Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Dim 3 Nov - 18:14

La tête dans les étoiles   Le coeur égaré dans l'océan
A trop penser on finit par déprimer ...


Le soleil s’était levé légèrement plus tôt qu’à l’ordinaire. La nuit avait été douce, et le ciel fut dégagé : résultat des courses, Matthew avait pu travailler plus longtemps que prévu, au point de ne pas apercevoir l’aiguille de l’horloge défiler à toute allure. Quand finalement il avait choisi de laisser sa constellation de la semaine de côté, il s’aperçut de l’état plus qu’avancé de la nuit et avait renoncé à clore ses paupières. Tant pis. Direction la salle de bain, puis l’armoire pour être un peu plus frais qu’en vieille chemise débrayée et direction le port. Encore. Sans savoir pourquoi d’ailleurs. L’odeur marine, le ronronnement des tonneaux de vagues s’élançant tantôt sur le sable, tantôt sur la coque des barques, l’appel affectueux des mouettes … voilà maintenant un certain temps que tous les matins cette même balade se répète, sans raison apparente. Juste l’envie de venir, comme un automatisme, le désir de grimper sur l’une de ses embarcations et de ne plus jamais revenir … mais il ne passe jamais le cap. Après tout, Matt est astronome, pas marin. Il n’a pas le souvenir d’avoir déjà prit la mer, n’est pas certain d’avoir un équilibre ne serait-ce que correct pour ne pas tanguer, et la perspective de finir à l’eau devant tous ces honnêtes pêcheurs actifs de bon matin ne l’enchante guère.

Donc il attend, il observe, il respire, il se gèle, et il se sent bien. Sans comprendre pourquoi. Et en réalité, c’est cela qui le met de mauvais poils dés le début de journée. Chacun de ces moments est bousillé par la même question : d’où lui vient cet engouement si soudain pour le monde marin ? Il a la tête dans les étoiles, pas dans les vagues poisseuses ! Jamais il ne s’est réellement intéressé à la mer ou à l’océan, il n’a jamais parlé à aucun marin, et il ne trouve aucun prestige à ce métier pourtant nécessaire. Le seul lien qu’il entretien avec ce milieu, c’est le saumon qui finit dans son assiette. Etonnant. Ca commence à lui retourner les neurones, à le travailler jour et nuit. Finalement il remarque un vieillard qui détache son nœud de cabestan (d’ailleurs comment connait-il ce nom ?) pour appareiller sa chaloupe. Ce dernier l’aperçoit aussi. Il se redresse et se dirige dans sa direction, un sourire aux lèvres. Il se dégèle et s’en va, évitant ainsi un quelconque entretien. Il est pourtant bavard, Matthew, mais bizarrement le contact avec ces gens lui glace le sang. Il n’a pas envie, ils ne sont pas « du même côté », n’ont rien à voir, c’est donc une perte de temps, un échange infertile.

Direction le Granny’s Coffee. Rien de mieux quand on est glacé de la tête au pied, quand on est déprimé, perdu et qu’on veut une mixture bien noire et revigorante. Il entre, s’installe à une table tout au fond de la pièce encore peu fréquentée à cette heure et passe commande auprès de Ruby.


    «  ▬ Un jus de chaussette bien noir s’il vous plait, comme d’habitude. »


En attendant, il laisse son regard se perdre par la fenêtre, cherchant à chasser ses songes. Peut-être qu’au fond ce serait une bonne idée de tenter l’aventure, de grimper sur une bestiole aussi incontrôlable pour lui. Ca l’apaiserait sûrement, il pourrait probablement même trouver la solution à tous ces mystères ? Enfin, il avalera tranquillement son café, comme tous les jours, et il retournera travailler, comme tous les jours. Routine, routine et encore routine. A croire qu’on l’aurait maudit à revivre à jamais  les mêmes choses. Lui qui rêvait de nouveaux horizons, d’aventures et d’imprévus, c’est loupé. Décidément, cette matinée commençait mal, s’il continuait à réfléchir ainsi il finirait au bout d’une corde avant d’apercevoir les constellations de ce soir …




Dernière édition par Matthew K. Reed le Sam 8 Fév - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Mar 3 Déc - 20:39



La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan


L'aube blanche et claire se lève, s'étirant au-dessus de la forêt de Storybrooke. Les oiseaux sont encore timides, ensommeillés dans leur gangue de froid, et la ville s'éveille au ralenti. Un fin rayon de soleil vient taquiner le lit d'Aislinn, s'égarer sur les draps...sans la réveiller, puisqu'elle a déjà les yeux grands ouvert depuis des heures. Nichée entre les draps, les yeux vifs mais bordés de cernes de panda, la jeune femme attendait que l'aube se lève depuis des heures. Cela fait des semaines qu'elle ne dort plus, qu'elle ne dort qu'à peine ; sitôt les yeux fermés, ce sont pirates, sorcières et reines qui l'accueillent dans un monde sans queue ni tête. Un monde qui pourrait ressembler aux rêves et aux livres d'Aislinn, mais dans la réalité l'effraie. Elle pourrait mourir dans ce monde et ne plus se réveiller, elle en est certaine. Bien sûr, elle ignore que ce soit des souvenirs qui remontent à la surface, soit elle qui plonge tête la première dans le monde épargné par la malédiction, mais l'effet est le même : Alice refuse de dormir.

Mais sortir du lit lui semblait aussi effrayant que s'endormir et, tant que le soleil ne vient pas baigner de sa lumière rassurante et réelle le manoir Jefferson, ou qu'elle n'entends pas Jefferson s'activer dans la cuisine ou son atelier, elle reste cachée sous sa couette. La rousse repousse les draps, et s'étire. Un thé serait délicieux, nécessaire pour chasser Wonderland de sa mémoire, et elle descend les escaliers froids de la demeure silencieuse.
Comme un lapin pris dans les phares d'une voiture, la jeune femme s'immobilisa dans le hall, captivée par la lumière du jour qui perçait au travers de la vitre. Après un instant, prise d'une lubie, Aislinn remonta les escaliers quatre à quatre pour passer robe, collants et mitaines. Elle est bien décidée à réenchanter cette journée, l'air lui semble exulter de pureté et de magie, et il est hors de question qu'elle y résiste une seconde.

Arrivée dans la rue centrale de Storybrooke, Aislinn réalise qu'il est bien plus tôt qu'elle ne l'avait cru. Déboussolée, Alice frissonne sous son manteau et bonnet :l'heure n'importe pas au manoir, elle est en retard de manière chronique. A présent, Storybrooke est à elle. Le temps qu'elle arrive au Granny's Coffee, elle était gelée jusqu'aux os, pouvait sentir les cristaux de glace se mêler à son sang. Nez et joues roses, une buée froide hors des lèvres, mais les yeux pétillants, Aislinn profite de son escapade. La sérénité l'a envahi en même temps que le froid et elle inspire profondément l'air frais et matinal. Wonderland ou le monde des contes est bien loin.
Matthew est l'un des rares clients présents, le regard perdu par la fenêtre. Le genre de personne qu'Aislinn aime observer durant des heures. Se demander à quoi il pense, imaginer sa vie, tracer, à partir de cette silhouette pensive à la fenêtre, tous les fils d'une existence et les entremêler par son imagination. Elle pourrait le regarder durant des heures, occupée et réchauffée par son imagination plus que fertile, mais la jeune femme préfère s'approcher sur la pointe des pieds. «  ▬ Un jus de chaussette bien noir s’il vous plait, comme d’habitude. »

« -Comment peux-tu boire ça ? »


Lui lance joyeusement Aislinn tout en se laissant tomber sur la chaise voisine. La rousse retrousse le nez dans une grimace, rien qu'à l'idée de  goûter l'étrange breuvage. Elle a déjà fait l'expérience, mais sa langue se rappelle encore du goût âcre et terrible du café. Elle resterait fidèle jusqu'à la mort à son thé, ne comprenant pas la fascination que semblent avoir les autres pour le café et ses pouvoirs magiques. Elle se tourna vers Ruby, mais elle eut à peine le temps d'ouvrir la bouche que la brune repartait déjà en lui disant : « -Du thé, comme d'habitude, je sais ! »

Aislinn aime les aventures et la folie à toute heure, et de mener au manoir une vie qui n'était pas routinière mais au contraire imprévisible...mais elle a certaines habitudes indécrottables. Exemple tout à fait pris au hasard : le thé. Elle boit du thé, des litres de thé et ne boit que ça ou presque. Pratique pour lui offrir un verre.

« - Tu es matinal ou bien tu vas te coucher ? »


made by .reed




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Ven 3 Jan - 20:20



   
❝ La tête dans les étoiles, le cœur égaré dans l'océan
• feat. Aislinn Liddell •


   
Matthew ne s’attendait à voir personne. Ou à la limite quelques habitués, des vieux loups de mer venus chercher un café avant d’aller voguer sur les eaux, des travailleurs de la nuit … mais pas Aislinn. Non pas que sa présence ne le réjouissait pas, loin de là, il en fut simplement surpris. La jeune femme s’installa à côté de lui dans une gaité qui le rassura : en effet une visite si matinale aurait pu présager un nouveau cauchemar. Quoi que l’hypothèse ne pouvait être écartée aussi promptement. Il observa donc quelques potentielles traces d’une nuit peu chaleureuse sur le visage de la demoiselle, qui lui semblait toujours aussi enfantin. En effet, aux yeux de Matthew la jeune femme semblait être restée figée à l’adolescence, c’était ainsi qu’il la voyait. Toujours vive, souvent heureuse (ou du moins le laissait-elle paraître) … comme une enfant qui ignore tout des ennuis de la vie d’adulte. Et c’était probablement pour cela que l’astronome appréciait tant leurs échanges.

La grimace que fit la jeune femme lui arracha un sourire. D’ordinaire en sa compagnie, il se contentait d’une tasse de thé et de quelques biscuits (qui aident à faire passer le goût peu appréciable de la mixture), mais pour le coup il n’avait rien prévu. Tant pis.
«  ▬ Je suis démasqué visiblement. Du coup, je baisse dans ton estime ? Tu ne me laisseras pas dehors au moins la prochaine fois que je te rendrais visite ? Je peux continuer à faire semblant tu sais. »

Taquiner les gens dés le matin est peut-être un peu risqué. Quoi que la jeune femme semblait en pleine forme et de bonne humeur donc … au pire il subirait les représailles. Dehors l’activité semble toujours aussi comateuse, laissons-le temps aux gens de sortir de leurs nids douillés. Les breuvages arrivèrent finalement après un très court délai d’attente, mais aux vues de la clientèle (inexistante) cela n’avait rien de si surprenant, Granny ayant une dextérité légendaire pour la préparation des commandes. Matthew envisagea de payer l’ensemble, comme le gentleman bien élevé qu’il était, ce qu’il fit. Il entama ensuite la dégustation du liquide chaud et sombre. Une première gorgée qui le réchauffa instantanément et lui mit du baume au cœur, bien que quelque chose manquait.
«  ▬ Matinal. »

Il ne s’étala pas davantage. Après tout, il n’avait pas l’intention de se coucher avant le prochain couché du soleil, c’était trop tard. D’un autre côté, il venait de s’éveiller de sa bulle spéciale « constellations ». Cette réponse lui semblait plus adéquate qu’un silence qui aurait été mal vu. Il reposa la tasse sur sa petite assiette. Un coup d’œil bref lui révéla l’ingrédient manquant à la mixture : le petit sachet de sucre. Encore la tête dans les étoiles monsieur Reed. Il arracha donc le haut de l’emballage et en versa le contenu dans la tasse blanche.
«  ▬ Et toi ? Encore un cauchemar ? »

Il saisit la petite cuillère accompagnant le tout et l’agita en sein du liquide noir, puis testa le résultat d’une unique gorgée. Plutôt satisfaisant à en voir la mine réjouit qu’il afficha. Adossé sur un coude il se tourna vers la jeune femme, attendant avec curiosité et attention sa réponse. Il aimait écouter les récits incroyables de son interlocutrice au sein d’un pays tout à fait différent, toujours palpitants et pleins d’aventures. Ou bien c’était sa façon de conter qui lui plaisait ? Comme si elle revivait chaque moment à « Wonderland ». Bref, le jeune homme restait scotché à ses lèvres, comme un enfant fasse à la maîtresse. Cela le rassurait également, de savoir qu’il n’était pas le seul à vivre des choses étranges depuis quelques temps. Des rêves entre autre pour Aislinn, des impressions, des pulsions, des odeurs bizarrement familières pour Matt. Il attendait donc patiemment la réponse de la demoiselle.

   
•••

S’aplatit par terre pour le retard d'un mois TT

   
code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Ven 31 Jan - 16:35



La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan
Aislinn est du matin. Elle a parfois du mal à se réveiller, mais une fois hors de son lit elle est pareille à n'importe quelle heure ; joyeuse, souriante, souriante. Elle n'a pas besoin de temps de charge, de tranquillité le temps d'émerger : Aislinn Liddell est monté sur ressorts. Le petit déjeuner rime pour elle avec une tasse de thé réconfortante, aussi chaude et douce qu'un câlin. Forcément, cela enchante les matins ( surtout si les nuits sont peuplées de cauchemars et de reines folles à lier ). Cela lui permet d'accueillir toute taquinerie avec l'oeil vif et le sourire enthousiaste.  «  ▬ Je suis démasqué visiblement. Du coup, je baisse dans ton estime ? Tu ne me laisseras pas dehors au moins la prochaine fois que je te rendrais visite ? Je peux continuer à faire semblant tu sais. » Aislinn rit ; c'est donc cela ? Il lui a mentit tout ce temps sur son addiction ? Quelle honte, le sujet est d'importance pourtant. Le regard mordoré d'Aislinn se fait faussement sévère, outré.

« - Je crains que je ne pourrais pas tolérer un tel comportement dans ma demeure. Nous avons des règles au manoir, voyez-vous. »

D'accord, ses lèvres ne peuvent pas s'empêcher de s'étirer en sourire. Elle n'est absolument pas crédible. Le manque de sommeil lui fait tourner la tête, lui donne envie de rire extasiquement sans raison. Hystériquement joyeuse. Ce n'est pas elle qui interdirait quoique ce soit à quiconque ! Leave and let live. Tant qu'il ne lui colle pas son infâme mixture sous le museau, dont l'odeur seule lui retourne l'estomac. Le thé étant considéré comme une divinité majeure au manoir, il lui faut tout de même souligner un point :

« -Je ne te laisserais pas dehors, mais je n'ai que du thé chez moi, alors sois tu apportes ton propre poison ou tu te contentes de mon délicieux thé. Que tu ne mérites absolument pas. »

Elle est capable de se fâcher avec quelqu'un pour du thé, mais momentanément elle plaisante. Et accueille avec un grand sourire les tasses qu'on vient déposer devant eux.  Aislinn remercie Ruby avec un large sourire, avant de tourner la tasse dans sa soucoupe, machinalement. Matthew paie leurs consommations, leurs paradis et réveils liquides, Aislinn s'en aperçoit à peine, puisqu'elle plonge déjà ses lèvres dans le thé brûlant. Les questions d'argent lui passent bien au-dessus de la tête, sans doute a-t-elle a peine de quoi payer sa consommation au fond de ses poches. Peut-être parce qu'elle n'a pas de souvenirs d'une vie avant d'habiter chez Jefferson ; les locataires sont fous, mais la demeure est riche. On ne se soucie ni du quotidien, ni de l'agonisante normalité, ni des questions d'argent. Ils sont aisés à tendance riche, mais Aislinn ignore d'où cela provient. Elle se pose pas de questions.

«  ▬ Matinal. » Aislinn lui lance un regard curieux, mais se mords férocement la lèvre pour s'empêcher d'insister. Son naturel lui donne envie de le harceler de question, mais sa raison lui souffle que ce n'est pas une bonne idée. Il faut juste qu'elle se force à écouter sa politesse et son côré civilisé plutôt que céder le pas à la gamine curieuse en elle.
Elle boit une gorgée de thé pour se distraire, respecter un temps de silence. Le thé est parfait comme d'habitude : Jefferson est assez coutumier des éclats dans le café pour que Granny ait compris comment un bon thé devait être fait. Pour le thé parfait, il faut venir au manoir, par contre.

«  ▬ Et toi ? Encore un cauchemar ? » [/color]Elle se tend brusquement et repose presque violemment la tasse dans sa soucoupe. Le thé gicle un peu, mais la rousse l'ignore. Le thé si délicieux un instant auparavant s'accompagne brusquement de souvenirs. D'une tea party endiablée, mais avec un Jefferson changé. Certains des cauchemars sont comme des souvenirs d'une vie passée. Une vie passée pleine de périls et d'aventures, mais toujours plaisants au final. Une vie qui lui manque alors qu'elle ne la connaît pas. D'autres cauchemars...d'autres cauchemars n'ont pas cette lueur rassurante qui englobe souvenirs et rêves. Ils sont réels et ils terrorisent la jeune femme.

« -Pour cauchemarder, il faut dormir, » sourit-elle pourtant.
Elle s'installe « mieux », en tous cas selon son jugement et remonte ses jambes sous elle. Fait la moue et repousse une mèche de ses cheveux. Aislinn croise le regard de Matthew, s'y accroche un instant avant de continuer d'un ton plus calme et plus bas :

« - Je préfère ne pas fermer l'oeil de la nuit. Ces cauchemars... Je t'ai parlé de Wonderland ? Du thé, du lapin ? J'avais l'impression d'être dans un livre, et même si c'était...bizarre, parce que je ne suis pas aussi obsédée avec Alice au Pays des Merveilles que j'ai pu l'être enfant, et... »
Elle secoue la tête, et entoure sa tasse de ses paumes « Ces derniers temps, je rêve de moins en moins de Wonderland, mais plus d'une forêt...sombre et peuplée de … monstres ou je sais pas trop quoi. Je déteste l'impression que j'ai quand j'en rêve. »

Son regard s'égare par la fenêtre au travers de laquelle brille le petit matin clair. Elle sourit rêveusement et étire ses muscles endoloris par les nuits blanches qui s'accumulent de plus en plus. Mais Alice a peur du loup qui rôdent dans un coin de son esprit, non pas seulement de sa mémoire mais également de son étrange capacité à passer d'un monde à l'autre.

«- Au moins j'ai pu observer les étoiles en long, en large et en travers ces dernières nuits. »


made by .reed




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Sam 8 Fév - 17:34


   
❝ La tête dans les étoiles, le cœur égaré dans l'océan
• feat. Aislinn Liddell •


   
C’est le matin. Un matin matinal. Un matin … un matin. Alors comment la jeune femme fait-elle pour illuminer le lieu de sa bonne humeur ? Ne pas tenir en place à cette heure-ci, c’est quasiment inhumain. Enfin, aux yeux de l’astronome, ça l’est. Lui a la tête dans le brouillard, ses sens sont encore engourdis, et ce malgré son petit passage sur le port. Sûrement du au manque de sommeil, il faudrait rattraper ça, un jour. Oui mais quand ? Cette après-midi, les constellations seront pratiquement alignées, il ne faut pas manquer ça. Ce soir ? Il sera probablement sur son rapport … Le rire de la demoiselle le tire de son emploi du temps faussement préparé. Lui-même laisse un sourire s’étirer sur son visage aux vues de la comédie de son interlocutrice. Il ne répond pas tout de suite, retournant ces paroles dans tous les sens : quelque chose cloche. Le manoir est une donnée correcte, certes le café n’est pas réellement un poison, mais soit. Quand au thé, il est moyennement délicieux, juste supportable, sans goût.
«  ▬ Tu as dis « nous avons des règles au manoir ? »

Matthew ricane. La voilà la donnée qui flanche.
«  ▬ Depuis quand tu as des règles Miss Je-voyage-n’importe-où ? »

Aislinn ne semble pas être une personne a qui on dicte une conduite, irréprochable ou non. Elle est simple, naturelle, et fait ce qu’elle a envie de faire quand elle désire le faire. C’est l’une des choses que le pirate à l’identité méconnue a pu comprendre. Il reprend une gorgée du liquide dont la chaleur lui retombe sur les poumons, et fait tourner sa tasse dans ses deux mains, comme hypnotisé par la mixture.
«  ▬ J’ai supporté ton thé jusque là, je m’en contenterai davantage puisque j’ai été suffisamment maladroit pour être démasqué. Tu me garanties que ton camarade de chapelier fera preuve d’autant de sympathie que toi ? Que je me méfies des ciseaux qui trainent si ce n’est pas le cas. »

La scène le fait sourire : Aislinn va préparer le thé, Matt est confortablement installé dans le canapé lorsqu’un bruit attire son attention à l’étage. Il monte, pensant tomber nez à nez avec Jefferson pour le saluer, et ne constate que la présence d’une paire de ciseau au milieu du couloir. Il s’avance sans la moindre méfiance, se penche et … PAF ! Quand Aislinn revient, il est ligoté sur le canapé et menacé d’un ciseau par Jefferson qui tente de lui faire un lavage de cerveau, répétant sans cesse « Mais si, le thé c’est bon, c’est la perfection ! Il suffit de humer son parfum ! ». Heureusement il ne partage pas cette idée loufoque, la demoiselle pourrait le prendre pour un fou. Enfin, encore un autre. Il pose sa tasse et observe son interlocutrice, qui semble soudainement perdre un peu de sa gaité. L’espace d’un instant seulement, sans quoi Matthew se serait sentit coupable d’avoir posé la question qui dérange.
«  ▬ Tu m’en as parlé oui, celui qui répète sans cesse qu’il est « en retard ». Tu as déjà essayé de modifier ces rêves ? Faire quelque chose de complètement fou, qui pourrait casser la cadence ? … Te connaissant je suppose que oui. »

Il voudrait se faire rassurant, mais il ignore comment. Alors il se contente d’écouter, et de poser quelques commentaires pour montrer son empathie à l’égard de la pile électrique qui se trouve en face de lui.
«  ▬ Un nouveau monde ? C’est comment à part la noirceur et les monstres ? Tu devrais en parler à quelqu’un, je ne peux que t’écouter mais il parait que les rêves ont des significations, peut-être que le Docteur Hooper pourrait t’aiguiller et soulager ta conscience ? »

Voir un Docteur, ce n’est peut-être pas la meilleure chose que Matthew lui ait conseillé. Il lui semble qu’il y a un certain temps, la jeune femme lui avait confié être en guerre avec le corps médical, ou bien peut-être confond-il ? Quoi qu’il en soit, il aurait aimé réfléchir davantage avant de s’exprimer. Il tente donc de rattraper le coup, d’effacer cette dernière phrase.
«  ▬ Oui elles étaient magnifiques hein ? Le ciel était bien dégagé hier … et ce matin. La prochaine fois passe à l’observatoire si tu veux, avec un télescope tu peux redécouvrir ce ciel qui a la longue risque de te paraitre bien triste. »


   
•••

   
code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   Mer 19 Fév - 17:19



La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan

« ▬ Tu as dis « nous avons des règles au manoir ? » Le ricanement de Matthew fait lever les yeux à Aislinn au-dessus sa tasse. Ce n'est pas beau de se moquer et d'exprimer un doute si flagrant vis à vis des propos d'une amie ! Oui, elle a dit ça et son visage trahit un instant sa perplexité. Où est le problème ? La vie au manoir a quelques règles, qui ne font sens que pour les locataires déraisonnables et qui n'ont rien à voir avec ce qu'on entends habituellement – comprendre : lorsque l'on est ennuyeux comme la pluie et raisonnablement stupide – derrière ce mot. « ▬ Depuis quand tu as des règles Miss Je-voyage-n’importe-où ? »

« - Hey ! »
proteste Aislinn en riant, faussement indignée.

Cela ne l'empêche pas de s'étrangler de rire, souriant sincèrement à la remarque de Matthew. Miss je-voyage-n’importe-où sonne mieux qu'un insultant miss-je-sais-tout, et est plutôt juste. Sa tête fait des siennes, c'est le cas de le dire ces derniers temps. Elle voyage autant dans sa tête, dans ses rêveries quand dans ses rêves lorsqu'elle ferme les paupières. Des rêves qui ressemblent plus à des voyages réels qu'à d'innocents songes. Mais connaissant le goût de Matthew pour le port et les voyages que charrient avec eux chacun des bateaux amarrés, elle va prendre ça comme un compliment. Malgré la taquinerie présente.
Elle n'a pas de règles , son esprit distrait et imaginatif ne se complaît pas dans les bornes étroites des règlements et des ordres. La majorité du temps elle ne remarque même pas qu'elle les enfreint et les piétine avec son innocence. Se redressant et affectant une fausse sévérité, Aislinn le tance :

« -Juste des règles concernant le thé et son omniprésence. »

Et la folie obligatoire à tout heure du jour ou de la nuit. Il faut bien quelques règles favorisant la folie, le rêve, le criquet dans le salon et le culte du thé ! Sans règles, on pourrait s'abaisser à boire une tasse de lait ou pire, un soda. Pas question. « ▬ J’ai supporté ton thé jusque là, je m’en contenterai davantage puisque j’ai été suffisamment maladroit pour être démasqué. Tu me garanties que ton camarade de chapelier fera preuve d’autant de sympathie que toi ? Que je me méfies des ciseaux qui trainent si ce n’est pas le cas. » Oops. Une part de la jeune femme est outrée qu'on puisse penser ainsi de son meilleur ami : Jefferson est quelqu'un de bien et Aislinn n'a jamais eu le moindre reproche à lui faire en la matière. Mais... Il a parfois des crises, des moments de folie incompréhensibles même pour sa colocataire. Les ciseaux que le chapelier utilise pour son art sont en outre proprement terrifiants ; la rousse évite de poser ses doigts maladroits dessus à tout prix.
Aislinn se dissimule le visage dans ses mains, intérieurement catastrophée par les images qui lui viennent à l'esprit. C'est que Jefferson est particulièrement sourcilleux lorsqu'il s'agit du thé. Elle grogne entre ses mains :

« -Il ne ferait jamais ça. Je l'en empêcherais. »


Et à elle, il ne fera pas le moindre mal. Mais voyons à quoi pense-t-elle ? Jefferson est peut-être fou, mais il ne va tout de même pas tuer quelqu'un pour du thé ! N'importe quoi, Aislinn tu dérailles, se morigène-t-elle en relevant la tête. « ▬ Tu m’en as parlé oui, celui qui répète sans cesse qu’il est « en retard ». Tu as déjà essayé de modifier ces rêves ? Faire quelque chose de complètement fou, qui pourrait casser la cadence ? … Te connaissant je suppose que oui. » Touché. Aislinn a la bonne grâce de regarder soudainement le plafond : oui, faire quelque chose de complètement fut la première mauvaise-bonne idée qu'elle a eu dans un mouvement tout naturel.

« ▬ Un nouveau monde ? C’est comment à part la noirceur et les monstres ? Tu devrais en parler à quelqu’un, je ne peux que t’écouter mais il parait que les rêves ont des significations, peut-être que le Docteur Hooper pourrait t’aiguiller et soulager ta conscience ? » Yerk. Aislinn manqua de recracher son thé lorsqu'une grimace imprévue déforma ses traits. Ce n'était pas la faute du thé en lui-même, qu'on la pardonne, mais la proposition de Matthew était tellement...Elle lui faisait froid dans le dos. Docteur Hooper. Le psychologue de Storybrooke était quelqu'un de bien, de très gentil, elle en est certaine, mais la perspective d'aller consulter un psy lui file la chair de poule. Il y a trop de chances pour qu'elle finisse dans un asile par accident pour qu'elle ne s'y risque jamais. Et elle allait bien merci.

« - Soulager ma conscience ? Je ne suis pas une criminelle, et je n'ai rien à me reprocher. »


Pour un peu elle lui aurait tiré la langue. Mais c'est vrai qu'elle est un agneau innocent. Ses pires crimes consistent à laisser un cambrioleur s'en tirer sans appeler la police et empoisonner par inadvertance son patron. Et aucun des deux faits n'alourdit sa conscience ni trouble son sommeil. Cela serait plus simple. Aislinn se laisse retomber contre le dossier molletonné avec un soupir :

« -Je n'irais pas voir un psy, merci bien. Quant au monde, ça dépends... soit ça ressemble à Alice au Pays des Merveilles, je te l'avais dit ça...mais parfois c'est également un monde en noir et blanc, couleur grisaille et triste à pleurer. Dernièrement c'est surtout une sorte de forêt, j'ai croisé... des gens. Type chevalier et princesse de contes, pirates et compagnie... Ou troll, il y a de tout. »

Elle repousse légèrement sa tasse sur le côté pour dégager l'espace entre eux, et fixe un instant ses mains devant elle avant de relever le regard vers Matthew ;

« -Quant à ta première question, évidemment j'ai essayé. »

Le regard appuyé qu'elle lui lance montre que, comme il l'avait prévu, elle trouve sa question stupide. Des choses complètements folles, elle en a en stock, trop pour sa santé mentale et sa survie tout court.

« - Le truc c'est que...habituellement, les rêves manquent de logique, sont surréalistes même si sur le coup on le croit réels, n'est-ce pas ? Là, non. Et si je fais quelque de fou...j'en paye les conséquences dans le rêve....je crois que je pourrais y mourir. Pour de bon. »
La rousse remonte brusquement ses manches et expose ses avants bras dont la peau blanche est marquée de plusieurs bleus. « -Je suis couverte de bleus, parce que j'ai refusé qu'un garde m'entraîne. J'ai boité durant une semaine parce que j'ai trouvé malin de sauter au-dessus d'un mur en ruine. La dernière fois, il y avait des feuilles mortes dans mon lit à mon réveil. Peut-être qu'un psy et une camisole ne seraient pas si mal que ça, finalement. »

Son long discours évacué, la jeune femme se jette presque sur sa tasse de thé mise de côté. Chaleur, thé, réconfort : le parfait cocktail pour chasser des mauvais rêves. Ca et un bon ami prêt à écouter ses élucubrations. Aislinn espère soudain qu'elle n'a pas parlé trop fort...Il ne manquerait plus que Granny l'entende et que la nouvelle se propage à Storybrooke...elle passe déjà assez pour une folle comme ça. « ▬ Oui elles étaient magnifiques hein ? Le ciel était bien dégagé hier … et ce matin. La prochaine fois passe à l’observatoire si tu veux, avec un télescope tu peux redécouvrir ce ciel qui a la longue risque de te paraître bien triste. » Aislinn se met à triturer ses manches à nouveau rabattues sur sa peau avec un petit sourire en coin :

« -Tu plaisantes ? Je ferais une catastrophe, me connaissant. Jefferson m'interdit déjà l'accès au sien, alors celui d'un astronome... »



made by .reed




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La tête dans les étoiles, le coeur égaré dans l'océan [Aislinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Critères d'attribution d'étoiles
» Liens inactifs dans Outlook Express
» [Résolu] Affichage images dans un mail
» compteur php dans page générée par e-anim
» [Résolu] Texte impossible dans Outlook Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: A Storybrooke :: Granny's Coffee-