Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 FLASHBACK - Broken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: FLASHBACK - Broken   Lun 27 Mai - 22:25



    Tu me manques, Daniel. Il ne se passe pas un instant sans que je ne pense à toi. Depuis que tu n'es plus là, je ne suis plus moi-même. Si tu savais comme je regrette d'avoir sauvé la vie de cette misérable fillette...Chaque jour je pleure ta disparition, mais surtout la pitié dont j'ai fait preuve ce jour-là. Quelle honte d'avoir cédé à ce sentiment, de l'avoir fait passer avant notre amour et notre bonheur. Maintenant, je ne serais plus jamais heureuse et je le sais, je le sens. Pour tout t'avouer, j'en suis arrivée à un point où je n'ai plus aucun espoir pour l'avenir malgré mon trop jeune âge. Je n'ai plus rien à perdre et mon cœur est emplit d'une profonde tristesse, ainsi qu'un ardent désir de vengeance. Tu n'aimerais certainement pas ça, tu as toujours connu la gentille Régina, celle qui n'aurait jamais fait de mal à personne bien qu'un brin rebelle envers sa mère tyrannique, mais dont la joie de vivre n'avait d'égale que sa bonté. Où est-elle passée la femme que tu aimais, Daniel ? Elle est morte en même temps que moi. Elle aussi a été lâchement assassinée par Cora Mills, cette femme que je n'ose plus qualifier de « mère », mais surtout par cette saleté de fille du Roi, Blanche Neige, qui n'a su tenir sa langue. Je devrais en vouloir d'avantage à Cora certes, mais je ne pourrais jamais lutter contre elle. Il est plus facile de s'en prendre à plus faible que soi. La gamine a ruiné ta vie, et le reste de la mienne. Vingt ans à peine, et tout est finit. Dans quelques jours, je vais devoir épouser un homme de plusieurs dizaines d'années mon aîné, un vieux croûton à qui je serais obligée de me donner sans la moindre contestation, et qui en plus ne m'aime pas. Je ne serais qu'une mère de remplacement pour son affreuse petite fille, et juste une femme...pour le reste. J'ai peur, je pleure, je veux tout détruire, je veux m'enfuir.

    D'ailleurs, j'ai passé suffisamment de temps dans ce lit à me morfondre. J'ai grand besoin de prendre l'air. Je m'apprête à aller rejoindre mon ami Grégoire. Il est le seul qui me reste à présent. Et je ne l'ai plus revu depuis la dernière tragédie...j'ignore d'ailleurs si il est au courant du décès précipité de mon fiancé. Que ce soit le cas ou non, j'ai juste envie de m'effondrer dans ses bras pour évacuer tout ce que je n'ai pas pu garder. J'étais sûre que de toutes les personnes de mon entourage, il serait le seul à ne pas me juger. J'avais terriblement besoin d'être soutenue, avant que je ne tourne mal. J'avais besoin de paroles réconfortantes. Car je n'avais vu personne depuis cet accident. Enfin, mis à part la gamine, mon futur époux et mes parents naturellement. Je voulais parler, de personnes de confiance...et à ce jour, Grégoire était le seul. Il est alors temps que je le rejoigne. Je finis par me lever après une grande inspiration. Après un bref passage à la salle de bain où je m'étais recoiffée et essuyais mes yeux rougis par les larmes, j'étais enfin prête pour me rendre à notre lieu de rendez-vous. Tout ce serait bien passé si je n'avais pas croisé ma mère. Descendant les escaliers de notre maison, je me raidit en la voyant dans la pièce commune, et me stoppai net. Cora semblait m'attendre et je n'aimais pas ça, pas ça du tout. Immobile, me regardant descendre, je me doutais qu'elle avait quelque chose à me dire. Quant à moi, je ne souhaitais pas du tout lui parler dans l'immédiat. J'allais être en retard au rendez-vous...Je déglutis, puis fais comme de si rien n'était, continuant de descendre.

    « Vous vouliez quelque chose, Mère ?... »

    Naturellement je n'avais aucune envie de lui parler et de me montrer polie, mais je n'avais pas le choix. Je savais de quoi elle était capable de me faire avec sa magie noire si je n'étais pas obéissante. Le fait que je sois sa seule fille ne l'aurait empêchée de rien.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Sam 22 Juin - 22:29


Cette journée était merveilleuse, tout simplement merveilleuse. Elle avait beau regarder le ciel, elle n’y voyait aucun nuage pouvant assombrir son bonheur. Tous ces plans allaient bon train, sa fille Régina épouserait bientôt le Roi et accéderait au trône pour devenir Reine. C’était précisément pour atteindre ce but que Cora avait travaillé dur tout sa vie. Bon, la définition de ce dur labeur dévie un peu de celle qui vient en tête naturellement. On croirait que cette mère dévouée a labouré la terre ou fait quelque chose de ses mains, mais ce n’est pas exactement le cas… Pour que sa fille puisse monter au sommet de l’échelle sociale, la pauvre fille de meunier qu’était sa mère avait dû faire des sacrifices considérables. Sans s’empêtrer dans les détails, disons seulement que la faim justifie les moyens et que pour Cora la faim prend la forme du pouvoir et que les moyens sont plutôt… cruels?

La dame dont il est question n’était pourtant pas du tout d’accord avec ce mot. Elle ne se reconnaissait absolument pas dans sa signification. ‘Cruel : Qui se plaît à faire souffrir, à tuer, à torturer ; féroce’ c’était pourtant une explication adéquate pour décrire les agissements dont elle avait été l’auteure au fil des années. Il y avait cependant un élément qui rendait la vie de Cora très simple : elle n’éprouvait pas la culpabilité. Quoi de plus beau que de pouvoir agir selon son bon vouloir et pour ses intérêts personnels sans craindre de froisser/tuer qui que ce soit? Elle avait la vie rêvée de toute personne un tant soit peu égoïste. Là encore elle ne considérait pas que ce mot la décrivait bien. Forte de caractère, déterminée et fonceuse sonnaient beaucoup mieux à ses oreilles.

C’était donc une journée sans histoire qu’elle passait tranquille à la maison, du moment que ‘tranquille’ veut dire ‘en train de surveiller sa fille pour l’empêcher de s’enfuir’. À ses yeux, elle avait réglé le dilemme de Régina lorsqu’elle avait réduit en poussière le cœur du stupide palefrenier dont elle s’était amourachée. Il n’était pourtant pas impossible que sa progéniture se rebelle et tente de s’enfuir quand même. Cora s’appliquait donc à garder un œil sur les déplacements de la future Reine, pour son propre bien. Comme il était compliqué d’avoir une fille! Il lui semblait qu’un garçon aurait été plus obéissant, puisque tous les hommes aiment leur mère inconditionnellement. Mais avec une fille les ennuis ne sont jamais loin. Les femmes ont un obstacle majeur qui les empêche d’accomplir de grandes : leur cœur, et c’est exactement l’organe dont Cora a préféré se départir. Il n’était évidemment pas question d’arracher le cœur de son enfant, mais l’idée lui avait tout de même traversé la tête, question de facilité.

Alors qu’elle se disait que Régina aurait probablement elle aussi la piqûre pour le pouvoir dès qu’elle serait Reine et que tout deviendrait parfait, le sort qu’avait jeté Cora se déclencha. C’était une alarme qu’elle seule pouvait entendre et qui s’activait dès qu’il y avait du mouvement dans les appartements de sa fille. Que ce soit sa porte de chambre qui s’ouvre, ou un corps qui passe par la fenêtre… le sort paraît toute éventualité et gardait l’ensorceleuse au courant. Une vérification rapide l’informa que sa fille s’apprêtait à descendre les escaliers menant à la porte principale de la demeure. En un clin d’œil, Cora se matérialisa au bas des marches pour l’attendre, dans un nuage de fumée mauve.

- Vous vouliez quelque chose, Mère ?...

Il était évident que Régina avait encore pleuré, chose qu’elle faisait beaucoup depuis la mort du garçon. Il y avait tellement longtemps qu’elle n’avait pas versé une larme que Cora ne comprenait pas vraiment pourquoi sa fille ne s’en remettait pas plus vite que ça…

- Comme c’est bon de te voir enfin sortir de ta chambre ma chérie! Je commençais à me sentir seule sans toi.

Ce petit jeu d’imitation de la mère attentionnée l’amusait toujours beaucoup, surtout lorsqu’elle mentionnait des concepts qui ne faisaient aucun sens. Comme cette idée d’avoir besoin de compagnie. C’était d’un ridicule! Elle avait toujours été seule pour atteindre ses buts, ne pouvait compter que sur sa personne et les autres personnes existaient essentiellement pour servir ses intérêts.

- Tu comptais aller quelque part peut-être? Parce que je crois t’avoir expliqué plusieurs fois à quel point il était impératif que tu restes ici jusqu’à ton mariage avec le Roi.

Sa voix était teintée d’un léger agacement et ne renfermait pas de menace en soi mais laissait deviner des représailles terribles en cas de contrariété…

- Pourquoi ne viendrais-tu pas t’asseoir avec ta mère au salon? Nous pourrions prendre le thé ou… peu importe. Feindre l’intérêt était une comédie un peu plus difficile, mais Cora préférait retenir sa fille avec la manière douce d’abord.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Lun 1 Juil - 17:30



    Tandis que je descendais de la tour qui me faisait office de chambre, comme par hasard ma tyrannique de mère venait d'apparaître au bas des escaliers. Sans aucun doute, elle m'espionnait c'était certain. Le château est grand, et pourtant chaque fois que je fais un pas quelque part, Cora finit par le savoir. Inutile d'espérer pouvoir aller voir Gregoire sans le lui dire. Si je le lui cache, la sanction n'en sera que plus épouvantable, puisque de toute façon à m'espionner comme ça, elle le saurait. J'ignorais quel genre de sortilège démoniaque ma mère avait mis en place pour contrôler mes moindres faits et gestes. Et je ne tenais pas spécialement à le savoir. Regardez-la avec son air hypocrite de mère attentionnée. C'est ridicule. Pourquoi prenait-elle encore la peine de se comporter comme ça avec moi alors que je savais qui elle était réellement...et qu'elle n'avait aucun cœur, ni même une once d'intérêt à mon égard. Tout ce qui l'importait était de me tenir à portée de main pour que j'accomplisse la destinée qu'elle m'a choisie, et non pas ce que je souhaite faire réellement. Je soupire. Combien de temps encore devrais-je faire les frais de ses manigances ? Combien de temps encore resterais-je prisonnière de ses griffes ? Aidez-moi. En tout cas, cela faisait des semaines que je n'avais vu personne à part mon reflet dans le miroir, je ne la laisserais pas gâcher mon après-midi, pour une fois que j'allais rejoindre un ami.

    « Cessez de prendre cet air hypocrite, Mère. Vous savez très bien que ça ne marche plus. » lui répondis-je d'un air dédaigneux, à son soit disant manque de compagnie. Non mais sans blague, depuis quand avait-elle besoin de moi pour lui tenir compagnie alors qu'elle s'en serait bien passé, depuis toujours. Sans la quitter des yeux, je continuais de descendre les escaliers jusqu'à arriver en bas, face à la génitrice. Comme je m'y attendais, elle m'avait demandé où je comptais aller et insistait sur le fait qu'elle ne voulait pas que je sorte jusqu'au mariage. Il ne restait que quelques jours...et j'avais assez vu les murs de ma tour.

    « Ça fait des jours que je n'ai pas quitté ma chambre, j'ai assez vu les murs de ma tour alors je sors prendre l'air. Je compte bien rejoindre mon ami Gregoire, puisqu'il est le seul qui me soutienne dans ces épreuves. N'ai-je même plus le droit d'avoir un ami maintenant ? »

    Inutile de lui rappeler que je n'ai aucune envie d'épouser l'autre vieux croûton, cela ne créerait qu'un conflit supplémentaire. Même si elle le savait. J'étais même prête à parier qu'elle ne me laisserait même pas aller voir Gregoire. Dommage pour elle, depuis le départ de Daniel je suis bien différente de la gentille Régina qu'elle pensait connaître.

    « Et je n'ai aucune raison de vouloir partager du temps avec vous. Bonne après-midi. »

    Sur ce, je lui jette un dernier regard et tourne les talons, comptant bien aller rejoindre Gregoire. Je savais qu'elle me rattraperait, mais je trouverais bien un moyen de lui échapper.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Dim 28 Juil - 0:42


- Cessez de prendre cet air hypocrite, Mère. Vous savez très bien que ça ne marche plus.

Son ton dédaigneux aurait presque pu la blesser, mais elle ne fit que soupirer en secouant la tête. Bien sûr qu’elle le savait! Elle avait bien vu le regard horrifié que sa fille lui avait lancé lorsque le cœur de ce garçon d’étable avait été écrasé… Ces yeux-là ne laisseraient plus jamais place à l’amour. Du moins pas à l’amour d’une mère. Pourtant, Cora refusait de laisser tomber complètement son masque d’émotions feintes. Sans ce dernier, elle aurait trop l’impression d’être insipide, car trop indifférente. La seule de faire tomber la façade était de la mettre vraiment, mais alors vraiment en colère et ça il valait mieux éviter.

- Ça fait des jours que je n'ai pas quitté ma chambre, j'ai assez vu les murs de ma tour alors je sors prendre l'air. Je compte bien rejoindre mon ami Gregoire, puisqu'il est le seul qui me soutienne dans ces épreuves. N'ai-je même plus le droit d'avoir un ami maintenant ? lui dit-elle une fois arrivée en bas des escaliers.

Que de déclarations dramatiques! Régina n’avait que ça à la bouche depuis des jours. À l’écouter, tout était la chose la plus déprimante de l’univers. Le fait que quelqu’un dans sur la terre soit en mesure de comprendre ses « souffrances », ça c’était nouveau! Le petit Grégoire hein? Elle se rappelait bien de lui, un bon garçon, de ce qu’elle en savait. Avec un don naturel pour la magie noire surtout! Cora avait souvent félicité Iakov de cette réussite. Cora ne savait pas vraiment à quel point les deux enfants avaient gardés contact depuis le temps, mais elle sentait que ça n’allait  pas lui plaire du tout. Est-ce que lui aussi allait tenter d’entraver ses plans en réclamant le cœur de sa fille? C’était d’un ridicule! Combien d’hommes devrait-elle éliminer pour voir sa progéniture se marier et devenir Reine? Combien d’amants secrets sa fille cachait-elle encore?

- Et je n'ai aucune raison de vouloir partager du temps avec vous. Bonne après-midi.

Roulant des yeux, Cora n’eut qu’un infime mouvement de main à faire pour que toutes les issues de la maison soient magiquement celées. Pourquoi donc Régina s’entêtait-elle encore à avoir de la liberté de mouvement? L’ensorceleuse avait pourtant crû être claire dans ses propos. Personne ne sortirait de cette maison.

- Bien sûr que tu peux avoir un ami ma colombe! dit-elle en essayant de montrer un sourire encourageant et compréhensif… qu’elle fit carrément disparaître en ajoutant : Du moment que tu ne mets pas le pied hors de cette maison et que tu ne sors pas de mon champ de vision.

La mère jeta un regard inflexible à sa fille, même si elle lui tournait le dos. Elle n’hésiterait pas un instant à se servir de magie beaucoup plus… musclée pour contrôler son enfant indomptable. Et oui, Cora avait toujours l’impression que Régina n’était qu’une enfant qui ne sait pas ce qui est bien pour elle, ce qui explique pourquoi elle la traitait avec aussi peu de considération.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Jeu 1 Aoû - 18:20


    Certains diraient que je me montre peut-être un peu trop insolente avec celle qui m'a élevée...mais dans quelles conditions aussi. Je ne me souviens pas avoir eu une enfance heureuse avec elle, disons que si mon père n'avait pas été là aussi, j'aurais probablement finie comme elle. Peut-être était-ce ce que Cora recherchait. Mais ce n'était pas mon cas. Pour rien au monde, je ne désirais devenir comme elle. Et pourtant...enfin, je n'en savais encore rien sur ce qu'il m'attendait dans le futur. Présentement, je devais encore et toujours subir les foudres et les intentions d'une mère tyrannique et avec une totale emprise sur ma vie. Alors que j'étais bien en âge de me débrouiller seule...et même de m'enfuir pour partir mener une vie paisible ailleurs. Ce que j'aurais d'ailleurs souhaité faire, avec Daniel...mais à présent, ce n'est plus possible. Et je ne pardonnerais jamais cela à Cora. De m'avoir privée de mon bonheur à jamais. Pourtant, il suffisait que je franchisse le pas de cette maudite porte de cette maudite demeure, pour aller rejoindre Grégoire et enfin pouvoir passer un peu de bon temps, loin de la tyrannie de Mère Mills.

    Cependant, cette dernière ne m'en donna pas l'autorisation. Au moment où j'allais attraper la poignet pour sortir, Cora n'eut qu'à faire un mouvement de sa main pour la verrouiller. Et il en fut de même pour les fenêtres, ainsi que toutes les issues possibles de la maison. Je me mords la lèvre et serre le poing, écoeurée au plus haut point. J'allais vraiment finir par me dessécher à force de rester enfermée...Énervée, je me retourne d'un coup vers ma mère, haussant la voix, même si je savais ce que ça n'allait pas lui plaire.

    « Mère ! Comment osez-vous ! J'en ai assez, je veux sortir ! »

    Mais c'est seulement là que je me souvins des dons de mon ami pour la magie. Et oui, lui aussi la pratiquait. Peut-être était-il moins bon sorcier que ma mère, mais ses petits tours de verrouillage seraient un jeu d'enfant pour lui, à passer. Après tout, il avait bien réussit à venir me chercher jusqu'en haut de ma tour. Ainsi, je me calme en repensant à cela.

    « Hmm...de toute façon, quoique vous tentiez, Grégoire trouvera toujours un moyen de venir jusqu'à moi. »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Jeu 1 Aoû - 20:51






Raspoutine ☪ Regina ☪ Cora

« Love is a weakness»








Flashback-Broken



« Grégoire ?  ! »[/b] hurla Iakov qui avançait non sans peine, près d’une pièce qu’il n’avait pas encore fouillé.  La porte s'ouvrit et la pièce qui jusqu'alors était plongée dans la plus parfaite des obscurités, laissa entrer une once de lumière.

« Grégoire ? Mon fils es-tu là ! »

Iakov avança lentement dans cette pièce qu'il ne connaissait que trop bien. En effet, c'est en ces lieux qu'il prodiguait ses cours de magie « forcé » à son fils. Depuis des années il lui avait inculqué avec force et non sans modération, les rudiments de la magie la plus sombre que l'on ne puisse trouver dans le royaume. Iakov, en son fort intérieur, savait que pour accomplir la prophétie qu'on lui avait délivrée quelques années auparavant, il devait user des procédés les plus obscurs. En ça il n'avait pas hésité le moins du monde à pactiser avec la plus vile des créatures...

Le patriarche peinait à avancer dans l'obscurité, il cherchait son fils qui avait disparu depuis plusieurs jours. Cette disparition inquiétait non pas le père qu'il était, mais l'homme en quête de puissance... En effet, l'objet de toutes ses convoitises, avait disparu et l'état dans lequel il se trouvait n'avait rien de rassurant

« Grégoire ? » Hurla l'homme espérant encore pourvoir mettre la main sur son fils et le ramener à la raison. Il continua d'avancer et buta contre quelque chose. Il se précipita vers les rideaux qu'il tira avec vivacité et lorsqu'il se retourna, il retrouva enfin son enfant.

« Nooon ! Nooon ! »

Grégoire était à terre, inconscient, plusieurs fioles vides l'entourait, Iakov se précipita vers son fils et le prit dans ses bras.

« Mais qu'est-ce que tu as fais ? Grégoire ? Grégoire ! »

Il le secoua encore et encore, espérant ainsi le ramener à lui. Non, il ne pouvait pas mourir, pas maintenant, pas après tant de sacrifice.
   --------------------------------
« Tu devrais assurer tes arrières ! »

Grégoire éblouis par le soleil, se retourna avec vivacité, car surpris par ces paroles. Il fit alors face à une jeune femme brune au sourire angélique,

« Andrea.... »

Le visage du jeune homme s'illumina, il prit le menton d'Andrea et captura avec passion ses lèvres.

« Tu me manque... »

« Si tu venais plus souvent me voir, je ne te manquerai pas tant ! »

Il se tue et la regarda comme si c'était la première fois que ses yeux noisette se posaient sur les deux billes azurs de la jeune femme.

« Pourquoi tu t'obstines Grégoire ? La vie pourrait être tellement plus simple. Tu n'as qu'à me suivre, on pourrait-être tellement heureux ensemble...toi et moi... »

« Je t'en prie, reste avec moi, j'ai encore tant de choses à dire... »

La jeune femme posa une main sur son visage

« Je t'aime Grégoire et je t'aimerai toujours, mais peut-être que nos routes ne sont pas destinées à être commune. Tu dois avancer maintenant »

La jeune femme lui tourna le dos et commença à s'éloigner de lui sans qu'il ne puisse rien n'y faire.

« Non, Andrea reviens ! Je t'en prie... »

Un violent coup frappa alors le jeune homme à la poitrine, son cœur venait de s'arrêter l'espace d'un instant, ses jambes flanchèrent et il perdit l'équilibre.

« Grégoire reviens ! Mon fils ! » Iakov continuait de s'activer sur le corps inanimé de son fils. Ses efforts payèrent, car le jeune homme revient à lui

« Ahhhhh ! » hurla le jeune homme qui venait de reprendre conscience.

-Calme-toi mon fils !

« Mais qu'est-ce que tu as fais ? »

Il prit alors son père par le col et le secoua à son tour.

« Je t'ai sauvé ! »

Il le lâcha et le regard dépité

« Tu m’as sauvé ? Tu aurais dû me laisser crever, je voulais la rejoindre ! »

Le jeune homme sanglotait encore et encore, la douleur qui égrenait son cœur était insupportable tout comme la mort de celle qu'il aimait. Iakov, face à tant de tristesse saisit l'occasion pour vicieusement façonner la haine de son enfant et le ramener à sa solde. Il n'éprouvait pas une once de pitié pour celui qu'il appelait son fils. Son cœur sec et noir, flétrissait un peu plus chaque jour, son âme quant à elle pourrissait à chaque exaction commise et la dernière en date, l'avait définitivement condamné au même titre que son fils...

« Grégoire, tu dois te reprendre. Il est impératif que tu sois fort mon fils. Toute cette colère ne doit pas être vaine. Cette jeune femme que tu avais prise en affection s'est donné la mort... »

« NOON ! Elle n'aurait jamais fais ça... »

« Mais pourtant c'est ce qui est arrivé. La crise ébranle le peuple et le roi rouge et toute sa petite et vaniteuse famille en sont la cause. Tu dois orienter toute cette colère qui t'habite vers quelques chose de plus grand. Je sens en toi toute cette haine que tu réprimes mon fils. Cette famille assèche les plus pauvres à coup d'impôts successives, elle les réprime et leur subtilisent tout ce qu'ils possèdent. Cette jeune fille que tu aimais, Andrea, a tout perdu à cause de Nicolas et de toute sa famille. C'est lui et lui seul qui est responsable. Voilà pourquoi tu dois te tenir prêt. Un jour viendra où tu honoreras la mémoire d’Andrea, un jour viendra le Roi tombera et quand ce jour arrivera, tu seras là mon fils. Personne ne doit entraver ton destin, tu m'entends ?

Le vieil homme s'approcha et prit le visage de son fils

« Rien ni personne Grégoire, pas même la fille de Cora. »

« Mais père, elle est ... »

« Elle est une entrave, une faiblesse. Et que feras-tu s’il lui arrive malheur ? Tu dois t’en éloigner, l’a laissé. »

« Mais elle est mon amie… »

« Ton amie ? Et où est-elle cette amie ? Ne devrait-elle pas être à tes côtés dans cette épreuve… ?  Elle est comme sa mère, crois-moi. Vas donc là voir et tu verras par toi-même… »




© Méphi.





All the thing I have are regrets


Dernière édition par Gregoire Radzinsky le Mar 1 Oct - 18:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Sam 3 Aoû - 23:23


- Mère ! Comment osez-vous ! J'en ai assez, je veux sortir !

Régina s’était enfin tournée vers elle, mais ce ne fut que pour lui offrir qu’un visage déformé par la colère. La petite effrontée eut même l’audace de lever la voix contre sa génitrice! Cela eut le don de mettre sa geôlière très en colère, malgré son sang-froid naturel.

- Comment j’ose? Je le fais c’est tout, puisque rien ni personne ne peut m’en empêcher. dit-elle d’une voix un peu plus forte qu’elle ne l’avait prévu.

En effet, Cora n’avait pas pour habitude de crier, surtout parce qu’elle considérait que cela n’était pas de son rang. Les cris et les effusions de bestialité : c’était réservé aux gens de bas étage. Il y a longtemps, elle faisait partie de cette catégorie de gens, mais c’est grâce à sa détermination qu’elle avait pu monter en grade. Il était donc hors de question qu’elle se rabaisse à ce niveau en criant comme un animal. Quelques raclements de gorge et elle put enfin baisser le ton de sa voix. Après tout, rien ne valait un ton grave et implacable pour se faire obéir.

- Tu peux t’énerver autant que tu veux jeune fille, mais cela ne changera rien à la situation.

Voilà qui était beaucoup mieux. C’est alors qu’elle remarqua que l’air contrarié de sa fille était en train de se transformer et de s’adoucir. S’était-elle finalement faite à l’idée qu’elle était impuissante? Ou une idée extravagante venait-elle de germer dans son esprit?

- Hmm...de toute façon, quoique vous tentiez, Grégoire trouvera toujours un moyen de venir jusqu'à moi.

Ce fameux Grégoire encore! Décidément, Régina lui attribuait tous les miracles du monde! Soigner la peine et la douleur, ajoutant à cela des talents de voleur ou d’espion capable de s’infiltrer dans les maisons. De mieux en mieux. En y réfléchissant, Cora trouva que cette idée était plutôt divertissante en fin de compte. Elle-même commençait à s’ennuyer à force de jouer les chiens de garde et le fait que quelqu’un tente de force ses défenses de l’extérieur était rafraîchissant. L’ensorceleuse avait hâte de voir si le fils de Iakov allait réellement venir, mais surtout ce qu’il allait tenter pour voir son « amie » Régina.

- Je suis très curieuse de voir comment il va s’y prendre. Et si on allait s’asseoir dans le salon en attendant son arrivée? dit-elle d’un ton léger et très amusé, alors qu’elle allait prendre place dans son fauteuil préféré.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Mer 7 Aoû - 18:41


    Je n'arrivais pas à croire jusqu'où ma mère était capable d'aller pour me garder près d'elle et perpétuellement pouvoir me mettre le grappin dessus. En plus, ce n'était pas comme si elle faisait ça  en me témoignant de l'amour maternel, bien au contraire. Cora me montrait une fois de plus qu'elle était prête à tout pour me gâcher la vie. Le pire dans tout ça c'est que j'étais impuissante, et même si j'avais une de ces envies de gifler ma mère un bon coup, je n'osais imaginer ce qu'il se passerait si cela arrivait. Alors je me contentais de contenir ma colère, qui se manifestait très souvent, en particulier lorsque j'entretenais des conversations avec elle. Et puis, Mère Mills se croyait vraiment tout permis avec moi, comme si je n'avais aucune valeur à ses yeux à part celle d'un objet qu'elle pouvait manipuler à sa guise. Depuis qu'elle avait lâchement assassiné Daniel, je ne la voyais plus comme avant. Même avant ça, nos rapports n'avaient jamais été très chaleureux, mais désormais je la considérais à peine comme une mère. Une génitrice, rien de plus. Face à sa réaction, je serre les poings, sans avoir l'intention de baisser d'un ton.

    "Je ne vous laisserais plus faire ce que vous voulez de moi, je ne suis pas votre chose et, je ne suis plus une enfant. J'ai le droit aussi désormais de faire ce que je veux, quand je veux."

    Ceci dit, je n'avais pas tort sur Grégoire. Il était suffisamment doué en magie pour déjouer les petits tours de ma mère. Il n'était pas aussi puissant qu'elle bien sûr, mais il l'avait déjà fait, passer au travers des sortilèges de protection de Cora. Seulement, je n'avais pas envie qu'elle soit là quand mon ami allait arriver. J'avais besoin d'intimité, je voulais pouvoir discuter et passer un bon moment avec le seul ami qu'il me restait, sans que Mère Mills soit perpétuellement là pour nous espionner. Je regrettais de lui avoir même dit que le fils de Iakov nous ferait don de sa présence. C'était un homme, plus vieux que moi, elle allait se faire des films et ne pas nous lâcher. Et il n'en était pas question.
    Je ne m'étais pas trompée. Apprenant que Grégoire comptait venir, ma mère avait l'intention de l'attendre avec moi. Et puis quoi encore ? Comment pourrais-je lui faire comprendre que je ne veux absolument plus rien partager avec elle après ce qu'elle a fait ? Ainsi, je ne me privais pas pour lui dire la vérité, toujours énervée et froide.

    "Décidément je ne sais pas comment vous faire comprendre une bonne fois pour toute que je ne veux plus rien partager avec vous. Alors retournez donc à vos occupations habituelles, et laissez-nous tranquilles."

    Une telle façon de parler à la génitrice pouvait entraîner de lourdes conséquences, certes. Mais j'en étais rendue à un point où je n'avais plus grand chose à perdre. Et puis, Grégoire me défendrait. Du moins, c'est ce que je pensais.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Mer 7 Aoû - 21:58


Le traître avait encore sur ses mains le sang de la jeune femme à qui, il avait, quelques jours auparavant, subtilisé le cœur pour le réduire en poussière. Sans une once de pitié, Iakov Raspoutine avait ainsi brisé les rêves et la vie de cette jeune femme, dont le seul crime fut de s'offrir à son fils. Il ne connaissait rien à l'amour, à la vie, seul le pouvoir et la magie enrichissait son vocabulaire émotionnel. En ça, lui et Cora se ressemblaient, mais à l'inverse Iakov ne s'était pas arraché le cœur pour se protéger. A quoi bon quand on est dénué de la moindre émotion ?

A présent il avait repris les choses en main, du-moins c'est ce qu'il croyait, il n'avait pas prévu le fait, que dans le cœur de son fils, deux femmes subsistaient. Certes à présent il n'en restait qu'une, mais l'autre était encore là et vaincre la fille de Cora n'était pas envisageable pour Iakov, qui pour une fois, fit preuve de raison.

« Grégoire, ton amie est comme sa mère, crois-moi. Elles veulent s'élever et seront prêtes à tout pour cela. Je connais Cora, je sais de quoi elle est capable. Regina est une petite garce prête à tout pour.... »

Grégoire se redressa, prit son père par le col et le plaqua avec violence contre le mûr.

« Je vous interdis de dire ça ! »

Iakov sentit un frisson parcourir son corps lorsqu'il posa son regard sur son fils. Il venait de comprendre quelque chose qui jusqu'à présent lui avait échappé...

« Tu aimes la fille de Cora... »

« C'est mon amie... »

Iakov, à l'aide de sa magie, se délesta de l'emprise de son fils sur son cou. Il l'envoya, d'un coup de main, valsé au loin pour ensuite le lever en l'air et s'approcha menaçant

« J'ai été patient, trop à mon goût ! Je t'ai offert de mon temps. Mais non rien n'est assez bien. Tu préfères t'amouracher d'une paysanne sans ambition. Mais heureusement que je suis là »

Le visage de Grégoire prit une toute autre expression, ses traits se figèrent. Il oscillait entre colère et effroi. Toujours sous l'emprise de la magie, il ne pouvait bouger, désemparé il ne pouvait lutter, son père était bien plus puissant

« Pourquoi...pourquoi tu as fait ça ? »

Iakov s'approcha encore

« Parce que tu es destiné à autre chose mon fils et l'on ne peut échapper à son destin »

« JE TE TUERAIS » hurla Grégoire qui avait à présent les yeux brillants.

« Chut, chut, mon enfant. Pour me tuer, il faudrait d'abord que tu te souvienne de notre conversation»

Il sortit son grimoire, l'ouvrit à la bonne page et souffla son incantation sur le visage tiraillé de son fils. Puis une fois l'action accomplie il posa sa main sur sa poitrine, main qui s'enfonça dans les entrailles de Grégoire qui ne pouvait contenir sa douleur. Ses cris résonnèrent dans toute la pièce. En moins de deux, Iakov sortit le cœur de son fils et le pressa.

« Elle ne t'aime pas Grégoire, elle s'est servit de toi. Elle se fiche de toi, elle n'a même pas était là quand tu as perdu ta bien aimée... Tu dois être fort mon fils, ne laisse pas tes émotions t'écarter de ta destinée. »

Il sortit une fiole de sa poche. Le récipient contenait un liquide noir

« Je suis désolé Grégoire, mais tu ne me laisses pas le choix ? Natum adai necrai danga intalanoc » dit il en versant le flacon sur le cœur rougeoyant de son fils. L'organe s'assombrit instantanément « On ne naît pas mauvais, on le devient »

Il relâcha la pression exercée pour enfin remettre en place le cœur de Grégoire. Ce dernier repris conscience, ses pupilles dilatées lui conféraient un regard démoniaque qui disparut tout aussitôt

« Tu sais ce qu'il te reste à faire mon fils »

Grégoire ferma les yeux et disparut dans un nuage de poussières rouges. Il arriva devant le château. Le regard noir il balaya du revers de la main tous les sortilèges de protections entourant les lieux. Les portes s'ouvrirent à la volée, il pénétra le château.

« Bien le bonjour ! Je vois que je suis attendu ! »




All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Dim 18 Aoû - 0:18


Confortablement assise dans son fauteuil préféré, Cora essuyait sans peine la colère que ressentait sa fille. Par contre, elle fut un peu déçue que Régina n’ait pas l’air de vouloir venir s’asseoir au salon en sa compagnie. Quel beau tableau cela aurait été pour l’arrivée potentielle du petit Grégoire! Ayant, depuis qu’elle avait découvert la magie noire, un goût certain pour les mises en scène spectaculaires et théâtrales, elle trouvait que la mère et la fille assises ensemble à attendre leur visiteur aurait été une vision impressionnante pour ce dernier. Qu’à cela ne tienne! La dame replaça consciencieusement la jupe de sa robe pour qu’elle tombe parfaitement sur ses jambes croisées, et s’appliqua à afficher un visage calme, mais mystérieux. Ce tableau ferait l’affaire, surtout si la venue du sorcier n’était même pas certaine.

- Décidément je ne sais pas comment vous faire comprendre une bonne fois pour toutes que je ne veux plus rien partager avec vous. Alors retournez donc à vos occupations habituelles, et laissez-nous tranquilles.

Cora éclata d’un rire qu’elle voulut léger, mais qui n’était pas aussi cristallin qu’autrefois. Ses occupations habituelles? Mais elle faisait exactement cela! Depuis la naissance de sa fille, son occupation première avait été de veiller à ce qu’elle obtienne le pouvoir et le respect qu’elle-même n’avait pas reçu. Outre l’apprentissage approfondi de la magie, la mère était restée concentrée sur sa progéniture et sur leur avenir prometteur à toutes les deux. Ce que sa fille lui ordonnait de faire – d’un ton pas poli du tout – était ridicule puisque c’était précisément ce qu’elle accomplissait déjà…

- Je veux bien passer outre ton arrogance parce que tes propos m’ont amusée, mais ne t’avise pas de recommencer, car ma clémence a ses limites, jeune fille.

Alors qu’elle jetait un regard sévère et plein de sous-entendus menaçants vers sa fille, Cora sentit que le château était mis à nu en un claquement de doigts. Elle ne sentait plus aucune de ses protections magiques entourant la demeure. C’est au moment précis où elle fronçait les sourcils, intriguée par le phénomène, que les portes d’entrée s’ouvrirent violemment, révélant un visiteur.

- Bien le bonjour ! Je vois que je suis attendu !

Le petit Grégoire, enfin! Cora se leva pour accueillir comme il se doit le fils de son vieil ami. Elle prit soin de prendre son air le plus gentil et d’afficher un magnifique sourire. Sa fille avait donc vu juste : son ami venait à sa rencontre, peu importe les obstacles. Un peu plus et elle aurait presque pu être impressionnée par la facilité avec laquelle il avait brisé ses sorts. Mais elle en avait vu beaucoup dans sa vie et il en fallait un peu plus pour la surprendre.

- Bienvenue chez nous Grégoire! Comme je suis contente de te revoir enfin : ça fait si longtemps!
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Mer 18 Sep - 18:15

    Que fais-tu Grégoire ? Il est grand temps que tu arrives maintenant. Je sentais bien que la patience dont ma mère faisait preuve allait bientôt toucher à sa fin. J'étais déjà étonnée qu'elle n'ait pas craqué avant. Mais, j'étais tellement écoeurée, dégoûtée par son comportement, que je n'avais même plus envie de me montrer aimable et polie avec elle, et ce malgré toutes les punitions que je pourrais récolter. Qu'elle m'écorche vive si elle en avais envie, après avoir perdu mon bien aimé cela ne m'aurait pas dérangée qu'elle me tue à mon tour. Au moins, j'aurais été débarrassée de cette mère tyrannique, qui n'avait jamais montré une seule once d'amour à mon égard. Et ce depuis que je suis née. À présent, Cora semblait préoccupée de ne pas me laisser seule avec Grégoire. Que pensait-elle donc ? Je l'ignorais, il était impossible de vraiment savoir ce que cette mère au cœur de glace renfermée sur elle-même pensait réellement.

    Soudain, Mère Mills qui quelques secondes plus tôt me menaçait fortement du regard, semblait à présent un peu décontenancée. Que s'était-il passé ? Je pouvais vaguement le ressentir moi aussi. J'avais à plusieurs reprises essayé d'expérimenter la magie avec Grégoire. Sans aucun doute j'avais hérité d'une espèce de don spécial, comme Cora...Je ne m'étais pas trompée. Mon ami s'était enfin montré, ainsi un magnifique sourire s'était affiché sur mon visage. J'étais rassurée de le voir, et j'étais contente de voir qu'il n'avait pas hésité à faire preuve d'insolence, pénétrer le château familial sans permission et après l'avoir mis à nu. Toutefois, je ne sais pas trop comment expliquer l'impression qui m'anime présentement à l'apparition de mon ami, mais je pense que quelque chose cloche. Certes il est fidèle à lui-même, mais...on ne dirait pas lui. Il ne s'était jamais montré aussi familier en présence de ma mère, c'était comme si...il la connaissait depuis longtemps. Enfin...il ne fallait plus que je me fasse d'histoires étranges dans ma tête. Le sourire aux lèvres, j'accours vers lui en me jetant dans ses bras.

    « Grégoire enfin te voilà ! Je suis si contente de te voir ! »

    Encore plus étrange. Cora, qui n'avait jamais vraiment fait l'éloge du fils de Iakov, semblait plutôt contente de le voir. J'ignore pourquoi à ce moment-là j'eus l'impression qu'à l'entrée de Grégoire, ma mère avait esquissé un rictus. Pourtant, elle avait semblé sous-entendre qu'elle ne voulait plus laisser un seul jeune homme m'approcher. Que manigançait-elle ?

    « S'il te plaît, partons d'ici ! »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Dim 22 Sep - 12:35






Raspoutine ☪ Regina ☪ Cora

« Love is a weakness»








Flashback-Broken



Nous avons tous des secrets que nous gardons jalousement cachés aux yeux du monde. Nous avons aussi des amitiés que l'on prétend, des relations que l'on cache. Mais les plus dangereux secrets qu'une personne puisse déterrer sont ceux que l'on garde en nous. Nous le savons, la vérité est une lutte de perception ainsi les gens préfèrent y voir ce qui les arrange plutôt que de se préparer à affronter ce qui leur fera face tôt ou tard. Regina, contrairement à Cora, ne s'était préparée à faire face à cette vérité que la Reine de Coeur avait très certainement appréhender dès l'arrivée de Grégoire, qui préférait désormais se faire appeler par son patronyme.
Cora ne connaissait que trop bien le père de Raspoutine et il lui suffisait d'un regard pour prendre connaissance du travail entreprit par son vieil ami sur son fils.


Toute vérité comporte des risques, c'est pour cela qu'il n'est jamais aisé d'entendre ces dires, mieux vaut alors se bercer d'illusion avec de jolis petits mensonges... Ainsi Regina devrait l'accepter, elle perdra cet homme tout comme elle avait perdu Daniel, en toute impuissance.

-Bienvenue chez nous Grégoire! Comme je suis contente de te revoir enfin : ça fait si longtemps! S'exclama Cora

Raspoutine, élégamment vêtu pour la peine, inclina la tête pour saluer la maîtresse des lieux. Il lui servit un hypocrite sourire avant d'enfin reprendre la parole.

-Mais je n'en attendais pas tant très chère Cora, vous n'êtes point obligé d'être aussi aimable à mon égard.

Il passa le revers de sa main sur son long manteau qu'il remit en place. Puis il lança un furtif regard à Regina, qui semblait rassurée de le voir entre les murs du château. La jeune femme l'ignorait encore, mais ce sentiment n'était que provisoire et suite à cette arrivée, bien des choses changeront, malheureusement...

Néanmoins, trop ravie de revoir son « meilleur ami » Regina ne put retenir son exaltation et s'est toute souriante qu'elle se précipita vers le « mage » pour se jeter dans ses bras sans retenue alors que sa mère laissait paraître un rictus machiavélique sur son visage imperceptible.

-Grégoire enfin te voilà ! Je suis si contente de te voir ! s'exclama la jeune « future » reine en posant sa tête rassurée contre l'épaule de son ami. Raspoutine, lança un regard froid à Cora qui restait à la même place, les mains croisées, presque fière de savourer le spectacle qui s'offrait à elle.

Regina se dégagea alors et regarda Raspoutine droit dans les yeux, presque suppliante face à lui

-S'il te plaît, partons d'ici !

« Elle ne t'aime pas Grégoire, elle s'est servie de toi. Elle se fiche de toi, elle n'a même pas était là quand tu as perdu ta bien aimée [...] On ne naît pas mauvais, on le devient [...] Tu sais ce qu'il te reste à faire mon fils »

Les paroles paternelles ne pouvaient se résoudre à quitter son esprit de sitôt. Il avait une nouvelle quête à entreprendre, « devenir quelqu'un », mais avant ça, il devait se débarrasser de l'homme qu'il ne voulait plus être.

Raspoutine se reprit alors et tout en regardant Cora, éclata de rire face aux doléances de Regina.

[b]-Tu es sérieuse là ? Pauvre petite chose, regarde-toi ! Regina, Regina, écoute tu es bien gentille, mais j'ai autre chose à faire que de jouer les serviles princes charmants à ton égard. Grandis donc et oublie moi, désormais je ne suis plus ce que j'ai été pour toi et je ne le serais jamais plus. Je suis appelé à toute autre chose, devenir quelqu'un entre autre. Alors, passe à autre chose deary




© Méphi.





All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Sam 5 Oct - 20:00


Le hochement de tête dont Grégoire la gratifia, en guise de salutation, plut énormément à l’enchanteresse. Elle vu cela comme un signe que l’homme entrait volontairement dans sa folle mise en scène de faux-semblants. Après toutes les fois où Regina avait refusé d’entrer dans la danse, voir quelqu’un s’y engager de plein gré lui mit un redoutable sourire aux lèvres. Le sourire factice qui s’épanouit sous son regard lui fit comprendre qu’elle n’aurait pas besoin d’affronter le mage, du moins pas pour le moment. Au lieu d’un jeune homme fougueux – possiblement amouraché de sa fille – et prêt à tout pour « sauver » Regina en l’extirpant des griffes de sa marâtre de mère, c’est plutôt un homme enivré de magie noire qui s’était présenté à sa porte. Il avait l’air de vouloir s’amuser et Cora n’avait rien contre ça!

- Mais je n'en attendais pas tant très chère Cora, vous n'êtes point obligé d'être aussi aimable à mon égard.

- Grégoire enfin te voilà ! Je suis si contente de te voir !

C’est ce moment que sa fille choisie pour se jeter sur son ami, alias preux chevalier, comme une baleine s’échoue sur les bancs de sable des plages. La magicienne faillit rouler des yeux devant une telle manifestation de faiblesse de la part de sa progéniture. Ne lui avait-elle pas appris à se tenir droite et forte devant les hommes? Une des choses les plus pathétiques aux yeux de Cora était les femmes se reposant sur les hommes pour s’occuper d’elles. Ridicule! Regina n’avait pas remarqué qui tenait les rênes de leur famille? Certainement pas son incapable de père!

- S'il te plaît, partons d'ici !

- Tu es sérieuse là ? Pauvre petite chose, regarde-toi ! Regina, Regina, écoute tu es bien gentille, mais j'ai autre chose à faire que de jouer les serviles princes charmants à ton égard. Grandis donc et oublie-moi, désormais je ne suis plus ce que j'ai été pour toi et je ne le serais jamais plus. Je suis appelé à toute autres choses, devenir quelqu'un entre autre. Alors, passe à autre chose deary.

Le petit s’était lancé dans sa tirade avant même que Cora ait pu déclarer qu’il n’était pas question que sa fille quitte la demeure familiale. Elle fut vraiment surprise de découvrir que le jeune homme n’avait aucunement l’intention de délivrer son amie de ses malheurs, tout le contraire même. Quelle mouche avait bien pu le piquer? Clairement une intoxication de magie noire. Celle qui fut jadis Reine de Cœur n’eut même pas besoin de faire une incantation pour deviner que son état devait avoir un lien avec son père, ce grand mage noir.

À voir le visage déconfit de sa fille, Cora eut presque pitié d’elle. Tant de déceptions et de pertes en si peu de temps… D’abord ce palefrenier dont elle croyait être amoureuse, puis ce Grégoire qu’elle considérait comme un ami cher… Et tous disparaissaient ou lui tournaient le dos brusquement. Pourtant Cora ne ressentit aucune tristesse devant la douleur émotionnelle de son enfant. Elle ne vit dans cette situation qu’encore plus de bonnes raisons pour que Regina se résigne à épouser le Roi : il ne lui restait plus rien d’autre au monde.

Tant que Grégoire se contentait de briser le cœur de sa fille et qu’il ne tentait rien de disons… stupide envers la maîtresse des lieux, cet échange serait des plus profitables. Mais qui sait ce dont est capable un être imbibé d’autant de magie sombre. Cora se promit de rester alerte et prête à intervenir si nécessaire, mais se contenta de rester en retrait et de voir la scène se dérouler devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Ven 11 Oct - 21:07




    Toujours aucune réaction de ma mère, pourtant après m'avoir vue me jeter comme ça sans retenue dans les bras d'un homme et pas celui que j'étais sensée épouser, en temps normal elle nous aurait déjà séparés puis punis de cette impudeur. Il se passait quelque chose de bizarre. Même Grégoire, que je serrais présentement dans mes bras, n'eut aucune réaction. Du moins, pas celle à laquelle je m'attendais. Je me souviens de la dernière fois que l'on s'était vus...il était venu me chercher le jour de mon anniversaire pour une journée entre amis bien loin de la madre tyrannique. Le fils de Iakov s'était montré bien plus chaleureux à ce moment-là. À présent, j'avais l'impression d'enlacer une porte de prison. Ne laissant paraître aucune émotion mis à part du dédain, Grégoire me repoussa de lui. Je ne reconnaissais pas son attitude, son regard, et encore moins sa façon de me répondre. Je restais ainsi légèrement éloignée, les yeux un peu écarquillés et la bouche entre ouverte, témoignant mon incompréhension, mais surtout mon petit cœur brisé encore plus en miettes devant ce mépris de la part de Grégoire. Je ne comprenais vraiment pas...cet homme qui m'avait toujours soutenue, mon seul ami, le seul qui n'ait jamais été à mes côtés...après mon bien aimé Daniel, lui aussi me quittait. Ainsi je tentais de dissimuler les petites larmes qui vinrent humidifier mes yeux à cet instant. Ma gorge se nouer, je ne pensais que pas que celui que je croyais être mon ami pouvait être aussi cruel. Pourquoi...Pourquoi avait-il décidé de me trahir ? Et j'étais si déçue sur le coup que je ne pus même pas essayer de trouver une raison au comportement de Grégoire. Son père, ma mère...derrière tout ça ? Probablement. Mais je ne pus y réfléchir. Je réagis au quart de tour.

    « Mais...Mais...Grégoire qu'est-ce qu'il te prend ? Comment...Comment tu peux dire ça après ce que tu as fait pour moi quand...Putain je comprends pas ! Explique-moi ! Qu'est-ce que...Qu'est-ce que je t'ai fait ?...Je pensais que...enfin...que tu tenais quand même un minimum à moi ! » fis-je en baissant la tête, luttant en serrant les poings pour ne pas laisser mes larmes couler.

    Pas devant ma mère, pas maintenant. Et que faisait-elle ma mère ? Elle restait plantée là sans rien dire, elle devait très certainement jubiler de l'attitude de Grégoire. Cora n'a jamais supporté qu'un homme ne m'approche de trop près. Sauf bien sûr quand il s'agissait du vieux Roi que je devais épouser pour devenir Reine. À présent, je ne savais pas de quoi j'avais l'air entre eux deux. J'avais honte, j'étais triste, je me sentais humiliée, et d'avantage détruite...aussi j'avais peur de la réponse de Grégoire. Si il daignait me répondre...



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Dim 20 Oct - 13:36






Raspoutine ☪ Regina ☪ Cora

« Love is a weakness»








Flashback-Broken


« Tu es sérieuse là ? Pauvre petite chose, regarde-toi ! Regina, Regina, écoute tu es bien gentille, mais j'ai autre chose à faire que de jouer les serviles princes charmants à ton égard. Grandis donc et oublie moi, désormais je ne suis plus ce que j'ai été pour toi et je ne le serais jamais plus. Je suis appelé à toute autre chose, devenir quelqu'un entre autre. Alors, passe à autre chose deary »

« Mais...Mais...Grégoire qu'est-ce qu'il te prend ? Comment...Comment tu peux dire ça après ce que tu as fait pour moi quand...Putain je ne comprends pas ! Explique-moi ! Qu'est-ce que...Qu'est-ce que je t'ai fait ?...Je pensais que...enfin...que tu tenais quand même un minimum à moi ! »

Grégoire, ne cillait pas malgré l'attitude désespérée de son amie. A ce stade, Regina devait lutter encore pour ne pas laisser ses émotions prendre le pas sur elle. Raspoutine avait cessé de rire, mais il ne quittait pas Cora du regard. Une part de lui tentait de lutter contre le sort lancé au préalable par son père. Mais était-il en mesure de se battre à pleine mesure alors que son cœur était affaibli par la mort d'Andrea ? Il n'avait même pas eu le temps de lui dire au revoir, de lui dire ces mots qu'on ne peut dire qu'à la personne aimée. Cet être unique qui peuple nos rêves, qui nous laisse croire qu'un jour ou l'autre la fin heureuse promise sera nôtre. Cet être unique, qui une fois disparu dépeuple notre univers tout entier.
Le cœur de Grégoire n'était donc plus en mesure de combattre la moindre agression et le sors noir lançait par Iakov n'avait cessé de gagner du terrain. Le poison gangrenait à présent l'esprit de ce pauvre Grégoire emplit de haine, de colère, de rancœur... Il n'était plus le jeune homme qui faisait tant rire Regina, il n'était plus son protecteur, il n'était plus rien...

« Te rappelles-tu nos quelques fous rires ?
Toujours ensemble à faire les 400 coups
On rêvait de beaucoup et peu aurait pu suffire
On apprenait à grandir, on c'était « nous »
Tu savais trouver les mots quand le brouillard m'assaillait
Je savais écouter quand le doute t'envahissait
Contre vents et marrées, amis à la vie à la mort
On s'était promis d'être là, l'un pour l'autre
Peu importe les mois, les années, les remords
On pensait notre amitié sans fautes... »


Si seulement les choses avaient été différentes, si seulement Grégoire avait lutté. Ces mots il aurait pu les lui dire sans l'ombre d'un doute. Si seulement la vie avait été différente... si seulement...  Le visage de Regina était cerné par la détresse qui se mêlait à la tristesse, Grégoire restait impassible, mais son cœur le faisait atrocement souffrir. C'était comme si l'on s'amusait à lui planter un poignard à chaque émotion ressentie. Le sors agissait parfaitement, plus Grégoire tentait de se débattre avec ses émotions et plus son cœur s'empourprait. Comme un poison, le sors coulait dans ses veines et prenait le dessus, ne laissant pas la moindre chance au jeune homme.

« Qu'est-ce qui me prend ? Espèce de sale petite égoïste. Tout a toujours tourné autour de ta petite personne. Oui j'ai tant fait pour toi, mais toi, qu'as-tu donc fais pour moi ? Où étais-tu donc quand j'ai eu besoin de toi? A oui, tu pleurais TON Daniel ! Moi je pleurais la femme que j'ai aimée, parce que oui, elle est MORTE. La seule personne à laquelle je tenais, c'était elle, mais elle n'est plus là désormais. Elle n'existe plus, tout comme le lien que nous partagions toi et moi. C'est terminé Regina, nos belles promesses, plus rien n'a de sens à présent. »

Il mit une distance entre eux, comme si à présent ils n'étaient plus que deux étrangers, puis il porta à nouveau son regard sur la maîtresse des lieux pour ensuite reporter son attention sur Regina, sans la regarder dans les yeux.

« Reste donc comme tu es, une femme naïve, sans projet d'avenir, sans ambition. Moi je rêve de bien plus. Adieu Regina »





© Méphi.





All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Jeu 24 Oct - 20:19


Regarder les rêves et les espoirs de sa fille partir en fumée était plutôt amusant, dans la mesure où il faut briser une personne si on veut lui imposer notre volonté. C’était précisément le but de Cora, il était donc normal qu’elle apprécie le fait d’assister à l’anéantissement du bonheur de sa fille, puisque celle-ci n’aurait plus la détermination de s’opposer à sa mère. Le meilleur dans tout cela, était qu’elle n’avait rien eu à faire : Grégoire s’en était chargé pour elle. Enfin, peut-être pas Grégoire en tant que tel, mais plutôt l’espèce d’abomination infestée de magie noire qui avait fait irruption dans sa maison.

Ce qui avait été une pièce de théâtre divertissante devint cependant un affront à la seconde où l’homme eut des paroles insultantes à l’égard de sa progéniture. Avait-il le droit de blesser émotionnellement Regina? Oui. Pouvait-il la faire pleurer? Oui. Mais la traiter de sale petite égoïste? Non. Cet ancien ami aux paroles acerbes avait dépassé les limites de la bienséance selon Cora, et était automatiquement passé de « marionnette amusante » à « pourriture indésirable » en une fraction de seconde. Le sourire qu’avait affiché jusque-là la Reine de Cœur s’évanouit aussitôt, remplacé par un regard noir. Lorsqu’elle l’entendit déclarer que sa fille n’avait ni avenir ni ambition, ce fut la goutte qui fit exploser le vase.

- Ça suffit! s’écria-t-elle soudain.

D’un simple geste de la main, elle usa de magie pour qu’une force empoigne Grégoire par la gorge, le soulevant de terre. Elle s’était tenue à l’écart des deux jeunes gens depuis le début, mais s’avançait maintenant vers sa victime d’une démarche lente, mais très assurée. Dès qu’elle fut devant le corps qu’elle faisait flotter, son expression dure laissa place au visage que l’on offre aux enfants qui ont mal agi et que l’on est sur le point de punir. Cora le regarda des pieds à la tête, le trouvant maintenant assez pathétique, puisqu’il ne l’amusait plus du tout.

- Tu oses insulter ma fille. Et tout ça pour une histoire d’amour ridicule! Moi qui croyais que tu avais du potentiel… alors que tu n’étais qu’un imbécile au cœur brisé… Tu me déçois énormément Grégoire.

Elle laissa échapper un soupir de fausse tristesse, avant de reprendre une expression menaçante.

- Ne t’avise plus jamais d’insulter Regina. Elle a des projets d’avenir : ceux que JE lui offre sur un plateau d’argent! Quant à l’ambition, elle apprendra à la cultiver bien assez tôt.

Cora appuya ses propos d’un regard vers sa fille, espérant qu’elle avait bien compris que la menace s’appliquait également à elle. Ce qui avait pu sembler comme un élan d'amour maternel ayant pour but de protéger son enfant, apparaîssait maintenant comme une tout autre chose. En effet, de par cette menace double, l'enchanteresse démontrait que seul son honneur personnel importait. En insultant Regina, Grégoire avait insulté les plans d'avenir de la Reine, puisque - oui - Cora était le genre de personne à se servir de sa progéniture comme d'un projet. Un projet magnifique et grandiose : le projet de toute une vie.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Dim 27 Oct - 17:26





    Inutile de cacher qu'en cet instant, les révélations de celui que je pensais être « mon ami » m'avaient profondément touchée, comme si il avait tiré une flèche qui m'avait d'un seul coup transpercé le cœur. Grégoire, mon seul ami et le seul qui m'avait toujours soutenue jusque là, était présentement en train de me mettre un énorme coup de poignard dans le dos. Comment osait-il me trahir de la sorte, et qu'est-ce que j'en avais à faire de sa soit disante « Andréa » alors qu'il ne m'en avait jamais parlé ! Enfin, techniquement je connaissait son existence mais la seule fois où j'avais essayé d'en savoir plus, Grégoire n'avait jamais voulu en parler. Alors que lui demandait sans cesse des nouvelles de Daniel, donc il était normal que je me sois confiée à lui sur ce sujet. Bref, je n'avais pas supporté me faire insulter de la sorte. Je n'oublierais jamais ces horreurs entendues à mon égard. Égoïste, naïve, sans ambition...je n'étais rien aux yeux de Grégoire finalement. Je n'avais jamais rien été. Juste un...passe temps. Ce coup m'avait achevée. Ma gorge se serrait, mes yeux s'emplissaient de larmes tandis que je plongeais mon regard brun dans le sien. Mais je fis tout pour me contenir. Oh oui, je n'allais pas me mettre à pleurer devant cet homme, ce traître qui ne méritait qu'une chose maintenant, crever. Ni devant ma mère, cette femme qui ne m'avait toujours montrée que du mépris. Oh non je n'allais pas jouer les filles brisées. Pour retenir mes sanglots, mon esprit s'embruma de pensées haineuses à l'égard de Grégoire. Et puis je repense à tout ce qui s'est passé. L'image de la génitrice arrachant le cœur de Daniel. Tandis que je pensais craquer finalement, une haine sans merci surgit alors en moi. Ainsi, je ne pleure pas. Je hais. Au plus profond de mon être, je maudis cet homme. Sans crier gare, je m'emporte et pousse Grégoire en arrière, sous la colère, lui crachant presque au visage.

    « Et bien oui, adieu ! Pars très loin et ne reviens jamais, jamais ! Je ne veux plus tu m'entends je ne veux plus jamais te revoir ! Tu n'as qu'à pourrir en enfer, c'est tout ce que tu mérites ! »

    Et je ne pesais pas mes mots. Surtout si j'avais su que mon désir immédiat à son égard allait se réaliser. Mais je ne savais pas encore que Grégoire périrait quelques années plus tard. Ma mère finit par s'en mêler aussi. Les insultes de mon ancien ami ne lui avaient pas plues non plus. Cora se mit à le menacer, ainsi je m'écarte un petit peu, la regardant faire, un sourire naissant sur mes lèvres. Un sourire sincère. Cette femme...je rêve ou elle me défend ? Elle veut me protéger...OU PAS ! Bien sûr, comment avais-je pu être si stupide ! Cora, protéger sa fille ? Non, bien sûr, ça n'arrivera jamais. Ce qui aurait pu passer pour un semblant d'amour pour moi n'était en fait qu'une vulgaire défense de ses projets personnels. Cette fois ce fut la goutte qui fit déborder le vase. J'étais hors de moi et je me mis à agresser ma mère, à présent.

    « Je me disais bien que c'était trop vous demander de me témoigner un semblant d'amour maternel, mère. La seule chose qui t'intéresse c'est de me voir sur le trône et tu es vraiment prête à tout...Et bien pour ta gouverne, sache que je ne vais PAS épouser le Roi ! Jamais ! Je ne veux pas gâcher ma jeunesse avec un vieux croulant ! Je ne deviendrais pas Reine, je ne ferais pas ce que TOI tu veux, mais ce que MOI je veux ! Je suis adulte et moi seule décidera de ce qu'il se passera dans ma vie. Maintenant je vais me rendre immédiatement chez le Roi et lui annoncer l'annulation totale du mariage. Je vais même lui rendre son alliance, tiens ! »

    Ainsi, j'arrache le grosse bague diamanteuse de mon doigt et la jette sans ménagement dans ma poche. Oh je savais bien que ma mère n'apprécierait pas cette rébellion et cette insolence, mais j'étais si énervée qu'elle pouvait me tuer si elle en avait envie, cela ne me ferait rien. Tournant les talons, je cours rapidement vers la sortie, avec un infime espoir de m'échapper et d'échapper également au courroux de Mère Mills.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   Ven 8 Nov - 13:27


Flashback-broken
N

ous avons beau essayer de devenir quelqu'un d'autre pour recommencer à vivre, rien n'y fais, on ne peut échapper à ce que nous sommes au plus profond de nous, notre vraie nature finit toujours par se manifester. Tôt ou tard le Destin, vile et inattaquable, nous rattrape et plus aucune chance n'est à prendre. La Mort nous transforme, ou du-moins elle contribue à fortifier la chrysalide qui nous entoure. Accaparé par la tristesse, l'anéantissement, par la peine et l'incompréhension, on ne perçoit rien du mal qui s'instaure en nous comme un poison. Elle ne laisse aucune alternative, elle prend tout et plus encore, elle nous enlève les êtres qui nous sont les plus chers. Perverse, elle rôde tel un animal qui attend dans l'ombre sa proie. On ne peut la combattre, ni la contourner, nous sommes forcés de l'accepter.
Le spectre mortifère avait tout pris, sans exception à Grégoire. D'abord, sa mère, qu'il n'avait par ailleurs jamais connu, puis enfin la seule personne qu'il s'était convaincu d'aimer, Andrea. Mais l'histoire serait trop simple et bien trop dramatique, si la jeune demoiselle était, comme il le pensait, la seule femme qu'il avait aimé au cours de sa vie. L'avait-il réellement aimé dans le fond ? N'était-elle pas qu'une excuse, qu'un prétexte pour contourner l'indicible vérité ?
A présent, ni mort, ni vivant, il errait comme une âme en peine et le sort noir lancé par Iakov n'arrangeait rien à l'état du jeune homme venu dire adieu à celle qu'il aimait en secret depuis toujours. Dévoré par la magie noire, Grégoire se détruisait peu à peu laissant de plus en plus de terrain à Raspoutine, un être sombre, ambitieux, détestable, perfide et sans retenue. Les mots prononcés, n'était pas les siens, mais ceux de son propre père, qui le manipulait à distance. Regina brisée et rabaissée, reçu une aide inattendue de sa mère qui mit fin aux hostilités

-Ca suffit !

Nette et tranchante, la matrone Mills sortit de son silence. Elle leva la main, une force invisible prit Grégoire à la gorge et le souleva à quelques centimètres du sol. Le regard brillant et emplit d'une lueur malfaisante, la mère Mills avança de quelques pas vers le jeune homme qui lança un regard ombrageux en direction de Regina. Cora continuait d'avancer d'une démarche conquérante observant avec sévérité cet être qu'elle avait accueilli à de nombreuses reprises au sein de sa demeure. Grégoire ne quittait Regina des yeux, lui-même luttait contre la magie qui l'assaillait de toute part. Il voulait hurler, mais rien ne sortait. Cora prit enfin la parole.

- Tu oses insulter ma fille. Et tout ça pour une histoire d'amour ridicule ! Moi qui croyais que tu avais du potentiel... alors que tu n'étais qu'un imbécile au coeur brisé... Tu me déçois énormément Grégoire.

Un sourire narquois se dessina sur la bouche de Raspoutine, Grégoire s'effaça alors, perdu dans les limbes, presque vaincu par la magie noire.

-Arrêtez donc de jouer les mères outrées, Cora, ça vous va très mal !

- Ne t'avise plus jamais d'insulter Regina. Elle a des projets d'avenir : ceux que JE lui offre sur un plateau d'argent! Quant à l'ambition, elle apprendra à la cultiver bien assez tôt.

Raspoutine, bien qu'en mauvaise posture, laissa échapper un éclat de rire à peine dissimuler face à Cora. Lui, tout comme Régina, avait compris que la matrone ne défendait pas les intérêts de sa fille, mais les siens. Le regard lancé par la mère Mills en disait long et se substituait aisément aux mots. Ce soudain élan de protection maternelle n'était rien de plus qu'une illusion. Iakov en avait fait de même avec Grégoire, ne se souciant en aucun cas de ce besoin d'amour qu'il réclamait à son encontre. Ce dernier, obsédé par la prophétie qu'on lui avait délivré, s'était enfermé dans une quête incroyable et magnifique. Ce petit paysan qu'il était deviendrait quelqu'un par le biais de son propre enfant. Ses plans d'avenir étaient tracés, il lui fallait trouver une femme à enfanter, avoir un fils, lui apprendre à être un monarque, le baignait de magie noire pour que jamais l'on ne conteste son pouvoir. Ainsi Iakov Raspoutine aurait accompli « l'oeuvre » de sa vie.
Régina, outrait par l'attitude de sa mère, se manifesta à nouveau.

-Je me disais bien que c'était trop vous demander de me témoigner un semblant d'amour maternel, mère. La seule chose qui t'intéresse c'est de me voir sur le trône et tu es vraiment prête à tout...Et bien pour ta gouverne, sache que je ne vais PAS épouser le Roi ! Jamais ! Je ne veux pas gâcher ma jeunesse avec un vieux croulant ! Je ne deviendrais pas Reine, je ne ferais pas ce que TOI tu veux, mais ce que MOI je veux ! Je suis adulte et moi seule décidera de ce qu'il se passera dans ma vie. Maintenant je vais me rendre immédiatement chez le Roi et lui annoncer l'annulation totale du mariage. Je vais même lui rendre son alliance, tiens !

Elle joignit le geste à la parole et arracha l'hypothétique anneau, alourdi de pierreries. Raspoutine, toujours sous l'emprise de la magie de Cora, observa la scène. Régina ne semblait plus craindre le courroux de sa mère, sa vie n'avait plus la même saveur et plus rien ne lui importait maintenant. L'a voyant se retourner pour fuir, Grégoire comprit alors que plus jamais il ne l'a reverrait, que passait cette porte il serait trop tard. La main gauche du jeune homme trembla, il luttait intérieurement contre la magie de son père et il plaçait le peu d'humanité qu'il lui restait dans ces derniers mots à l'égard de celle qui pouvait encore le sauver de son destin, de leur destin

-Ré...Régi...Régina ! Aide-moi !

La jeune future reine se retourna une dernière fois. Grégoire lui lança un ultime regard, le genre de regard que la jeune femme ne connaissait que trop bien chez lui. Mais le temps venait de s'égrenait pour le jeune homme entièrement dévoré par la magie noire. Son regard changea aussitôt, ses paroles aussi :

-Oui aide-moi sors de ma vie !

Il regarda Cora et d'un regard il défie l'étreinte invisible qui accaparait jusqu'à présent son cou. Une fois libéré, il fit craquer ses articulations et secoua vivement la tête. Regina serra la mâchoire et les yeux embrumés de larmes, quitta les lieux sans plus attendre. Iakov qui contrôlait sa progéniture à distance, le fit avancer vers Cora et lui dicta ses paroles

-Ne t'inquiète pas Cora, mon fils n'interféra plus dans la vie de ta fille. Je compte sur toi pour en faire autant avec ta progéniture. Nos enfants sont notre réussite à venir, ne l'oublie pas.

Sur ces mots, qui n'étaient pas les siens, Raspoutine disparut dans un nuage sombre de poussière et laissa la matrone seule à ses réflexions.



code by Mandy



All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: FLASHBACK - Broken   

Revenir en haut Aller en bas
 

FLASHBACK - Broken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Flashback !!!!
» Galerie graphique.(Artwork et autres)
» BROKEN.bridge ♣ why are you so serious ?
» [Résolu] Bruitage Flashbacks/Rêves
» peaky blue. ▽ already broken.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-