Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le noir vous va si bien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Le noir vous va si bien...   Lun 23 Sep - 19:15




    L'horloge tourne, les minutes sont à présent comptées pour cette peste de Blanche-Neige. J'avais bien essayé de lui donner une chance dans ce monde, une chance qu'elle n'avait pas su saisir puisqu'en m'humiliant publiquement elle avait décidément signé son arrêt de mort. Et pourtant, elle aurait pu survivre. Oui, si elle s'était contentée de rester telle qu'elle était à son arrivée à Storybrooke. Seule, cruche, et pertinemment impressionnée par mon imposante personne, comme tout habitant de cette ville. Dommage pour Mary-Margaret, il semblerait qu'elle ait attrapé le syndrome Emma Swan, et veuille à tout prix me tenir tête. Telle mère telle fille de toute façon, j'aurais dû me douter que cela finirait par arriver. Je me disais que si je ne pouvais contenir la fille, au moins la mère serait moins difficile. Mais je m'étais visiblement trompée. Désormais, tant pis pour elles, elles allaient toutes les deux mourir. Ah quel joli tableau, dommage que je n'avais pas pu prendre leurs cœurs, ils auraient été parfait pour compléter ma collection. Seulement j'étais bien obligée d'accélérer les choses, pour le bien de ma malédiction mais surtout pour ma satisfaction personnelle. Concernant l'assouvissement de cette satisfaction, une idée avait germé dans mon esprit torturé machiavélique pour enfin mettre un terme à cette succession d'humiliations que je subissais jour après jour. Mary les marguerites allait définitivement regretter de ne pas avoir pris mes menaces au sérieux, elle aurait dû savoir depuis le temps que rien ne m'arrête. J'ai dû sacrifier la vie de mon père en la lui prenant de mes mains pour tous nous envoyer ici, après ça je pouvais faire n'importe quoi sans aucun remord et sans aucune pitié.

    Voilà pourquoi, suite à notre petite altercation à l'école, j'avais décemment déposé Henry à la maison en lui consignant de faire ses devoirs dans sa chambre et de ne sortir sous aucun prétexte. Il allait probablement me désobéir comme d'habitude, pour aller rejoindre Swan, mais qu'importe. Si je ne m'en rendais pas compte, tant mieux pour lui...de toute façon, j'en avais pour un moment. Je me rendais d'un pas décidé à la boutique de Gold, espérant qu'il ne soit pas là. Je ne tiens pas à revoir sa tête de lutin boiteux, depuis l'épisode avec Belle il valait mieux que j'évite toute altercation. À vrai dire, ce n'était pas lui que j'étais venue voir. Mais plutôt son fidèle associé, le génie maléfique d'Agrabah. Je savais que ce bougre savait qui j'étais réellement, et j'avais entendu parler de ses dons en matière de potions. C'était précisément ces dons dont j'avais besoin pour mener à bien mon petit projet maléfique. Naturellement, la boutique était fermée, mais rien n'est fermé pour Régina Mills. Je n'étais en plus dans d'une humeur les meilleures. Massacrante, dirais-je plutôt. Jafar avait intérêt à se montrer conciliant si il ne voulait recevoir les foudres de ma colère. Il y a de l'orage dans l'air chez Mr Gold.

    « Jafar ! JAFAR ! »

    La méchante Reine était à peine rentrée qu'elle commençait déjà à s'impatienter. Les mains dans les poches, la poitrine bombée, je m'efforçais de ne pas me saisir d'un objet et de le casser pour me détendre les nerfs. Je commence d'abord à faire les cent pas dans la pièce, profitant au passage pour voir si je n'apercevais pas l'objet de tant de convoitises, le trident. Mais il ne fallait pas trop rêver non plus. J'entre alors dans l'arrière-boutique, recherchant activement le génie qui j'espère, n'allait pas tarder à sortir de sa lampe.

    « Montre-toi. » fis-je de ma voix rauque, opiniâtre, et malfaisante.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2185
POINTS RPS : 219
REPUTATION : 73



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Eléazar Mordred »
Mais en réalité, je suis
Jafar
MessageSujet: Re: Le noir vous va si bien...   Mer 15 Jan - 23:44



Le noir vous va si bien

Tailler un bonzaï, une véritable passion dans ma vie. Botaniste dans l’âme, le travail est celui d’un expert. Le Diable habite le détail. Le geste est familier, rassurant. Sécateur en main, le feuillage apparaît de moins en moins touffu à mesure que je coupe. Jusqu’à l’extinction totale. La décapitation. Le petit arbre dénudé fait peine à voir à présent. Tout tourne très rond chez moi. Je tue mes propres plantes chéries, celles qui constituent un pôle central dans ma vieille existence de retraité. En effet, mes jambes tiennent encore le coup par le miracle du saint Esprit et mes nerfs, ah ceux-là, n’en parlons pas…Je ressens comme des rhumatismes psychologiques. Mes pensées vagabondent vers des pentes doucement dangereuses pour mon petit mental que je protège et mets à l’abri contre d’obscures raisons qui ne regardent que moi. Le ver est dans le fruit.

J’ai d’autres préoccupations sur le grill. Assez de me battre contre mes fantômes du passé. Ça chauffe, ça crame dans la poêle. Il fallait s’y attendre. La cohabitation avec mon alter ego maléfique est infernale. Tous les jours c’est la fête à la tentation. Du petit délit au péché, du meurtre avec préméditation au simple acte de rébellion. D’affreuses migraines s’ajoutent au tableau noir. Et la voix du maire, dans toute cette méga pagaille, frappe mes tympans comme ouragan. Je manque d’achever l’arbuste et de balancer le sécateur sur Iago (il l’aurait mérité ce sale piaf qui s’allie avec mon Double vicieux). Ce cri perçant me réveille d’outre-tombe. Je sors de ma cachette à la volée, traverse le couloir qui relie ma boutique à celle de Gold en un temps record avant que la tornade plus communément appelée Regina, n’ait achevé son méfait avec brio, il faut le lui reconnaître.

« Bon sang, c’est écrit fermé. Vous ne savez donc pas lire ? »

Je ne suis pas d’humeur à parlementer longtemps surtout avec une cliente-furie comme Madame Mills. Toutefois, mon air impassible permet de calmer le jeu. Je peux me targuer d’exceller dans la comédie de l’apothicaire flegmatique qui en sait beaucoup plus qu’il ne veut bien l’avouer, mais dans ces circonstances, je dois abandonner l’idée de filouter. Je ne peux plus me cacher derrière un rôle, si agréable pourtant, on n’y voit que du feu. Là c’est raté. Plouf. Les deux pieds dans la tourte de mère-grand. Elle a prononcé mon nom. Elle sait tout. Pas de magouilles entre nous. Cependant, si elle avait, ne serait-ce qu’une vague idée de mon identité profonde, elle serait en train de redouter le pire. Heureusement, je maîtrise mes vilains penchants psychopathes (prendre une scie et la démanteler proprement) et affiche la normalité la plus digne, celle d’un gentleman prêt à tout. (On serait presque tenté de croire à un tableau si honorable et pétri de bonnes attentions)

« Enfin, pour vous, je ferai une petite exception bien entendu. Que voulez-vous ? Un vœu qui soit dans mes compétences, cela s’entend, car si c’est pour trucider quelqu’un, vous n’avez pas toqué à la bonne porte. »

Ton sec et mesuré. J’suis pas le self-service de la ville, le distributeur de cadeaux gratis, le papa Noël express, l’Père Jafou, voire Mister je-réalise-tous-tes-désirs, y’a des lieux bien mieux équipés et adaptés pour ça et je suis persuadé que la reine en connait un rayon là-dessus. Bref, ne nous éparpillons pas.

Mais j’y pense : si service il y a – et il y aura – comment compte-t-on me payer ? (Je suis vénal et j’assume mon vice). Ou en nature peut-être ?


we all go a little mad sometimes

But what does an eternity of damnation matter to someone who has experienced for one second the infinity of delight ?
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: Le noir vous va si bien...   Mer 5 Fév - 15:10

    Mais où diable ce génie à la gomme se cachait-il donc ? En voilà des manières de faire attendre sa Reine, tout de même ! C'est pas comme si je n'avais pas d'autre chose à faire aujourd'hui, et j'étais si énervée de cette humiliation récente que ce n'était pas le bon moment pour que je me montre très patiente. Pourtant, j'avais été d'ordinaire de nature assez patiente pour le temps de mettre en route la malédiction. Tout vient à point à qui sait attendre, à ce qu'on dit. Mais dans des situations comme celles-là, je n'aimais pas attendre ! Les bras croisés à présent sur ma poitrine, je commençai même à taper du pied sur le sol. Certes, Jafar était un peu boiteux et handicapé sur les bords, mais il n'avait pas besoin non plus de cinq mille ans pour se montrer. D'autant plus que lorsque l'on s'impatiente, on croirait voir défiler les minutes beaucoup plus lentement qu'à l'accoutumée.

    Enfin, Jafar ne mit pas tant de temps que ça à venir, mais pour moi ce fut comme une longue attente, et pressante. En tout cas, notre cher génie ne semblait pas enchanté et m'envoya même promener avant de m'avoir en face de lui. Non mais, il se prenait pour qui. Il avait gardé la mémoire en plus, donc il savait bien que j'étais la Reine. Et rien n'est jamais fermé pour la Reine Régina. L'air irrité et agacé, je m'apprêtais justement à le lui signaler, mais une fois devant moi, il se rattrapa brièvement. En effet, il devait faire une exception pour moi, cependant ce n'était pas pour ça qu'il ne s'était pas montré plus aimable. Dommage, je n'avais guère le temps de parlementer, ni d'humeur à me montrer aimable également. Alors mes bras se décroisent tandis que la veine saillante de mon front se gonfle d'agacement. Mon poing frappe sur l'établi derrière lequel se tenait le boiteux handicapé, et je ne manque pas d'exprimer mon mécontentement de mon habituel air irrité et méprisant.

    « Une « petite » exception ne suffit pas, mon cher Génie, je me fiche que vous soyez fermé, pour moi vous serez toujours ouvert et à disposition ! Un point c'est tout. »

    Ainsi je retire mon poing et me redresse en croisant de nouveau les bras sur ma poitrine. Puis, je balaye sans hâte la petite pièce du regard, m'attardant parfois sur des objets ou des produits étranges. Quelle drôle d'idée de garder ça-là...Ah, les génies. Ou les petits lutins boiteux, comme Rumplestilskin. D'ailleurs c'était amusant qu'ils soient tous les deux handicapés comme ça. Enfin bref, je me fichais de savoir si ils avaient besoin d'une béquille pour marcher. Tout ce qui m'intéressait était ce qu'ils détenaient dans leur boutique, plus communément appelé le grand souk de la ville. Je me mis à faire les cent pas dans le peu d'espace que nous avions.

    « Je suis simplement venue car j'ai besoin d'un poison puissant. Ne me demandez pas quel usage j'en ferais car je ne vous répondrais pas. Ce ne sont pas vos affaires, je vous en demande juste une petite fiole. Une dose. Pour une personne. Ne me dîtes pas que ce n'est pas possible. J'ai déjà entendu parler de vous à plusieurs reprises, Jafar. Je sais de quoi vous êtes capables. Alors, donnez-m'en vite. »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Le noir vous va si bien...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le noir vous va si bien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ophélia Peryg, la mort vous va si bien
» [Nocturne] Demande d'aide pour code css complet s'il vous plait.
» Koh-i-Noor vous salue bien bas ~
» Quelle partie de votre cerveau utilisez-vous ?
» que penser vous d' avast

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: A Storybrooke :: La boutique de Mr Gold :: Apothicaire d'Agrabah-