, cotoyer des humains et ça bien avant elle ! Et comment ils m'ont accueillis tous ces misérables ? En me bannissant d'Atlantica. Mes sourcils se froncèrent et je détournais les yeux avant de venir l'étrangler moi-même.

Il fallait que je vois Régina avant que la situation ne s'aggrave. La malédiction m'avait été bien utile jusque là mais je n'avais toujours pas récupérer mon trident. Imaginez qu'elle désastre ce serait si les habitants de Storybrooke commençaient à retrouver leur mémoire ? Je soupirai discrètement, essayant de ne pas paraître contrariée.Je regardais Alice qui semblait encore plus mal à l'aise que moi et pour cause. Tous semblaient vouloir rentrer. Qu'est-ce qu'ils pouvaient être rabat-joie. Ce n'était que de l'eau après tout. J'attendais patiemment qu'ils gouttent aux friandises en faisant mine d'être moi aussi agacée par la pluie. Je l'étais aussi en vérité mais pas pour les mêmes raisons qu'eux. Je ne songeai qu'à une chose : leur fausser compagnie.
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: On va tous mourir ! [Intrigue 1]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On va tous mourir ! [Intrigue 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bonjour a toutes et tous
» Décocher tous les radiobutton ?
» bonjour à tous
» [Résolu]Projets softwarezator, .Net framework pour tous?
» Bien le bonjour à tous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-