Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 the howling • PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: the howling • PV   Mar 30 Juil - 1:08



The Howling

Un, deux, trois... Pour la énième fois, elle comptait les pulsations d'un cylindre illusoire. Les paupières closes, comme si elle attendait une gifle, ou bien encore le résultat d'une sentence, elle triturait ses doigts. Ses mains étaient si froides qu'elle crut un instant que l'hiver s'était abattu sur Storybrooke. Pourtant, lorsqu'elle rouvrit ses yeux bleus, ce fut réellement le soleil qui l'obligea à froncer les sourcils. Un soupire lui échappa. Un souffle sec et volontaire. Alors, elle avança son index. Encore. Encore un peu. Jusqu'à sentir le plastique blanc de l'interrupteur effleurer sa peau. Puis, tel un rappel, une décharge peut-être, elle fit dos à la porte. Longuement, elle balaya du regard l'espace qui s'offrait à elle. Une brise douce et légère faisait onduler les fleurs en une berceuse doucereuse. Là-bas, vers sa gauche, se dressait un magnifique pommier. D'ici, il semblait couvrir la totalité du jardin, conquérant au dessus de son royaume. Un sourire, aussi imperceptible soit-il, étira ses lèvres. Était-il à l'image de son maître ? Tout poussait à y croire visiblement. Et qu'était-elle au milieu de tout cela ? Une simple rose tout au plus, de la mauvaise herbe sans hésitation. Un instant, elle songea à déserter. Après tout, que faisait-elle là ? Bien qu'elle en savait les raisons, une petite voix interne lui murmurait qu'elle en était bien loin du compte. Un nouveau soupire. Cette fois, elle descendit les quelques marches de l'entrée. Regina. Regina. Cette femme finirait par lui faire perdre la tête. Si ce n'était déjà pas le cas...

Quelques minutes, sûrement quelques heures qu'elle se trouvait là, bêtement assise sous le petit balcon soutenu de deux colonnes. Le regard hagard, perdu dans le néant de ses interrogations, elle savourait la tiédeur du printemps sur son visage. La brise avait apporté ce parfum si particulier des beaux jours. Tendre souvenir, qu'elle inspirait avec avidité. Peut-être y cherchait-elle également une quelconque pointe de courage qui s'y serait dissimulé hasardeusement. Mais elle semblait bel et bien seule dans cette tumulte qu'elle ne comprenait plus, qu'elle n'avait jamais essayé de comprendre. Elle étouffa un couinement agacé derrière la paume de ses mains, puis se releva subitement. Maintenant, il fallait y aller. Rien n'expliquait son attitude. A nouveau, elle gravit les marches qui la séparait de la porte.

Les sourcils froncés, elle fusilla du regard cette fichue sonnette qui lui donnait tant de mouron. Pouvait-on... ensorceler un objet pareil ? L'espace d'une fraction de seconde la question sautilla dans son esprit encore étourdi. Non, non il ne fallait pas exagérer... Pourquoi se mettrait-elle à croire aux sottises d'Henry ? Elle prit quelques minutes pour se convaincre de l'idée, avant d'appuyer enfin sur le bouton qui lui tendait les bras depuis un long moment maintenant...

Le temps s'était arrêté. Il semblait vaciller d'un leurre à un autre. A croire que toute cette cacophonie n'avait de sens. En avait-elle seulement ? Rien n'était moins sûr. Pourtant, la voilà qu'elle patientait impatiemment derrière cette porte qu'elle avait vu se refermer souvent avec fracas.

Que voulait-elle finalement ?...
(c) fiche de lien crée par eylika.


Dernière édition par Emma Swan le Dim 20 Oct - 14:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Mer 31 Juil - 22:15




    Les jours passent et ne se ressemblent pas. Depuis que l'étrange pluie s'est abattue sur Storybrooke, chaque habitant qui l'a subie semble à cran. Pourquoi ? Pourquoi semblaient-ils si belliqueux envers moi, bien plus qu'à l'accoutumée ? Régina Mills n'était plus ce qu'elle était, non je n'étais plus si redoutée de mes concitoyens. Où est donc passée la femme sévère et froide qui terrorise tout le monde en ville ? Je ne peux pas me permettre de la laisser couler. Il est grand temps que je reprenne du poil de la bête, que je me ressaisisse. Mais je suis seule...toute seule, contre le reste du monde. Et pourtant, j'ai ici tous les pouvoirs. Mais que puis-je faire à part menacer la population de leur enlever leur travail et leur foyer, il leur suffirait de demander à Gold de plaider leur cause au tribunal, et moi contre lui je ne gagnerais pas. En réalité je n'ai jamais pu gagner face à lui. C'est lui qui détient en vérité tous les pouvoirs ici, et par le biais d'un pacte je ne fais qu'en profiter. Au début cela m'amusait...mais tous les évènements de ces dernières semaines m'ont fait perdre beaucoup de crédibilité, et ainsi de raison de vivre ici.

    Assise sur mon canapé, un verre de vin à la main, le regard vide, je regarde par la fenêtre. Mon esprit est emplit de pensées, toutes les moins agréables les unes que les autres. Vêtue d'un chemisier blanc et d'une jupe en tailleur noire, je n'avais aucun projet aujourd'hui, si ce n'était que d'attendre qu'Henry rentre de l'école. J'aurais pu certes me plonger dans un bon livre, histoire de plonger dans un autre monde et de pouvoir penser à autre chose. Seulement, une situation étrange interpella mon esprit. Elle. Elle se croyait forte, la seule femme jusqu'à maintenant qui a toujours osé me défier. La mère biologique de mon fils, qui après avoir déclaré l'abandon, refait surface dix ans après pour le récupérer. Je ne veux pas ça. Mais ce n'est que la raison officielle qui me poussait à la faire partir de la ville. En vérité, il s'agit de la Sauveuse. Celle désignée par Rumplestilskin qui sauvera tous les habitants de Storybrooke en brisant ma malédiction. Qu'adviendrait-il de ma personne si cela arrivait ? Emma. Emma Swan. Elle se tenait devant ma porte, depuis déjà un bon moment si je ne m'abuse. Elle allait et venait, hésitante, sans vraiment oser appuyer sur le petit bouton qui enclencherait la sonnette de ma spacieuse demeure. Que voulait-elle ? Pourquoi hésiter tellement alors que l'actuelle Shériff de la ville n'aurait eu aucune gêne à tambouriner à ma porte pour me faire sortir, de façon à ce que je lui crache mon venin à la figure.

    Décidément, les choses avaient vraiment changé. Les gens ont changé, mais j'étais résolue à ne jamais changer. Je ne devais pas me laisser abattre à cause de ce qu'il s'était passé, ma théorie de la comète n'avait pas vraiment eu d'impact. Comment pouvais-je m'expliquer d'une autre façon ? Tant pis. Adviendra ce qu'il adviendra. Finalement, la sonnerie retentit. Rien de plus banal que le son suraigüe d'une clochette, signalant à l'habitante la présence de quelqu'un sur le pas de la porte. Bien. On dirait que la blondinette s'était enfin décidée. Pourquoi était-elle venue, je me le demandais encore. Mais je n'allais pas tarder à le découvrir. Je me relevai alors lentement du canapé, époussetant rapidement le chemiser pour le remettre en place. Laissant claquer les talons aiguilles de mes longues bottes de cuir, je vins ouvrir la porte. Des plus naturels du monde, du moins à la manière Régina, je lançai à Swan de ma petite voix grave :

    « Je peux vous aider, Miss Swan ?... »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Mar 6 Aoû - 10:24



The Howling

Finalement, elle hésita à fuir. Fuir, c'était une chose qu'elle connaissait bien, une chose, qu'elle avait toujours fait. Son regard se déposa alors là-bas, sur le petit portillon encore ouvert de son passage. Au loin, elle percevait les passages réguliers et rassurants des véhicules, des passants. Elle aurait voulu rejoindre cet univers familier, dans lequel elle aimait se lover lorsque la solitude semblait tout écraser. Mais, elle n'était plus cette femme volage et indécise, n'est-ce pas ? Aujourd'hui, elle était shérif, maman avant tout. Elle fit quelques pas, agrippant ses doigts raides à cette colonne qui semblait avoir été construite pour cet instant. Appuyée contre cette dernière, elle reposait son corps bien trop tendue. Pourquoi Regina la mettait dans un tel état ? Ce n'était pourtant pas la première fois qu'elle allait lui faire face. Peut-être... parce qu'elle l'avait décidé, cette fois-ci ? Que c'était venue sur un coup de tête ? Que même Mary-Margaret ne l'avait pas comprise ? Peut-être... peut-être parce que cela n'avait aucun sens ? Après tout, elle s'obstinait à lui arracher Henry. Elle avait tenté de nuire à sa carrière. Elle avait manqué de la mettre hors de cette ville. Elle avait... Mais, ça ne comptait pas ? Cela n'avait jamais compté, parce que... parce que chacun avait des circonstances, chacun... Elle passa une main sur son visage déconfit.

Elle s'était décidée. Elle allait enfin s'évaporer, quitter ce porche sous lequel elle s'obstinait depuis un temps qu'elle n'osait même plus compter. Seulement, un bruit, un grincement de bois raisonna dans son dos. Un instant, l'idée lui traversa l'esprit ; faire l'innocente, celle qui n'avait rien entendu, qui n'avait rien vu. Mais la voix légèrement brisée de Regina envahit tout l'espace. Un frisson d'une nature inconnue remonta le long de sa colonne, tandis qu'elle fit timidement face au regard accusateur de cette dernière. Les mots s'étaient bousculés derrière sa mâchoire serrée, pour la réduire à un silence étonnant, lorsque l'on connaissait sa répartie.
- Regina... Fut la seule chose qu'elle parvint à articuler.
Elle plongea son regard au creux du sien, espérant y déceler une réponse, peut-être une lueur, mais elle restait semblable à elle-même ; droite, hermétique, impassible. Après tout, à quoi elle s'attendait ?...

Emma s'approcha de la brune. Elle ne dit rien, se contentant de pénétrer sûrement malgré celle-ci, à l'intérieur du hall. Son regard se perdit quelques secondes sur le décor qui s'offrait désormais à elle. Rien n'avait changé depuis la dernière fois. C'était toujours aussi classe, aussi ordonné, aussi... Regina ?
- Je voulais vous voir...

A ces mots, elle fit de nouveau face à la mère adoptive de son fils.
- Qui êtes-vous, réellement ?
(c) fiche de lien crée par eylika.


Dernière édition par Emma Swan le Dim 20 Oct - 14:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Mer 7 Aoû - 20:30




    Emma Swan, ou l'insolence incarnée jusqu'à présent. Comment se faisait-il que cette femme, d'habitude bien plus rentre dedans et n'hésitant pas une seconde à venir tambouriner à ma pauvre porte malmenée pour me lancer je ne sais quels reproches à la figure, semblait aujourd'hui bien plus réservée. Que s'était-il passé ? Je l'ignorais. Mais la question qui me trottait le plus dans la tête était "Pourquoi était-elle restée un certain temps devant ma porte avant d'oser frapper". La blondinette devait avoir quelque chose d'important à dire, peut-être même quelque chose de très délicat pour hésiter à ce point. Je n'étais pas de très bonne humeur ce jour-là. Et pourtant, cette façon qu'avait Miss Swan de prononcer mon nom en me voyant venir lui ouvrir, m'avait incitée à accepter d'être à son écoute. Depuis combien de temps Emma avait eu l'idée de venir jusqu'ici, pour me parler, et seule ? Aussi loin que je me souvienne, c'était la première fois. Pourquoi aujourd'hui, j'étais vraiment curieuse de le savoir. Ainsi, de mon côté je fis l'effort inconsidéré de l'inviter à entrer. Je pris ensuite soin de refermer doucement la porte derrière nous, à présent nous nous trouvions dans le hall intérieur. La blonde semblait balayer la pièce du regard, comme si c'était la première fois qu'elle entrait, tout en me signalant qu'elle souhaitait me voir. Je l'aurais deviné toute seule, je ne comprenais pas pourquoi elle prenait même la peine de me le dire. Je doutais qu'elle soit venue pour autre chose que me voir. Ceci dit, je ne répondis rien. Je ne la quittais pas des yeux, me demandant toujours ce qu'elle avait l'intention de dire, ou de faire.

    En présence de Swan, il m'était impossible de ne pas prendre mes airs supérieurs de Reine. Car je savais qui elle était, et mon désir le plus cher était de lui faire quitter la ville, pour être sûre que ma malédiction ne serait pas plus en danger qu'elle ne l'est à présent. Depuis son arrivée, le temps avait reprit. Qu'allait-il se passer par la suite ? Par dessus tout, je ne voulais pas partager mon fils avec cette femme. J'aurais voulu qu'Henry n'ait qu'une seule mère, et que ce soit moi. Mais le sort en a décidé autrement, maintenant Emma était là, et malgré son abandon, Henry ne cessait de la réclamer. Bref...la jeune femme s'approche de moi, et la raison de sa venue ne tarda pas à suivre. J'hausse alors un sourcil, étonnée. Qui étais-je réellement ? En voilà une question étrange. Pourquoi me demandait-elle une telle chose, avait-elle des doutes, des soupçons ? Je ne voyais aucune autre explication possible, Emma ne m'avait pas demandé ça par hasard. Mais je ne pouvais pas me trahir, surtout pas avec elle. Ne lui donnant pas la réponse qu'elle attendait, je lui lançai, de mon habituel air froid et stricte :

    "Régina Mills...vous attendiez donc une autre réponse ? Ne soyez pas idiote."

    Ainsi, je fis mine de ne pas comprendre de quoi elle voulait parler. Droite et fière, je restais face à elle et je ne flancherais pas. Toutefois, je savais que cette conversation ne s'arrêterait pas là. Emma voulait en savoir d'avantage. Mais, elle ne saurait rien.

    "Pourquoi vous êtes-vous amusée à faire le pied de grue pendant si longtemps devant ma porte avant d'oser vous manifester, pour me demander ce que vous savez déjà ?" fis-je avec toute ma prestence habituelle.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Ven 16 Aoû - 13:47



The Howling

Les bras ballants au milieu du hall, Emma sentait l'étroitesse du monde s'abattre inexorablement sur ses épaules. Là, debout sur le parvis de cette habitation qui semblait elle-même vouloir la repousser, elle tentait de garder une certaine constance. Elle aurait voulu inspirer davantage de crédibilité, mais elle sentait déjà sa détermination fondre comme neige au soleil. Elle n'aurait su dire ce qui l'ébranlait jusqu'au creux d'elle-même. Désormais, elle avait retrouvé son fils. Ses amis n'étaient plus qu'une douce et chaleureuse étreinte, dans laquelle elle sentait le poids des années manquées s'amoindrir. Et elle... elle, elle n'était que Emma. Une sensation désagréable, tel une menace à venir, une gêne arbitraire lui noua subitement l'estomac. Machinalement, elle pressa la paume de sa main contre son ventre, espérant sans doute pouvoir y étouffer la douleur. A cet instant, elle aurait bien fumé une cigarette. Cette envie lui arracha un rictus discret, tandis qu'elle se souvenait présentement d'une adolescence insouciante où même le cancer des poumons ne l'inquiétait guère. Décidément, de l'eau avait coulé sous les ponts depuis ce temps là. Emma inspira profondément. Quelques effluves fruitées embaumèrent son air. Elle ravala un sourire. Cette douceur illusoire fut l'effet d'une caresse à son âme. L'espace d'une fraction de seconde, elle papillonna des yeux. Ses sourcils se froncèrent en une interrogation personnelle, l'obligeant à remuer frénétiquement la tête. Bien qu'elle ne comprit pas cette quiétude qui l'avait soudainement submergé à cette saveur pourtant si familière, Emma ne s'y prêta pas davantage. La fatigue se jouait de ses émotions, c'était une chose qu'elle ne devait occulter.

Redressant ses épaules voûtées, Emma tenta de retrouver un semblant de contenance. Voilà qu'elle semblait dégouliner de fragilité. C'était un fait qu'elle refusait de dévoiler à son interlocutrice. Pourtant, son assurance ne pesait pas plus lourd qu'un écran de fumée. Elle croisa alors ses bras, ayant encore l'illusion que cela servirait à quelque chose, puis reporta son regard bleuté vers elle.  Non, elle n'était plus certaine de comprendre pourquoi elle s'embourbait là, égarée entre ses murs qui, elle en était certaine, se resserraient vicieusement autour d'elle. Un instant, elle sentit l'air lui manquer, tandis que la voix magistrale de Regina frappa son crâne endoloris. Longuement, telle une aliénée, elle remua sa petite tête blonde. Accusant le vertige, ainsi que le ton sarcastique, elle serra les dents. Elle aurait voulu crier, se jeter à ce chemisier bien trop impeccablement taillé. Mais elle resta ici, plantée devant elle, comme une vulgaire plante verte. L’effervescence pétillait à ses oreilles ; elle soupira, agacée.  
- Ne faites pas l'autruche, Regina. Nous savons toutes les deux que vous mentez.
Et effectivement, elle mentait. Un sourire victorieux traversa ses traits juvéniles. Son sixième sens venait de mordre à l’hameçon ; tout cela n'était qu'un tissu de mensonge.
- Et dessous Regina Mills, quel monstre se cache-t-il ?...

Seulement Emma ignorait... à vrai dire, elle en était même bien loin du compte. Souvent les dires de son fils lui revenaient en tête, mais elle s'obstinait à les chasser. Toute cette histoire de conte et de réalité alternée... improbable. Pourtant, quelque chose dans cette invention à dormir debout la retenait. Quoi ? Elle n'aurait su le dire.
- C'était quoi cette pluie, Regina ?
La question avait surgis du néant comme une certitude.

Elle se rappelait présentement de ces instants ; où les éléments avaient semblé déchaîner les habitants ainsi que quelques nombreux et inexplicables faits. Fronçant désormais les sourcils, Emma planta ses prunelles inquisitrices dans celles de Regina.

C'était quelque chose, au fond de son regard brun.
Une lueur.
Une évidence ; qu'elle ne voulait comprendre.
(c) fiche de lien crée par eylika.


Dernière édition par Emma Swan le Dim 20 Oct - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Dim 18 Aoû - 16:15




    Swan...quels aveux voulait-elle m'arracher finalement ? Pourquoi cette femme d'ordinaire insolente et sarcastique à mon égard et avait hésité aussi longtemps à manifester sa présence alors qu'il lui aurait juste suffit d'appuyer sur le petit bouton pour déclencher la sonnerie indiquant la présence de quelqu'un à la porte. Puis à présent que je l'avais faite rentrer au sein de ma demeure, la blondinette semblait reprendre contenance, ainsi je retrouvais face à moi l'Emma Swan à qui j'avais l'habitude de faire face. Cependant, je ne pus m'empêcher de ressentir une certaine gêne en elle, quelque chose qui la rendait un peu nerveuse, comme si elle voulait se mettre un masque, se cachant derrière son attitude insolente. En y repensant, j'avais souvent eu cette impression lors de nos face à face privés. Emma m'avait toujours semblée être comme ça...Et allez savoir pourquoi aujourd'hui cette impression était accentuée. Je me souviens pourtant de notre dernière rencontre au commissariat...et avec quel mépris la blondinette avait refusé ce que je venais lui proposer. Au final, cela n'aurait servit à rien, car plusieurs mois s'étaient écoulés depuis, et il ne m'était encore rien arrivé de fâcheux. Enfin, mise à part le fait que j'ai faillit être lapidée à coup de tasse à café che Granny, par des habitants résistants ! Depuis, j'avais juré de me venger. Pour que la Sauveuse ne puisse plus jamais me nuire. Mais je devais jouer la carte de la subtilité...et face à la Miss Swan qui commençait à s'énerver devant mon impartialité, je ne pus m'empêcher d'esquisser un rictus comme j'adorais le faire. Une autruche ? Un monstre ? Que de sympathies de la part de la blonde. Avait-elle usé de son soit disant super pouvoir pour savoir que je mentais ? J'hausse alors un sourcil, souriant toujours. Je croise les bras sous ma poitrine et lui lance, d'un air provocateur :

    "Oh...Et je suppose que c'est votre "super pouvoir" qui vous a dit que je ne sais même pas Qui je suis ?"

    Naturellement que je mentais, en soi. Mon Dieu, je me demandais bien ce qu'Emma pensait avoir deviné. Elle n'était pas la sauveuse pour rien, malheureusement...pourtant, elle était la dernière à croire toutes les théories jugées "infantiles" d'Henry, même si elles étaient vraies. Je soupire, conservant mon impartialité face à la situation. Miss Swan pouvait s'énerver autant qu'elle le voulait, elle ne tirerait rien de moi. Jamais.

    "Dîtes-moi...qu'est-ce que Mon fils, fis-je en accentuant le "mon", vous a encore raconté pour que vous osiez venir jusqu'ici pour m'interroger ? Vous êtes peut-être Shériff, mais n'allez pas penser que cela vous donne le droit de faire ce que vous voulez. C'est ma ville...et vous n'avez aucun arrêté particulier pour vous trouver là. C'est parce que je l'ai accepté, uniquement. Mais je peux tout aussi bien vous faire partir."

    Elle me questionnait sur la pluie à présent. Elle ne lâcherait donc jamais l'affaire...Cette fois mon sourire s'estompa sur mes lèvres, laissant plutôt place à un air passablement agacé. Je me rapproche ainsi d'elle, tout près de son visage, et la dévisageant d'un air sévère. Puis, je lui réponds, sifflant entre mes lèvres telle une vipère :

    "Je n'ai rien à voir là-dedans. Vous ne saurez rien de plus. Disparaissez..." fis-je en levant le bras vers la porte, la lui indiquant.

    Emma avait-elle été affectée par la pluie ? Avait-elle également eu des relans de souvenirs de sa toute jeunesse lorsqu'elle était bébé ? Impossible...cela ne se peut. Si tel était le cas, je devais rapidement me débarrasser d'elle, avant que le contraire ne se fasse.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Sam 5 Oct - 11:04



The Howling

Cette femme me rendait cinglée. Ce n'était plus une surprise, me direz-vous. Mais cette fois, je bouillonnais. Je bouillonnais et je me faisais violence pour ne pas me jeter à sa gorge. Mes poings se crispèrent. Je sentais la violence de mes ongles s'enfoncer avec rage dans la paume de mes mains ; je grimaçais. Une saveur âcre envahit ma bouche sous la colère que je sentais poindre. J'allais perdre mon calme. En réalité, j'ignorais ce qui me poussait à rester là, tendue devant elle, prête à bondir. La seule chose que je savais avec certitude ; c'était que mon don ne trompait pas, elle mentait. Je pensais alors à Henry, à sa vie depuis mon abandon. Et je la voyais Elle ; cette femme. Qui avait véritablement élevé mon fils ? Une mère un tantinet trop stricte ou bien... ou bien quoi ? Cette fois, je serrais les dents pour ne pas cracher mon venin. Pourquoi fallait-il toujours en arriver là ? Pourquoi, seule sa présence savait me mettre hors de contrôle ? Je ne comprenais pas. Je ne comprenais pas et trop de « pourquoi ». Je fermais mes paupières, comme si la solution était là, comme s'il suffisait, l'espace d'une minute, de ne plus voir son image pour qu'apparaisse enfin la réponse. Un, deux, trois... et toujours cette impatience chronique propre à nos entrevues qui emballait mon cœur. Je grognais discrètement. Je ferai mieux de partir. Je me le répétais une énième fois ; je ferai mieux de partir. Mais, lorsque je posais de nouveau mon regard sur son visage, ce fut plus fort que moi. Je me rapprochais, visiblement menaçante. Elle ne m'avait jamais effrayé, ce n'était pas aujourd'hui que cela allait commencer ! Mon corps était désormais si près du sien que les effluves sucrées de son souffle envahissaient l'espace. Je frissonnais sans y prêter attention. C'était un défi qui s'installait à travers mes sourcils froncés. Elle ne s'en tirerait pas si facilement. Pas cette fois.
- Oh mais je ne sous entends pas que vous ignorez qui vous êtes. Au contraire. Seulement que vous le dissimulez à tout le monde, même à Votre propre fils, répondis-je en insistant bien sur l'appartenance, comme elle savait si bien le faire.
Finalement, je n'essayais plus d'interrompre les réactions pour le moins, excessives de mon être. Ma main rencontra sa gorge, tandis que je la plaquais non sans mal contre le mur juste derrière elle.
- Heureusement que je n'écoute pas tout ce que dit notre fils, puisqu'il vous attribue le rôle de la Méchante Reine. Je ne suis pas certaine que cela soit très flatteur pour vous, Regina !
Sous le coup de l'énervement, je n'avais même pas relevé le « notre » employé. Pourtant, cette réalité semblait toujours aussi idiote à entendre. D'ailleurs, en d'autres circonstances, j'en aurai sûrement ris.

Je franchis les quelques centimètres qui me séparaient d'elle pour presser ma poitrine contre la sienne. Piégée entre le mur et moi-même, Regina me paraissait bien moins imposante. Un rictus condescendant étira mes lèvres. Je sentais pulser contre mes doigts le rythme de son cœur ; je resserrais légèrement ma prise.
- Je vous préviens Regina, qui ou... quoi que vous soyez, je ne laisserais personne faire de mal à Henry, ni même aux habitants de cette ville, c'est clair ?
Un instant, je fronçais les sourcils par cette proximité. Lovée tout contre elle, je sentais chaque soubresaut de sa respiration secouer ma propre silhouette. Mais je ne parvenais pas à réfléchir correctement. Il y avait Henry, Regina ; cet emportement quasi quotidien lorsque je me trouvais face à elle, son souffle contre ma peau et toutes ces histoires insensées. J'étais... j'étais fatiguée. Oui, j'étais... Alors inconsciemment, je posais mon front contre sa clavicule, sans pour autant relâcher l'emprise autour de sa gorge. Je soufflais avec rage, tentant de regagner un peu de lucidité, mais il y avait toujours son halètement, sa présence, son odeur et toutes ces choses qui me rappelaient à quel point rien n'avait de sens depuis que j'avais quitté Boston.
- Merde !
Ce juron s'échappa malgré moi. Je redressais alors la tête. Mes prunelles se plongèrent silencieusement dans les siennes. J'ignorais ce que je cherchais à travers elles. Une réponse, enfin ? Une lueur, peut-être ? Je soupirais.
- Regina, qu'est-ce qui se passe ici ?
Cette fois l'animosité laissa place à une certaine nervosité.

Tout ceci ; Storybrooke, les habitants... rien n'avait de sens.
(c) fiche de lien crée par eylika.


Dernière édition par Emma Swan le Dim 20 Oct - 14:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Jeu 10 Oct - 21:41


    Plus nos regards se croisaient, plus je me disais qu'il y avait bien plus d'intéressant pour Emma, qui la faisait rester ici, chez moi. Qu'attendait-elle à part me faire tirer des aveux concernant ma « véritable » personnalité ? Je l'ignorais mais son comportement était étrange, plus que de coutume. Décidément, tous les habitants de cette satanée ville avaient vu leur attitude changer au cours de ces derniers jours. La pluie, naturellement. J'ignorais comment mais elle avait semblé réveiller bon nombres de souvenirs chez les habitants, de leur vie passée. Ce qui m'étonnait le plus était qu'elle avait aussi donc atteint Emma, alors qu'elle n'a vécu que quelques instants dans notre ancien monde et elle n'était encore qu'un nourrisson qui vient de naître. Tout se chamboule dans mon esprit. Je ne sais que faire. Pourtant, je reste impassible. Même quand le shériff se rapproche, encore et dangereusement. Je sens bien qu'elle me défie du regard. Aussi mes bras se croisent, mon bassin se déhanche légèrement. Si elle pense m'impressionner, elle se trompe lourdement. J'hausse un sourcil. Swan vient enfin de deviner que je joue un rôle. J'eus très envie de lui répondre qu'il y a bien des choses qu'il vaudrait mieux qu'Henry ne sache jamais. Ni personne d'autre d'ailleurs. Du moins, ne s'en souvienne. Alors je reste silencieuse, la défiant moi aussi du regard, esquissant un petit sourire. Sauf qu'Emma ne compte pas s'arrêter là. Soudainement, ne m'y attendant pas le moins du monde, l'une de ses mains me pousse contre le mur de mon hall, plaquée contre ma gorge. Je suffoque doucement, agrippant sa main sur ma gorge avec la mienne pour tenter de la faire lâcher. Mais la blondinette est coriace. Les yeux écarquillés, surprise et choquée par son geste, je tente de lui répondre...

    « Ne me dîtes pas que vous aussi vous croyez aux fantaisie d'un petit garçon de dix ans...vous savez bien que les contes de fées n'existent pas, c'est sans doute mon attitude sévère et froide qui lui fait penser à la méchante de Reine de Blanche-Neige. »

    Étrangement, je suis restée plutôt calme. Je ne voulais pas perdre mon sang froid face à cette femme, alors que je savais que j'aurais bientôt l'avantage sur elle. Je couine légèrement lorsqu'elle vient s'appuyer de plus en plus sur moi pour m'empêcher de bouger. Cette situation me déstabilise un peu, je sens son cœur battre fort dans sa poitrine, pressée contre la mienne. Était-ce vraiment de la colère, que je pouvais ressentir dans le cœur d'Emma vis à vis de moi ? Son attitude me perdait peu à peu. Mais je devais rester forte et concentrée. Finalement, mon air froid et hautain disparut de mon visage, tandis que la blonde desserrait petit à petit son étreinte autour de ma gorge. Je devais essayer de persuader la Miss de se ressaisir et de cesser de m'accuser de je ne sais quoi. La pauvre petite semblait encore plus perdue que moi, elle se mit à jurer et sa tête tomba lourdement sur mon épaule. Sa respiration haletante tenait bien chaud à ma clavicule...un peu gênée de la situation, je me décide alors à repousser la tête d'Emma en la tenant par les épaules. Mon regard sombre se plongea dans le sien, mais cette fois il se voulait rassurant. L'instinct maternel semblait reprendre le dessus. Je lui murmure de ma voix rauque :

    « Vous avez l'air d'être à fleur de peau, Miss Swan. Vous êtes un peu pâle. Venez donc vous asseoir dans mon salon, je vais vous servir quelque chose. »

    J'accompagne alors la jeune femme un peu déboussolée pour la faire asseoir dans mon moelleux canapé. Puis je m'en vais à la cuisine chercher deux verres et une bonne bouteille de cidre. On dit toujours qu'un peu d'alcool est efficace pour requinquer...l'opération Swan pouvait à présent commencer. La gratifiant d'un petit sourire, je lui sers un verre et le lui tend avant de prendre place dans un fauteuil en face d'elle.

    « Buvez donc ça, ça devrait vous remettre un peu d'aplomb. Et n'ayez crainte. Je ne suis peut-être pas la mère dont chaque enfant aurait pu rêver, mais je ne veux que son bonheur. À Henry. Jamais je ne lui ferais du mal. Être mère et célibataire, c'est difficile mais je fais de mon mieux pour bien l'élever. Vous comprenez ? » fis-je en me servant un verre de cidre également.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Ven 11 Oct - 19:16



The Howling

C'était les effluves de son parfum. Elles venaient par vague, au rythme de sa respiration hésitante. Là, blottit contre ce buste qui semblait me repousser comme m'attirer de toute sa prestance, je tentais en vain de rassembler mes songes. Inlassablement, je repoussais l'instant où, l'erreur de mon geste me sauterait à la gorge. En attendant, je détaillais les traits de son visage ; la profondeur de ses prunelles brunes, la fine cicatrice qui surplombait sa lèvre. J'entamais un circuit silencieux, m'attardant sur ses joues légèrement rouges par cette altercation, puis l'arrête de sa mâchoire taillée dans le marbre de la perfection. Je déglutis avec peine, poursuivant cette quête illusoire, sans doute à la recherche d'un détail auquel me raccrocher. Mon regard caressa la finesse de son cou, dévala sa clavicule dont le trait était agréablement marqué, et... Non ! Cette fois, je fermais une nouvelle fois mes paupières, toujours à la conquête de cet air bien trop souvent absent. Je me serai flanquée une gifle, si mes mains n'étaient pas occupées à presser sa silhouette élancée contre la mienne Éprouvant encore les pulsations de son palpitant au contact de mes doigts, je m'obstinais à serrer également sa hanche que j'écrasais contre le mur. Quelque chose dans cette scène était totalement surréaliste. Je n'aurai su dire s'il s'agissait de notre précédente conversation ou bien de cette proximité déconcertante. Les deux combinés, peut-être ?
- Il semble pourtant y croire dur comme fer, Regina ! Je commence à me demander si vous n'êtes pas cette femme cruelle et sanguinaire, qui fait ce qu'elle veut, quand elle, avec qui elle veut. Qui réduit chaque être qui se dresse devant elle comme esclave ou... pire encore.
Je soufflais, comme si cela m'avait demandé un effort hors du commun. Et, bien que je réalisais le ridicule de cette phrase, je m’entêtais à lui faire face, aussi confiante que je le pouvais l'être sur mes propos.

Après tout, le monde n'était-il pas fait de surprise ? J'avais beau tourner et retourner les dires de mon fils, les événements de ces derniers jours, l'attitude de Regina ; rien ne semblait avoir de sens. Comment cette femme que je tenais depuis quelques minutes déjà contre moi aurait pu être la Méchante Reine d'un conte pour enfant ? Comment les habitants de cette petite ville auraient pu être tout droit sortie d'un livre imagés ? C'était affreusement stupide. Tellement idiot que je me retins de rire.
Elle repoussa mon torse, tandis que je redescendais lentement de mes pensées volubiles. Le masque qu'elle avait revêtis me fit froncer les sourcils. Serait-ce de la douceur ?... Cette fois, je devenais folle. Il n'y avait pas d'autres solutions. Comment aurai-je pu expliquer cette mine visiblement inquiète sinon ? Je ne répondis rien, incapable de prononcer le moindre mot. Pourtant, ils se bousculaient à mes tempes. Je les sentais cogner, n'attendant que le loisir de sortir pour questionner la brune sans répit. Au lieu de cela, je me mordis la lèvre aussi fort que je le pus. Je couinais discrètement sous la douleur, tout en m'asseyant sur le canapé.
- Je comprends, fut la seule chose que je m'autorisais à dire.
J'avalais alors une gorgée du verre que Regina m'avait apporté. Le liquide brûla délicieusement mon gosier ; je frissonnais.
- Du cidre... vous essayez de m'empoisonner ?
J'articulais un sourire un tantinet sarcastique. Un brin d'humour cynique n'allait pas faire de mal. L'alcool aseptisait ma gorge au fur et à mesure que le verre perdait rapidement de son contenu. D'ailleurs, je jurerais que cela me montait aux joues. Mais seulement un petit peu !
- Pourquoi être si avenante d'un coup ? Que souhaitez-vous obtenir ?
Les interrogations étaient tombées comme deux rochers dans une flaque d'eau. A dire vrai, elles m'avaient totalement échappé. Je me serais bien maudite pour avoir eu tant d'audace, mais je restais suspendue aux lèvres de Regina, en attente d'une quelconque réaction.
- Je ne suis pas un jouet... ajoutais-je, m'enfonçant alors davantage dans une spirale dont je n'étais pas certaine d'en sortir indemne.
(c) fiche de lien crée par eylika.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Dim 20 Oct - 16:36


    Marchant dos à elle, alors que je l'avais conviée à venir s'installer au salon, j'esquisse un rictus discret. En effet, sa réflexion m'avait fait sourire. Car elle avait raison cette sauveuse, c'était belle et bien moi cette femme sanguinaire et cruelle, la Reine qui jadis terrorisait le peuple de la forêt enchanté, et qui à présent régnait en tyran sur la petite ville de Storybrooke. Mais ça, je ne laisserais jamais l'occasion à Emma de le découvrir. Alors oui, j'avais décidé de faire un effort pour tenter de supporter cette femme. La seule chose que je pus lui répondre, en lui souriant cette fois gentiment, je ne pensais pas que j'en serais capable.

    « Faites vous donc votre propre avis Miss Swan...Contrairement à ce que vous dira mon fils, enfin Henry, peut-être vous rendrez-vous compte par vous-même que je suis pas si cruelle. Peut-être qu'après tout...je me fais simplement du soucis, d'où mon comportement parfois un peu...rude. Après tout, je ne vous connais pas plus que ça. Je veux juste m'assurer que Henry soit heureux...et entre de bonnes mains. »

    Et bien, je ne pensais pas que mon petit garçon ait réussi à ancrer de telles idées dans la tête de sa mère biologique à présent, qui prétendait que j'allais l'empoisonner avec un verre de cidre. J'esquisse de nouveau un sourire, laissant même échapper un petit rire à sa remarque. Je riais car, finalement Miss Swan n'était pas si loin de la vérité. Mais il était encore trop tôt. Il fallait tout d'abord que je lui fasse gagner ma confiance. Naturellement, je savais que cela n'allait pas être chose gagnée d'avance. Grand Dieu il allait sûrement falloir  que je redouble d'efforts. L'opiniâtreté d'Emma était telle, qu'elle ne voudrait jamais y croire. Elle commençait déjà à se poser des questions, trouvant étrange que je sois d'un coup si agréable avec elle. Effectivement, il y avait de quoi se poser des questions. Mais je savais parfaitement la manière dont j'allais m'expliquer. J'hausse alors un sourcil.

    « Je comprends bien que vous soyez si surprise...J'ai simplement eu aujourd'hui l'occasion de constater que vous n'aviez pas l'air dans votre assiette. Je vous offre juste un peu l'hospitalité pour vous requinquer...Je n'ai aucune mauvaise intention, vraiment. S'il vous plaît, reposez-vous un peu... » fis-je alors que ma voix se fit un peu moins rauque et plus douce que d'habitude.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Dim 20 Oct - 19:59




The Howling


Le verre de cidre me tournait la tête. Cette fois, ce n'était plus une farce, ni une élucubration de mon esprit. Je le sentais brûler délicieusement mes pommettes, et réchauffer indéniablement mon corps. Je me raclais la gorge, posant le verre déjà vide sur la table basse. Dans ma quête de prestance, je me redressais maladroitement, à deux doigts de glisser du canapé. Je gloussais derrière la paume de ma main. Non ma vieille, ce n'était pas le moment de se ridiculiser ! Une autre remarque cinglante de Regina, et j'étais certaine de ne plus répondre de moi. Un instant, je fronçais les sourcils. Et que ferai-je si cela devait être le cas ? Alors je détaillais sa silhouette élancée, sans pudeur aucune. J'étais parfaitement consciente que ma contemplation n'avait rien de très polie, mais peu m'importait en cet instant. Je me surpris même à esquisser un sourire, lorsque mon regard effleura les boutons légèrement ouverts de son chemisier. Je me giflais mentalement. N'importe quoi ! Je tirais sur le col de mon pull, soufflant comme s'il faisait une chaleur à crevée.
- Qu'est-ce que vous avez mis là-dedans ? M'entendis-je alors bafouiller.
Je m'entassais contre les coussins en cuir. Il fallait que je parte, que je quitte cet endroit. Alors que l'idée d'un complot me vint entre cette fichue maison et sa propriétaire, je ne remarquais pas le ton mielleux qu'elle avait entreprit. En réalité, je n'étais plus réellement dans la même dimension. Suspendue à son décolleté que je n'avais toujours pas délaissé, je m'obstinais à tenter de tirer tout cela au clair. J'étais shérif après tout ! C'était mon boulot, non ? Mes pensées s'amoncelaient en une cacophonie sans fin ; je ne parvenais plus à distinguer le vrai du faux. Finalement, je secouais la tête. Stop ! Je fermais les paupières, inspirant profondément cet oxygène tant adoré.
- Vous êtes prévenante. Avais-je jeté au hasard.
Puis, la regardant de nouveau, je souriais. Genre ! J'avais souris ! De plus c'était un vrai sourire ; sincère, presque tendre. J'ignorais ce qui m'était passé par la tête pour réussir un tel exploit, mais je ne m'en formalisais pas. Je me contentais alors de déglutir, en baissant légèrement la tête.

- Vous êtes... gentille.
Le dernier mot m'avait quelque peu écorché la langue, mais je n'ajoutais rien. Depuis quand Regina jouait les mères Thérésa ? Elle qui avait mis jusque là tant de hargne à m'évincer de la vie de son fils, voilà qu'elle jouait les âmes charitables. Habituellement, j'en aurai sûrement ris, j'aurai sans doute balancé une phrase bien sentie. Au lieu de cela, je me redressais, non sans une certaine maladresse, pour me laisser tomber lourdement près d'elle. Ainsi, je pus me pencher davantage vers elle, arborant une moue secrète comme si j'allais lui délivrer une confidence.
- Je ne suis pas aussi stupide que ça, Regina.
Mon regard se planta alors dans le sien. Elle me prenait pour qui ? Peut-être que le cidre ingurgité trop vite me chauffait un peu les oreilles, mais je n'étais pas idiote pour autant. Et, comme marque d'une certaine provocation, j'attrapais son verre pour le porter à mes lèvres. Le goût de son maquillage pourpre me fit sourire, tandis que je reposais le récipient dans sa main.
- Peut-être que ce petit numéro fonctionne avec les autres, mais pas avec moi.
Elle avait beau sourire, prendre sa voix douce et mielleuse, être irrémédiablement belle et séduisante, je... Cette fois je me relevais.
- Il faut... je dois y aller.
Je m'éloignais, encore fébrile par le poids des émotions et du cidre. Un sentiment que je ne parvenais pas à déchiffrer semblait m'enserrer douloureusement la poitrine. De l'air, oui j'avais besoin d'air, je suffoquais. Seulement, je fus très vite arrêtée par le tapis dans lequel je me pris les pieds. Mon corps s'écrasa comme une masse sur le sol. A plat ventre, je relevais difficilement la tête, soufflant sur une mèche blonde qui me barrait la vue.
- Et merde !
(c) fiche de lien crée par eylika.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Ven 25 Oct - 17:23


    Ne perdant pas de vue ma future proie, je ne pus m'empêcher de sourire amusée en remarquant la légère gêne qu'Emma ressentait en buvant le verre de cidre que je lui avais proposée. Pourtant, il était encore trop tôt pour que j'y introduise une quelconque substance destinée à sa perte. Je n'y avais rien mis de particulier, juste...du cidre. Après il faut savoir que les boissons de Madame le Maire ne sont jamais très pauvres en dose d'alcool. Miss Swan aurait dû tout simplement assumer que cela l'avait rendue pompette, plutôt que de toujours m'accuser des pires crasses vengeresses. Seulement, je devais bien me douter que gagner la confiance d'une jeune femme aussi têtue qu'Emma ne serait pas chose aisée. Cela risquait de prendre du temps, mais je m'en accommoderais. Tout vient à point à qui sait attendre, dira-t-on. Le fait que la blondinette me sorte que j'étais « gentille » me fit bien rire, mais ce n'était qu'un premier pas vers mon succès. Alors si c'était ce qu'elle pensait, autant jouer cette fameuse carte de gentillesse jusqu'au bout.

    « Pourtant il s'agit simplement d'un cidre. Vous êtes probablement fatiguée, voilà pourquoi vous vous sentez si... »

    Je ne pus finir ma phrase car l'attitude à présent de Miss Swan me fit divaguer. Je ne la quitte pas des yeux lorsqu'elle se lève pour venir s'affaler dans une position loin d'être féminine sur l'accoudoir de mon fauteuil. Je ne bougeai pas, impassible, tournant la tête vers elle et gardant mes jambes croisées. Étrangement, je la laissais me prendre mon verre des mains pour en boire une gorgée et me le redonner. Et bien, quelle insolence. Je fronce légèrement les sourcils, montrant un peu ma gêne mais sans plus. Bon, finalement je commençais à penser que cela allait être plus compliqué que prévu. Que pensait-elle vraiment finalement ? Cette petite Emma Swan qui avait toujours été sur la défensive vis à vis de moi. Je me demandais ce qu'il fallait que je fasse ou dise pour lui laisser enfin penser que je n'étais pas un monstre. Bien évidemment, j'étais bien loin de songer que la blondinette était en train d'avoir des pensées positives sur mon allure physique en cet instant. Je ne compris ainsi pas pourquoi elle semblait à présent si pressée de s'en aller. Sans rien dire, esquissant une petite moue, je la laissai faire. Je termine simplement mon verre d'une traite, alors qu'Emma se dirige avec opiniâtreté vers la porte d'entrée. Enfin...c'est seulement là que je remarquai que la demoiselle avait probablement trop abusé du cidre, car elle se ramassa royalement sur mon tapis. Quelle chute si...stupide et impromptue. Je me retins fermement de rire. Emma Swan...quelle idiote. Enfin bon, je fis preuve d'un élan de gentillesse hors du commun et me levai presqu'aussitôt pour aller recueillir mon hôte lamentablement étalée sur le postérieur au milieu de mon hall. Je me rapproche d'elle et me penche un peu pour lui tendre la main, l'aidant ainsi à se relever. Une fois la demoiselle sur pied, je lui lâche la main, et la plaque doucement sur son épaule, rassurante. Mon sourire ne faiblit pas.

    « Et bien, il faut faire plus attention où vous mettez les pieds, Miss Swan. C'est dommage d'ailleurs que vous partiez si vite. En fait voilà, j'allais vous proposer quelque chose. J'ai réfléchit et je me dis que finalement ce serait une bonne idée de laisser Henry vous fréquenter plus souvent. Après tout, il semble vous apprécier et être heureux en votre compagnie. Alors...voilà, vous avez mon accord, si vous acceptez. »

    Et bien je demandais vraiment ça pour être polie. Évidemment qu'Emma allait accepter, après tout ce qu'elle avait fait pour passer du temps avec mon fils en pensant que je l'ignorais. Maintenant je lui offrais l'opportunité de le voir avec mon accord. Voici une offre qui se refuse difficilement. Même si cette idée de m'enchantait pas du tout. Mais un jour, j'aurais ma revanche.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Dim 27 Oct - 13:20




The Howling


Je me maudissais intérieurement. Là, affalée sur le sol comme un vulgaire pantin, j'écoutais le claquement de ses talons résonner jusqu'à mes oreilles. Je grimaçais, appréhendant son rire moqueur et sans doute cruel s'offrir à moi. Les paupières closes, je ravalais difficilement ma salive. Mais qu'est-ce qui m'avait pris ? Accepter un verre, discuter avec elle. Comme si cela était normale, comme si... nous étions amies. Seulement, il ne fallait pas se leurrer ; de près, de loin, nous n'avions rien de bien amical. Je soupirais, un peu maladroite, en me redressant pour m'asseoir. Je fermais de nouveau les yeux, priant un dieu auquel je n'avais jamais cru, de me téléporter loin, très loin d'ici. Naturellement, rien de tout cela n'arriva. Lorsque j'observais droit devant moi une énième fois, je me retrouvais bel et bien devant la porte de la villa Mills. Sa main entra alors dans mon champ de vision. Idiote, je regardais ses doigts appelés les miens sans une once de réaction. Il fallut bien quelques secondes, sans doute quelques minutes, pour que je me raccroche à l'aide qu'elle me tendait. Me relevant sûrement trop vite, je papillonnais des yeux, un peu étourdie. Mon corps, encore un peu fébrile par la chute et le cidre tituba malgré moi, malgré sa paume sur mon épaules, et je me retrouvais bientôt contre le buste du Maire ; mon visage bien trop près du sien. Les sourcils froncés, je plongeais mon regard émeraude dans l'océan brun qui me faisait face. Son nez effleurait le mien, et je pouvais sentir son souffle caresser délicieusement mes lèvres. Délicieusement ? Mais déjà j'oubliais cette pensée insensée. Une petite voix égarée m'intimait l'ordre de reculer, de fuir inexorablement, tandis qu'une autre... m'incitait à presser davantage ma poitrine contre la sienne, à chercher, demander, réclamer ce contact encore et encore. Je déglutis avec peine, ne sachant laquelle de ces voies écouter. Devrais-je prendre mes jambes à mon cou, ou bien au contraire... au contraire quoi ?
- Pardonnez-moi je...
Mais je ne parvins pas à terminer ma phrase. Je manquais d'air. Oui, c'était ça le problème ; je manquais d'air. Écrasée contre elle, haletante, je tentais en vain de me redresser. Mon cerveau avait rompu tout contact depuis longtemps, me laissant ainsi, irrémédiablement blottie contre elle.
- … je...
Mais mon regard observait, contemplait ses lèvres rouges. La fine couche de maquillage qu'elle y avait déposé m'attirait tel un papillon autour d'une flamme. Je mordais les miennes, luttant contre une chose que je ne voulais pas comprendre, ni analyser. Je n'étais plus certaine que le cidre en fut la principale cause, mais je fis comme si. Après tout, si le corps lui-même ne voulait plus fuir, mieux valait nier...

Mais réfuter quoi ?

Henry... Le prénom de mon fils tangua à chaque recoins de mon cerveau devenu aussi brumeux qu'une nuit terrifiante de pleine lune. Je me raclais alors la gorge. J'attendais qu'elle ne me repousse. J'attendais qu'elle ne me hurle dessus, en me demandant ce que je traficotais ainsi. J'attendais une réaction, n'importe laquelle, pourvue qu'elle ne me dégage sans ménagement, qu'elle ne m'éloigne de ses lèvres, qu'elle...
- J'accepte, avais-je pratiquement soufflé contre sa bouche.
A dire vrai, je n'étais pas réellement certaine d'avoir saisi la moitié de son discours. Je voyais ses lèvres remuer, se mouver sous mon regard attentif, mais rien ne parvint précisément à mes oreilles. Finalement, je relevais mes prunelles vers les siennes, délaissant sa fine cicatrice.
- Pourquoi... cette gentillesse ?
J'inspirais bruyamment, comme si cette demande m'avait coûté un effort surhumain, puis fermais les paupières, savourant les effluves sucrées qui émanaient de sa peau.

J'avais, sans conteste, besoin de repos.
(c) fiche de lien crée par eylika.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Mar 5 Nov - 22:00


    C'était tellement amusant de voir dans quelle situation de mal aise j'avais réussit à mettre Miss Swan. Cette petite bouille, cette attitude maladroite que je suscitais en elle rien qu'en lui présentant une once de gentillesse émanant de ma personne. Et bien quoi ? Il est vrai que ce n'était pas dans mes habitudes de me montrer si...attentionnée avec elle que je ne l'étais présentement. Mais il y a un début à tout, n'est-ce pas ? Même si je devais vraiment prendre sur moi. Les contacts avec la blondinette n'étaient pas chose courante. Et rien que le fait d'avoir un contact physique avec elle me mettait mal à l'aise. Par exemple, la simple poignée de main sur je lui tendais pour l'aider à se relever. Je sentis la miss hésitante. Pourtant, elle finit par accepter mon aide et se releva même un peu trop rapidement puisqu'elle ne manqua pas de retomber sur moi. Un peu agacée, je la rattrape par les bras et ne manque pas de l'aider à se remettre correctement sur pied. Mais finalement, je finis par laisser échapper un petit rire à son égard. Pourtant, Emma semblait avoir du mal à se redresser. Plaquée là contre moi, je ne la reconnaissais décidément pas. Pourquoi...pourquoi avais-je l'impression que ce contact la perturbait ? Enfin bref, je devais probablement me faire des idées. La pauvre fille était fébrile et perdue, voilà tout. Je suis sûre qu'elle ne se rendait même pas compte contre quelle personne elle était en train de fondre et perdre ses moyens, présentement. Allons bon, maintenant il allait falloir que je la calme, vraiment. Je ne me laisserais pas trop envahir par sa personne. Mais d'un côté, je n'avais pas envie de la repousser, ni de trahir mon masque de gentillesse par un geste brusque. Cela faisait un moment, un trop long moment que nos corps et nos visages étaient si proches, et en l'espace d'un instant j'ai cru sentir une petite gêne me monter aux joues. Cette proximité était vraiment étrange, alors je décidai d'aider délicatement la Miss Swan à reculer. Mes mains sur ses bras, je l'aidais à se reculer peu à peu. Décidément, je commençais sérieusement à croire qu'Emma était réellement malade. C'est seulement là que ma future proie se décida à acquiescer concernant ma proposition. Et bien, il lui en aura fallut du temps ! Peut-être que ça l'avait bien trop troublée pour qu'elle daigne se comporter normalement. Non mais alors je ne suis quand même pas un monstre à ce point...Quoique. Ce n'est pas non plus comme si j'avais été un ange avec elle. Finalement, après m'être assurée que Emma avait bien retrouvé son assiette, enfin plus ou moins, je pus enfin me reculer d'elle et commençai à marcher en direction de la porte. Lentement, dos à elle, et laissant claquer mes talons aiguilles sur le parquet flottant de mon hall d'entrée. Je lui expliquai, simplement.

    « Ce n'est pas de la gentillesse, Miss Swan. En fait, ça me paraît juste...normal. Mais vous me voyez tellement comme un monstre, que vous appelez ça un élan étonnant de gentillesse alors que pas du tout. Je ne suis pas si...diabolique, vous savez. Je ne veux que le bien de mon fils, je vous le répète. Et visiblement, Henry vous porte un amour bien particulier, et ça le rend heureux. Alors le moins que je puisse faire...est de vous inclure dans notre vie. »

    En réalité, cela me brisait le cœur de dire ça. Car je savais qu'Henry l'aimait bien plus que moi. Cette femme...qui n'avait rien d'une mère. Qui ne l'avait jamais été et qui ne savait comment s'y prendre. Lorsque j'eus finit de lui expliquer mon point de vue, je me retourne alors vers elle, esquissant un sourire tendre.

    « Alors euh...vous acceptez ? De le garder ce soir...je dois finir un travail important à la Mairie qui me prendra sûrement beaucoup de temps. Ainsi je vous propose d'aller le chercher à la sortie de l'école, de lui faire à dîner et de l'accompagner au coucher. » Amusée intérieurement de voir Emma comme se décomposer au fur et à mesure de mes énumérations, je penche la tête sur le côté et rajoute, d'un air taquin. « C'est ce que font les mères, miss Swan. Vous savez bien à quelle heure se finit l'école et comment préparer à dîner, n'est-ce pas ? »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: the howling • PV   Sam 9 Nov - 14:27




The Howling


Je détestais mon corps. En réalité, le mot en était même faible. Pourquoi étais-je encore là, appuyée contre elle comme si ma vie en dépendait ? J'aurai pu me damner pour cela. Pourtant, mon visage se retrouvait une fois de plus dans le creux de son cou, inspirant son parfum avec rage et ivresse. Je frémis. Je n'avais jamais remarqué cette saveur légèrement fruité qui émanait d'elle. Était-ce... de la pomme ? Je n'aurai su réellement le dire. Mes sens semblaient s'anesthésier lentement à son contact. Je crois que j'aurai pu rester là des heures, des jours peut-être. C'était idiot. En fait, c'était même complètement délirant. Je me mordais la lèvre. Il fallait... il fallait absolument que je sorte. Ce n'était plus une suggestion désormais, mais une question de survie. Je n'étais pas certaine d'éviter la liquéfaction sinon. Comme un écho à mes prières, Regina repoussa mon corps endoloris. Silencieusement, je remerciais le ciel, tandis que mon regard croisa de nouveau le sien. Je grimaçais, un peu gênée, embarrassée et tant encore. Paradoxalement, j'éprouvais maintenant une certaine fraîcheur, désagréable, puisque je frissonnais. Alors je remontais mes épaules, cherchant sans doute à disparaître au creux même de mon propre corps. J'aurais vraisemblablement aimé devenir aussi petite et insignifiante qu'un insecte. Les effluves veloutées et étourdissantes du cidre s'estompaient lentement, si bien que je fronçais les sourcils un instant ; qu'est-ce qui m'arrivait ? Je préférais taire cette interrogation. Fermant alors les paupières quelques secondes, je prenais le temps d'inspirer paisiblement. Je m'efforçais de songer à notre... à mon fils. Je dessinais intérieurement chaque petits détails de son visage, m'arrachant ainsi un tendre rictus. Ce fut uniquement lorsque le pas cadencé de la Maire résonna sur le parquet que je revenais finalement à cette réalité. Secouant mollement la tête afin de rassembler mes esprits, je la suivais du regard. Je la détaillais malgré moi, un tantinet rêveuse, alors que je scrutais ses courbes harmonieuses. Sa voix cogna à chaque recoin de mon crâne encore étourdi, mais je n'entendis rien, ou du moins pas vraiment. Je m'étais perdue dans la contemplation latente de sa silhouette, jusqu'à ce que je remarque qu'elle s'était tournée vers moi. Je me raclais donc la gorge, sentant le rouge me monter inexorablement aux joues.
- Je ne vous vois pas comme un monstre. A vrai dire... , je secouais la tête, c'est sans importance. Je vous remercie de me laisser entrer dans vos... dans la vie d'Henry. Encore une fois... je ne compte pas prendre votre place. Je suis d'ailleurs très loin du rôle de mère. J'aimerais simplement... passer du temps avec lui, apprendre à le connaître, vous voyez ?...
J'affichais un sourire crispé, le regard brillant d'espoir. L'idée de passer du temps avec Henry, dans de circonstances plus détendues me réjouissait au plus haut point. Bien évidemment, je modérais mon entrain face à Regina, craignant qu'elle ne me coupe l'herbe sous le pied au moindre signe. Cependant, le discours qu'elle continua me fit blêmir un instant. Je manquais de glousser, détournant le regard pour ne pas avoir à supporté le sien. Comment pourrais-je agir comme une mère, alors que je n'en avais moi-même jamais eu ? A la limite, je pouvais endosser le rôle de la grande sœur, ou de la jeune tante un peu décalée, mais être mère... Laissez-moi rire ! D'ailleurs, j'étais presque certaine que cela amusait mon interlocutrice. De ce fait, je me redressais, arborant une moue fière et décidée.
- Bien sûr.
Je m'approchais à mon tour de la porte, prête à fuir cette maison, ainsi que la propriétaire.
- Je serai là, ajoutais-je, déterminée.
En réalité, je n'avais aucune idée de ce que je devais faire. Je comptais discrètement sur Henry pour m'aiguiller, lui qui commençait à connaître mon incapacité à agir comme je le devrais.
- Bien. Je vous souhaite alors une excellente journée, Madame le Maire.
Je lui tendais alors ma main, espérant signer avec elle une trêve, ne serait-ce qu'un temps. Au final, ce n'était pas la guerre que je voulais, loin de là...
(c) fiche de lien crée par eylika.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: the howling • PV   Mar 12 Nov - 1:25


    Si je n'avais pas un esprit aussi fermé, j'aurais pu prétendre que ma présence perturbait étrangement miss Swan, d'une manière que je n'aurais imaginé. Difficile de croire en une attirance pour une autre femme, dans l'ancien monde où l'on m'a élevée. Alors cette pensée ne m'effleura pas l'esprit. Je continuais de faire l'autruche et de croire qu'Emma était simplement fatiguée et devait avoir un petit coup de moue. Un manque à se concentrer aussi, puisque j'eus l'impression que ce que je lui racontais entrait par une oreille et sortait par l'autre. Le préjugé à propos des blondes sans cervelle était-il vrai ? Et bien, malheureusement je ne pensais pas qu'Emma Swan soit si idiote que cela, sinon elle ne m'aurait pas soupçonnée comme elle l'a fait. J'étais rassurée au fond de moi qu'elle ne pose plus aucune question sur ce qui l'avait amenée au début chez moi. Et elle en était ressortie avec une opportunité que je lui accordais, de venir garder Henry au sein de ma propre demeure. Je n'y aurais pas cru moi-même, à vrai dire. Mais la vengeance signifiait de nombreux sacrifices. Ceci dit, je m'étais quand même surprise à esquisser un véritable sourire sincère lorsqu'Emma m'avait gratifiée d'un compliment. Ainsi je n'étais plus un monstre à ses yeux...voilà bien une petite avancée. Enfin, j'aurais voulu connaître la fin de sa phrase, mais miss Swan ne préféra ne pas s'y attarder, alors je ne cherchai pas à insister. Je réponds simplement à sa déclaration, face à elle, les doigts entrelacés. Je laisse de côté un sourire satisfait lorsqu'elle m'avoue ne pas se sentir comme une mère. Comme c'est étonnant, je ne l'aurais pas deviné moi-même...(a)

    « Bien sûr...enfin je veux dire, tout s'apprend Miss Swan. Profitez de cette opportunité dont je vous fais grâce pour commencer. »

    La conversation s'arrêtait là. Emma devait s'estimer heureuse de l'offre qui se présentait à elle. Elle n'avait pas refusé, et moi j'allais vraiment savoir en rentrant tard ce soir si elle avait été à la hauteur. J'avais bien hâte de voir le résultat. Pourtant, au fond de moi je savais que le Shériff ne s'en sortirait pas si mal. Jouer les grandes sœurs ou les compagnes de jeu, ça elle savait déjà le faire...mais était-elle maintenant capable d'assumer de plus hautes responsabilités ? Je verrais ça. Miss Swan conclut la conversation, et semblait devoir s'en aller à présent. Elle me tendit la main, et j'arque un sourcil en baissant les yeux sur sa main. Bon, et oui, je serais sans doute amenée à ce genre de contact physique avec elle à présent. Dieu sait ce qu'elle a fait de sa main avant, m'enfin. Autant jouer le jeu jusqu'au bout, alors je lui tendis également la main pour une poignée amicale, puis je souris.

    « Merci, à vous aussi. À ce soir. Soyez là pour 19h. »

    Ainsi, je la raccompagne jusqu'à la porte, je lui ouvre, la laisse passer, puis je referme la porte derrière elle en lui adressant un dernier sourire.

    « Et pas de retard. »

    Avant de refermer définitivement. Un sourire narquois nait ainsi sur mes lèvres, et je me frotte doucement les mains, comme si j'avais la sensation d'avoir déjà gagné. Je vais bien m'amuser...



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: the howling • PV   

Revenir en haut Aller en bas
 

the howling • PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-